Partagez | 
 

 I'm so sorry, please, save me from this darkness • Hyunan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Bae Hyun Soo

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Ven 27 Mai - 23:52





hyunan
« I'm so sorry, please, save me from this darkness »

outfit + Debout, devant cette porte, je ne savais plus quoi faire. Tenter de l’ouvrir ? Toquer ? Ou juste… Faire demi-tour ? Ce serait sans doute le mieux. Et pourtant, maintenant que j’étais ici, je n’arrivais plus à bouger. Ma raison n’avait plus rien de logique, mon âme s’était perdue en chemin tandis que mon coeur était déchiré de toutes parts, les lambeaux éparpillés ça et là sans qu’aucune reconstruction ne soit possible. Tout mon être n’était que ruine, et je me demandais comment je tenais encore debout. Et pourtant, j’étais là, devant ce numéro, et tout de même incapable de me mouvoir. M’avait-on assené le coup de grâce ? J’avais peine à croire que je respirais encore.

Je n’avais jamais rien demandé. Qu’on me prête attention, que je sois populaire ou que je plaise… Je m’en fichais bien. Seul son regard avait jamais compté. Seul son coeur, j’avais jamais voulu posséder. Alors pourquoi ? Pourquoi m’avait-on ainsi souillé de si viles désirs ? Je n’avais jamais rêvé que de ses bras. Et on m’avait forcé à me damner dans ceux d’un autre. Je l’haïssais, de tout mon être. Il me répugnait. Tout comme je me répugnais désormais. J’avais honte. Je me sentais sale. Et qu’importe le nombre de fois où je me lavais, encore et encore, rien ne partait. Ses marques sur mon cou, ces bleus sur mon bras, tout semblait comme figer, pour me rappeler à chaque instant ce que l’on m’avait fait subir. Je tournais dingue. De nombreuses griffures et boursouflures maculaient ma peau laiteuse, que je m’étais moi-même infligé comme si je voulais m’arracher la peau. Ce qui en soit, était le cas. Parce que je ne voulais plus de cette enveloppe qu’il avait dévasté. Ce corps, il n’était plus qu’un poids pour moi. Le poids du péché.

Mais ça n’avait pas suffit. Non, on avait décidé de me faire sombrer encore plus bas. De m’enfoncer encore plus dans cette décadence de ténèbres que j’avais quitté il y a de cela des années, après la mort de ma mère. A croire qu’il n’y avait qu’un pas pour replonger. Alors qu’il en fallait des milliers pour s’en sortir. Sauf que je ne savais pas si cette fois, j’aurais la force d’avancer. D’arriver jusqu’à cette ligne droite et enfin pouvoir sortir la tête de l’eau pour respirer. Je n’en avais même pas l’envie. J’aurais voulu mourir. Mais même ce simple geste, j’étais trop lâche pour me l’asséner. Parce qu’il signifierait ne plus le voir. Parce qu’il signifierait le perdre. Parce qu’il signifierait abandonner, tout simplement. Or, je n’avais pas encore abandonné. Et c’est pourquoi je souffrais tant, me dépatouillant dans ce marécage boueux sans pouvoir respirer, utilisant mes dernières forces et tentant tant bien que mal de survivre. Trouver un échappatoire qui ne viendrait pas. Pour lui. Pour son regard. Et son sourire. Mais lui, je ne le méritais plus. Je me souvenais encore de ses bras dans la forêt, de son odeur, de son coeur qui battait… De ses lèvres, épousant à la perfection les miennes, simple dédommagement pour lequel je me serais damner. Au point de retourner encore et encore dans cette maudite étendue d’arbres pour qu’il vienne me sauver. Mais je n’en avais plus le droit. Rien que le regarder était douloureux. Rien que savoir qu’il contemplait ce corps meurtri et dévasté me donnait envie de gerber. Et pourtant, j’étais là, dans cette auberge, perché devant sa porte, prêt à lui faire face. Enfin, prêt… Il ne me manquait plus que ce putain de courage. Courage qui me manquait pour frapper et le retrouver. Pour me rendre compte que tout était bien réel. Qu’Eunji disait bien vrai. Et qu’à cause de moi, Sunan avait été temporairement renvoyé. Qu’il était obligé d’errer dans le monde moldu. A cause d’un pauvre abruti qui n’avait pas su se défendre. A cause d’un ptit con qui avait cru pouvoir rentrer dans sa vie sans en avoir les qualifications. Une larme coula, que j’essuyais rageusement, et je cognais ma tête contre cette même porte pour tenter de me remettre les idées en place. Sauf que les coups raisonnèrent plus fort que prévu. Comme si j’avais toqué. Paniqué, pas prêt, et ne sachant même pas quoi dire, je reculais du pas de la porte au moment même où celle ci s’ouvrait. Pas encore. Pas maintenant. Je vous en prie… Je ne pus cependant détourner mon regard de cette silhouette qui se découpa dans l’entrée. Ce qui restait de mon coeur bondit, m’arrachant un petit gémissement tant la douleur était vive, et je baissais les yeux. Pourtant, après l’avoir vu, après avoir eu cette confirmation que tout était bien réel… Je ne pouvais plus l’éviter. Je m’étais résigné. Alors, qu’importe qu’il me gueule dessus parce que j’avais sécher les cours ou quoi, je m’avançais et entrais dans sa chambre sans même qu’il m’y est invité. Je me plantais en plein milieu de la pièce, et là, enfin, j’osais perdre mes prunelles dans les siennes, où la douleur, la souffrance et la peine étaient si visibles que transcendantes. « Je suis désolé. » Trois mots. Ce n’était que trois petits mots. Trois petits mots qui m’avaient hantés et détruits jusqu’à aujourd’hui.



I'M NOT A CHILD, SO LOOK AT ME PLEASE
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po Ngam Sunan

hybrid
and your naughty modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 28 Mai - 1:06




hyunan
« I hope you feel guilty salou »

outfit + Il n'était qu'un pauvre con. Un p'tit merdeux. Un mec pleins de pulsions. Il ne cherchait même pas à s'y opposer, il les laissait le dominer, il agissait, sans forcément réfléchir, et puis il regrettait. Souvent. Mais là, si il regrettait ? Ouais, un peu, mais pas pour les bonnes raisons. Il regrettait d'avoir été stoppé, de pas avoir été au bout de ses pulsions. Pas d'y avoir cédé, parce que de toute façon, il n'aurait pas pu faire autrement. Et pour ce prix, pour le prix d'un renvoi, il aurait voulu avoir été jusqu'au bout. Il l'aurait buté, si on lui en avait laissé l'occasion. Son seul regret.

C'était pas la meilleure solution pourtant, mais ça avait toujours été la sienne. Prendre le plus mauvais choix. Il n'avait pas pu être là pour lui. Il n'avait pas pu arrêter ce mec, il avait même été le dernier au courant. Il avait été le pauvre crétin de l'histoire, qui ne s'était douté de rien. Qui avait continué à marcher tranquillement dans les couloirs de l'école, sans savoir que dans l'une des classes, on avait osé le toucher. On avait osé le blesser. Lui, Hyun Soo. Un bébé, un semi-héros. Un mec trop gentil, un mec sans défense. Un mec qui avait rien demandé à la vie, pour qu'elle soit si chienne envers lui. Mais il l'avait appris. Pas vraiment longtemps après, mais bien trop pour qu'il ne puisse agir. Bien trop tard à son goût. Le mal avait été fait, et lui… Lui il resta là, face à l'impuissance. Face à la révélation de Kamon, qui lui expliqua pourquoi le dujuan était distant avec lui. Ses mots avaient raisonnés. Il s'était traité de con et sans le savoir, tout avait explosé, comme cette information qu'on lui jetait à la figure. Il était parti au quart de tour. Dans un rictus, il avait cru a une blague de mauvais genre, une putain d'envie de tester sa possessivité peut-être ? Mais non, le visage grave de son ami lui avait certifié que non et ses poings s'étaient serrés, si fort qu'il n'avait pas senti sa chair se fendre sous la pression de ses propres doigts. Et puis tout s'était bousculé, tout était remonté, ses putains de pulsions, ce sentiment qui vous attrape à la gorge et son sang s'était mis à bouillir à travers ses veines. Parce qu'on l'avait touché, forcé...Et parce qu'il l'avait imaginé en larmes, à subir les envies d'un connard qui avait cru bon de toucher à quelqu'un qui de toute évidence comptait pour lui. Plus qu'il ne l'aurait cru. Hyun Soo était important. Hyun Soo avait fait une place dans son quotidien. Une place qu'il voulait désormais protégé. Il exigea un nom. Ordonna. Puis gueula. Avant de se calmer. Il n'avait pas besoin d'un nom, il avait juste besoin d'un lieu. Et il était parti, parti en laissant sa colère grandir à mesure où ses pas le menaient à l'infirmerie. Honnêtement, il n'avait aucune idée de quand il s'était transformé, son esprit brouillé par la rage. Quand ses pulsions de loup s'étaient faites ressentir, si fortes qu'elles l'avaient possédées, avaient reprises leur droit sur sa nature. Peu importe. Il l'aurait bouffé. Déchiqueté. Buté. Si seulement on l'avait pas arrêté.

Il aurait voulu le protéger. Simplement ça. Tout ce qu'il gagna au final… Ce fut de se retrouver loin de lui. A Changsha, chez lez moldus. Exclu temporairement, sans nulle part où aller. Sans même l'avoir vu, mais c'était peut-être mieux ainsi. Il était pas bon à consoler, mais à frapper lui. Frustré de se retrouver à l'extérieur des murs et de ne plus rien faire, il se buta à Eunji. Il l'aurait buté, lui aussi. Il aurait bouffé n'importe qui. Le seul qu'il sembla écouter, le seul qui réussit à le remettre à sa place, à ramener ses idées. A lui faire penser ce à quoi il risquait, s'il faisait le con encore. Alors il se calma. Chercha un endroit où crécher, rassembla ses quelques économies, trop maigre qu'il dut hypnotiser le pauvre teneur d'auberge. Il en était là. Allongé sur un lit, dans une chambre presque miteuse. En tant que client de quelques jours et attendant de pouvoir remettre les pieds dans l'enceinte de l'école. Il attendait, juste. Sans trop savoir si il irait lui parler ou même ce qu'il lui dirait. Il s'ébouriffa les cheveux, dans un soupire et se leva. Il tournait en rond, commençait à en avoir marre de pourrir ici, avec ses pensées. Ca le rendait dingue. Bien qu'il se doutait que ce soit le but… Se remémorer.

Le bruit de pas dans le couloir s'arrêta face à sa chambre et il se figea, à attendre un coup qui n'arriva pas. Le silence, et pourtant certain de cette présence. Il se leva, se posta face à la porte sans bouger. A attendre sans trop savoir quoi. Un bruit… qui arriva, le faisant presque sursauter et pourtant, il ouvrit cette fichue porte. Des jours qu'il ne lui avait pas parlé, et il se pointait… comme ça, maintenant. Surpris, il n'osa rien dire, s'écarta simplement en le laissant entrer et referma après lui dans un mouvement plus lent. Il n'avait pas de mot… Il n'avait jamais eu les mots. Il se tourna pourtant, pour lui faire face. Pour voir enfin, ce qu'on avait pu lui faire. Pour voir ses marques sur son corps. Pour voir ce qu'il avait été incapable d'empêcher et laisser la culpabilité le ronger. A quoi ça servait d'être fort si au moment où on avait besoin de lui, il était trop ailleurs pour répondre présent ? Il s'en voulait et une partie de lui ne cessait de lui dire que c'était sa faute. Que ce mec, il aurait été capable de l'exploser avant même qu'il ne pose sa main sur son corps. Il écarquilla les yeux, perdus sur les griffures de son bras, pour les remonter vers les siens. Désolé. Ce n'était pas que des mots, son regard le criait. Son corps le hurlait. Puis de l'incompréhension, et un froncement de sourcil, rejetant cette idée qu'il puisse être désolé. Refusant qu'il le soit. « tu es venu t'excuser ? Hyun Soo, t'es bien le seul qui doit pas être désolé dans l'histoire. T'as pas le droit d'être désolé…  t'as rien fait pour l'être. »  Il secoua la tête, détourna les yeux. Il pouvait pas soutenir, encore une fois. Il était pas fort, pas le mec sur qui on pouvait décidément compter. Il ne savait même pas pourquoi il était venu le voir lui, alors qu'il devait le savoir… Il savait pas consoler.  « je suis désolé… de pas avoir été là. »  



    I'M BIGGER THAN THESE BONES ◇ Fate is like a small sandstorm that keeps changing directions. You change direction but the sandstorm chases you. Over and over. Why? Because this storm isn't something that blew in from far away, something that has nothing to do with you. This storm is you. Something inside of you. endlesslove

real sunan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bae Hyun Soo

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 28 Mai - 12:56





hyunan
« I'm so sorry, please, save me from this darkness »

outfit + Je n’avais cessé de l’éviter. De repousser ce moment, inlassablement. Ce moment où je devrais lui faire face. Celui où mon regard plongerait dans le sien. Et où je ne pourrais plus lui mentir, comme mis à nu. J’avais fuit les murs de cette école, restant cloîtré dans ma chambre, évitant les couloirs déserts et ne m’approchant plus de cette putain de salle qui me faisait désormais horreur. J’étais devenu un fantôme, un être immatériel qui rasait les murs et venait déjeuner à des heures indues, pour ne pas le croiser. Pour ne pas avoir à lui parler ou soutenir son regard. Mais l’éviter me bouffait. Son absence me nuisait. Parce que Sunan était mon soleil. Cette personne qui rythme votre vie. Celle qui accélère les battements de votre cœur et vous décroche le plus beau des sourires. Et que sans lui, la vie n’avait juste plus de sens. Sauf que cette vie là, elle m’était désormais interdite. Lui, je n’avais même plus le droit de le désirer. Même l’admirer de loin était devenu douloureux. Parce que j’avais été souillé. Parce que ces lèvres qu’il avait volé à plusieurs reprises, me dérobant mon premier baiser, avaient été saccagées par un autre. Et ça, je ne pouvais le concevoir. Ni même lui avouer. J’en avais bien trop honte. Ce souvenir me faisait bien trop peur.

J’aurais voulu être sien. Mais comment avouer une chose qu’on ne s’avouait pas à soi-même avant ? J’aurais voulu qu’il me possède, qu’il me marque et m’exhibe. Que je sois le seul dans sa vie. Un putain de privilégié. Qu’il arrête d’aller voir ailleurs. J’aurais voulu lui demander si je ne lui suffisait pas. Sauf que j’avais bien trop peur de la réponse. Parce que je savais, au fond, qu’il n’était pas amoureux de moi. Que j’étais le seul à le désirer, et que je finirais par me brûler les ailes. C’était désormais chose faite. Mais pas de la manière dont je m’y attendais. Je n’avais rien pu lui dire. Et je ne le pourrais jamais. On m’avait claqué la porte au nez, avant même que je ne puisse toquer, mes chances déjà inexistantes s’envolant et s’éparpillant au quatre coins du bled. J’avais tout fait foirer. Même si je n’avais rien demandé. Et ça ne me tuait que d’autant plus. Pourquoi ce type avait du jeter son dévolu sur moi ? Pourquoi était-ce sur ma personne qu’il avait poser ses mains sales et répugnantes ? Je n’avais jamais voulu pareille chose. J’avais même tout fait pour l’éviter, le repoussant encore et encore sans comprendre ce qu’il me trouvait. Mais ça m’avait juste explosé à la gueule, et tout ce que j’avais pu faire, c’était pleurer. Pleurer sur mon sort. Pleurer ce prénom qui m’écorchait la gorge à chaque fois tellement ne serait-ce que l’entendre me faisait mal. Le nom de cette personne que j’aimais tant, et qui autrefois me faisait tourner la tête. Qui me la faisait encore tourner aujourd’hui d’ailleurs.

Je me trouvais désormais dans sa chambre, debout, droit comme un piquet, incapable de prononcer quoi que ce soit d’autre que des excuses. Incapable même de détourner mon regard de sa personne, alors que j’aurais mieux fait de l’éviter. Pour ne pas le voir s’attarder sur mes bras. Pour ne pas voir ses yeux s’écarquiller face à mes marques. Je regrettais d’être venu en t-shirt. J’aurais voulu me cacher. Mais même bouger était devenu un fardeau. Tout ce que je réussis à faire, c’est tenter de camoufler mes bras en passant mes mains dessus, sans trop de résultat. Sauf que… Qu’il ne me regarde pas, c’était encore pire. Voir son regard se détourner, ce visage se détourner du mien, me faisait me sentir encore plus sale. Plus minable. « Pas le droit... » murmurais-je tout bas, ma voix se cassant. Je n’avais pas eu le droit de choisir, pas le droit de décidé ce que l’on faisait de mon corps, et maintenant… Je n’avais même plus le droit à la parole. C’en était trop. Pourquoi ne voulait-il pas de mes excuses, juste pourquoi ?! Et c’était lui qui s’excusait… Alors qu’il avait été renvoyé par ma faute… Non, NON ! Je ne voulais pas de ça ! « Si, je suis désolé. Je le suis même tellement que je ne sais plus comment m’excuser. Alors ne rejette pas mes mots. Pas après que j’ai finalement eu le courage de venir jusqu’ici. Je… » Je ne savais pas quoi dire, ma gorge était sèche, ma voix rauque et mes yeux embués. Mais je refusais de céder à la facilité et pleurer. Je refusais d’être faible devant lui qui n’avait rien demandé. « Tu n’as pas à t’excuser de ne pas avoir été là, je ne suis pas sous ta responsabilité, et tu ne peux pas être partout. » Mensonges… Que des mensonges. Pourquoi je n’arrivais pas à dire la vérité ? Que j’avais crier son nom jusqu’à m’en perforer les poumons ? Que j’aurais voulu qu’il soit la, qu’il l’en empêche et me sauve pour que je puisse me réfugier dans la chaleur de ses bras ? Comment lui dire que seul lui était capable de réparer ces plaies ? Qu’il était le remède, mais que je m'interdisais même une prescription ? Que je crevais d’envie de le toucher et me réfugier contre lui, mais en étais tout bonnement incapable, préférant encore me dissoudre sur place que d’y céder ? J’étais un lâche. Une faible. Un menteur pitoyable. Et je l’assumais même pas. « Tu as été renvoyé par ma faute, et tu n’es même pas en colère contre moi ! Il parait que tu t’es transformé en loup et… Je sais même pas pourquoi… Enfin je veux dire… » Non, je savais pas ce que je voulais dire. Tout se mélangeait dans ma tête. Pourquoi il avait perdu le contrôle alors qu’en général il était calme ? Pourquoi il était devenu à ce point fou alors qu’il ne m’aimait pas ? Pourquoi il avait été aussi loin pour moi ? Je cherchais des réponses qui ne venaient pas. Bousculais mes neurones dans un ouragan que je ne refrénais pas. Et la seule et unique chose que j’aurais voulu entendre, je savais pertinemment qu’il ne la dirait pas.  



I'M NOT A CHILD, SO LOOK AT ME PLEASE
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po Ngam Sunan

hybrid
and your naughty modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 28 Mai - 14:48




hyunan
« I hope you feel guilty salou »

outfit + C'est lorsque l'on fait un geste pour une personne, un geste dont on n'aurait pas soupçonné l'ampleur, que l'on se rend compte à quel point elle est importante. Il le savait. Depuis le jour où Sunan l'avait cherché, dans la grande salle, que Hyun Soo avait réellement fait une place à ses côtés. En se demandant où il se trouvait, en commençant à s'inquiéter pour lui. Mais il n'aurait jamais deviné que tout ça prendrait une telle importance, qu'il chamboulerait un peu son quotidien, que tout éclaterait. Qu'il se serait mis à avoir peur pour sa vie, ou qu'il se mettrait tant en colère pour lui. Pour un gars qu'il connaissait depuis quelques mois… Il aurait été capable de le protéger, comme ses meilleurs amis. De s'engueuler, alors qu'il s'était inévitablement attaché, comme Eunji. Pour Hyun Soo, il était déjà capable de tout. Et s'il s'en était rendu compte, s'il avait passé plus de temps à se soucier de cela que se borner sur la faute qu'il n'avait pas commise, il aurait flippé. Il lui aurait foutu la trouille. Il se serait fait peur. Perdre le contrôle n'avait rien de si effrayant… Sauf lorsque cela concernait une personne qu'on ne connaissait pas tant.

Il ne lui en avait jamais voulu. Il n'attendait pas d'excuse, pas même sa venue. Il ne pensait pas qu'il voudrait le voir, s'était même demandé si Hyun Soo lui reprocherait, de ne pas avoir été présent. Son absence était sa faute. Son incapacité. Il n'était même pas capable de dire ce qu'il pouvait bien foutre ce jour-là, mais certainement rien d'important. Rien d'aussi important que ça. Et ça l'énervait. Ça le frustrait au plus haut point, de ne jamais être là. Pour Jia, pour Suyeol. Et pour lui à présent. Tout s'accumulait, tout s'entassait, et il n'avait jamais su extérioriser de la meilleure façon. Puisque parler, ce n'était pas pour lui. Comprendre non plus. Le comprendre, encore moins. Il était pas le gars qu'on venait voir après, l'avait jamais été. Le gars qui soignait les blessures. Ses blessures. Il pensait pas en être capable, observait les traces, comme réalisant d'autant plus ce qu'il n'avait pas pu empêcher. Sans penser que son regard aurait pu aussi le blesser. Sans penser que lui faire face devait être un supplice. Qu'exhiber ce qu'il s'était produit devait être insupportable. Il ne pensait qu'à ce type, qu'il aurait voulu exploser. A cette colère, et pas à ce qu'il pouvait bien ressentir à l'instant. Parce qu'il n'arrivait pas à concevoir qu'on pouvait se sentir désolé après ce qu'il s'était passé. C'était pas la réaction qu'il avait attendu, pensait qu'il serait tout autant révolté que lui. Qu'il en voudrait à quelqu'un, même à lui. A tout le monde s'il le voulait, il en avait bien le droit. Puisque ses propres droits, on les avait bafoués. Salis. Parce qu'on avait été contre son interdiction. Sans doute avait-il crié et lui, n'avait rien entendu. Il avait été le sourd de l'histoire. Et pourtant, il n'était pas celui qui devait être le plus désolé, celui qui  portait toute la faute était allongé sur un lit, à l'infirmerie. Dans l'enceinte de l'école. Dans la même école que lui. Et ça, franchement, c'était pas quelques jours de renvoi qui arriveront à le calmer. Son regard retrouva le sien, sans réussir à le soutenir. Il ne savait pas comment s'y prendre. Il ne savait pas ce qu'il était sensé dire, ou si un geste vers lui le ferait reculer. S'il éviterait un quelconque touché, ou ce qui aurait pu soulager un peu sa peine à présent.  Tout ce qu'il aurait cru bon pouvoir faire pour lui, lui était hors de porté. Pour le reste, il en savait pas. Alors il restait là, figé. Il pataugeait, et le blessait. Par son regard fuyant, par son regard s'attardant sur son corps, sans savoir à quel point son regard avait de l'importance pour lui. Il était maladroit, autant que lui. Il trébuchait, mais avec les mots.  « T'as eu le courage de venir jusqu'ici, ouais … »   il soupira, serra les points. Sans trop comprendre pourquoi il avait besoin de courage pour lui faire face à présent. Pourquoi, il avait peur de lui ? Mais c'était une pensée égoïste, se rendant compte qu'en fait, ça n'avait rien avoir avec lui. Ca le révoltait, au fond. Qu'il se sente si mal. Qu'il s'enfonce, qu'il prenne une faute qui n'était même pas la sienne. Qu'est-ce qu'il attendait de lui ? Qu'il accepte ? C'était juste.. hors de question. « mais j'en veux pas de tes excuses. Je veux pas que tu t'excuses… Je veux même pas que tu te sentes désolé. Alors si putain, je les rejette tes mots. Sois en colère. Gueule. Cogne. Chiale si tu veux. Aie le courage de faire ça. Mais t'excuse pas, t'excuse pas pour ça ! »   Il releva enfin les yeux, ses mots claquant, son regard plus dur...qui s'adoucit presque aussi rapidement qu'il croisa de nouveau les siens. Putain. Il pouvait voir sa douleur, sans qu'il n'en dise un mot. Il pouvait voir à quel point ça le rongeait. Il le voyait de nouveau, sur le point de pleurer. C'était même pas à lui de se plaindre, ou de s'emporter. Il se mordit l'intérieur de la joue, passant sa main dans ses cheveux en détournant les yeux, alors qu'il lui claquait au visage qu'en fait, il lui en voulait pas. Qu'il était pas le responsable, qu'il aurait rien pu faire. C'était con. Tous les deux là, à s'excuser. Sans accepter. Sans s'écouter. « ouais, c'est vrai… t'es pas sous ma responsabilité. Et alors ? T'es pas un inconnu, t'as cru que je m'en foutais de toi ou quoi ? »   Et enfin, il fait un pas, sans se rendre compte, reportant son attention et son incompréhension sur lui. « Bien sûr que j'aurai voulu être là ! Putain Hyunsoo ! »   Il savait même pas pourquoi il lui criait dessus, à présent… Il avait rien demandé. Il avait pas demandé son aide après tout. Il laissa échapper un grognement, de la frustration qui ne s'était jamais dissipée et fit de nouveau quelques pas, pour s'en éloigner. Destiné à tourner en rond, faut croire. Mais pas en colère contre lui. Il lui en voulait pas. Il lui en voulait juste d'être désolé, pas du fait qu'il soit coincé ici. De toute façon, il se démerdait et était loin d'être le plus à plaindre de l'histoire. Il voulait même pas parler de ça, tellement cela lui semblait ridicule. Pas important. Insignifiant.  « On s'en fout, c'est qu'un renvoi temporaire … C'était impulsif et con… C'était ma faute. C'est pas ma première connerie, alors t'inquiète pas. »   Il soupira, encore. Sans comprendre qu'au fond, il aurait aimé savoir ce qu'il représentait pour lui. Il aurait pas pu lui répondre, il ne le savait pas lui-même.


    I'M BIGGER THAN THESE BONES ◇ Fate is like a small sandstorm that keeps changing directions. You change direction but the sandstorm chases you. Over and over. Why? Because this storm isn't something that blew in from far away, something that has nothing to do with you. This storm is you. Something inside of you. endlesslove

real sunan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bae Hyun Soo

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Dim 29 Mai - 23:08





hyunan
« I'm so sorry, please, save me from this darkness »

outfit + C’était un dialogue de sourds. Je parlais, et lui aussi, mais aucun n’écoutait. Ou aucun ne comprenait l’autre. Ne cherchait à comprendre. Trop obnubilé par notre propre douleur. Par nos propres démons. Incapables de voir ceux de l’autre. Parce qu’on en avait peur. Parce qu’on était pas sur de pouvoir le supporter non plus. Ou parce que la fuite semblait plus douce que l’acceptation de la situation, sans doute. Moi même je ne savais pas ce que je foutais ici. Pourquoi je m’excusais ? Je le savais déjà, qu’il n’en aurait pas voulu de mes mots. Tout comme je savais qu’il aurait probablement passé sa journée comme un lion en cage, avide de liberté et ne supportant pas être exclu. Mais alors quoi ? En quoi ma venue aurait changé les choses ? Je ne pouvais combler ses plaies, les miennes me bouffant déjà jusqu’à la moelle. Je ne pouvais même le rassurer en lui disant que j’allais bien. Ce mensonge était au delà de mon imagination. Et il aurait su, que je mentais. Ça l’aurait énervé, que je me foute de sa gueule. Sûrement même m’aurait-il demandé si je le prenais pour un con. Sauf que je ne savais pas quoi dire. Pas quoi faire. Était-ce une erreur d’être venu ? Assurément. Mais je ne pouvais plus faire marche arrière. Je ne voulais pas non plus. Parce que j’avais besoin de lui. Parce que la souffrance qu’il me procurait était toujours plus douce que son indifférence. Que son absence. Et c’était ça le pire au fond. Savoir qu’alors que je ne le méritais plus, j’étais incapable de le laisser partir.

J’avais l’impression qu’il prenait mal chacun de mes mots, qu’il les comprenait mal aussi. Qu’il était trop énervé pour en chercher seulement le sens. Il me paraissait sur la défensive, tous ses muscles comme tendus, et prêt à exploser. Seulement, je ne comprenais pas pourquoi. Étais-je une menace ? Non. Rien que de penser que j’aurais pu en être une pour lui était ridicule. Sauf que je ne voyais pas d’autres raisons. Oui, il m’avait fallu du courage pour venir jusqu’ici. Pour sortir de ma chambre. Pour camoufler mes larmes. Pour mettre un pied devant l’autre. Pour poser le regard sur lui. Putain, mais rien que respirer était une épreuve ! Pourquoi il ne comprenait pas ça ? Pourquoi il se retenait ? Mais qu’il m’explose à la gueule ! Qu’il extériorise ! Qu’il me dise ce qu’il pensait dans sa tête de caillou ! J’en pouvais plus de ce visage crispé. De cette voix incertaine. De ce corps qui semblait ne même plus savoir où se mettre. Avais-je changé à ce point ? Étais-je un monstre ? J’aurais voulu… Même ça, je ne le savais plus. J’étais risible. Autant que cette situation était pathétique. Je ne savais pas ce que j’attendais de lui. Ou même de nous. Mais j’étais entrain de tout faire foirer. Remarque, n’était-ce pas déjà le cas avant que je me pointe ? Et il s’énerva de nouveau, plus fort cette fois. Ancrant ses yeux dans les miens, rejetant mes excuses avec plus de vigueur. Que je gueule ? Je l’avais déjà fait. Jusqu’à avoir une extinction de voix. Je l’avais crier, son nom. Jusqu’à la fin. Et même au delà. Mais à quoi cela m’avait-il servit ? Mon être s’était juste brisé face au silence qu’il me renvoyait. Que je cogne ? J’avais essayé, brassant du vide et beaucoup trop vite dominé, bien trop faible face à mon adversaire. Alors au final, c’est moi-même que j’avais frappé, griffé, presque mutilé tant cette enveloppe me faisait horreur. Que je chiale ? J’avais cru être vidé en arrivant ici. J’avais pensé qu’après toutes les journées passées à n’être bon qu’à ça, plus une seule goutte d’eau n’habitait mon corps. Fallait croire que c’était faux. Puisque sa simple vue me donnait envie de m’écrouler. Justement, c’était ça, mon courage. Ne pas sombrer. Arriver à rester debout. A me tenir face à lui. A le regarder dans les yeux sans ciller. Sans verser une larme. A vouloir encaisser ses cris pour qu’il se sente mieux. Pour que je me sente mieux. Sans même y arriver. Il fallait croire que je n’étais décidément plus bon à rien.

« Pardon… » C’est tout ce que je réussis à lui répondre. Il avait raison. Il n’avait pas besoin de m’aimer pour avoir voulu me protéger. Pour avoir voulu empêcher un viol. Parce qu’il était comme ça. Parce qu’il était droit, même s’il ne l’admettrait pas. Qu’il s’en fichait de lui, mais qu’il tentait toujours de protéger les autres. Qu’il donnerait tout pour ses amis, au détriment même de sa personne. Et ça me faisait mal, ça me tuait tout comme je savais qu’au fond, c’était aussi pour ça que je l’aimais putain. J’en pouvais juste plus. Le voir faire un pas pour ensuite reculer de trois, chercher mon regard pour le fuir ensuite… Je voulais juste que ça cesse. Que tout s’arrête. J’avais été empoisonné, et chaque parcelle de mon être souffrait le martyr sans trop savoir quand ça allait finir par lâcher. Et c’était ça le soucis. Je ne voyais plus de fin à cette souffrance infinie. J’étais juste... Enfermé. Étouffé et rongé. Ressassant toujours les mêmes pensées. Mes mains tentant de camoufler mes bras s'agrippèrent sur la chair comme si je voulais l’arracher, laissant de nouvelles traces. De nouvelles marques. De nouvelles griffures. Mais je ne m’en rendais même pas compte. C’était devenu mécanique. Une habitude malsaine. Comme si cela pouvait nettoyer mes plaies. De toute façon, je ne ressentais même plus ce genre de douleur. Elle était bien trop faible. Insignifiante dans ce gouffre sans fond dans lequel on me plongeait. Indolore. « Non. Non, on s’en fou pas ! Ouais c’était con ! Complètement débile même, et t’aurait jamais du faire ça. Mais qu’importe de le gueuler maintenant alors que c’est déjà passé ? Je sais qu’au fond si on pouvait revenir en arrière, tu ferais pareil tellement t’es con ! C’est pas de ta faute, non. Parce que si… Si… Si “ça” n’était pas arrivé, on en serait pas la. Tu serais avec tes potes, à meihua, entrain de rire. Tu serais encore le même je m’en foutiste que j’ai croisé il y a quelques jours avant que tu ne l’apprennes. Et ça, ça, c’est de ma faute. Parce que si je te l’avais mieux caché, on en serait pas là. Parce que si t’es entrain de pourrir là, c’est à cause de moi. Tu crois que je suis la pour quoi ? Pour te gueuler dessus ? Pour te foutre une faute qui n’est pas tienne en pleine face ? Mais merde Sunan, C’EST PAS TA FAUTE ! » Ma voix se brise, et je me détourne. Parce que je ne peux plus soutenir ce regard. Parce que j’ai faibli. Et tandis que je suis de dos, hors de portée de son champ de vision, mes poings se serrent et une larme roule sur ma joue. Seule témoin de ma faiblesse.   



I'M NOT A CHILD, SO LOOK AT ME PLEASE
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po Ngam Sunan

hybrid
and your naughty modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 30 Mai - 4:05




hyunan
« I hope you feel guilty salou »

outfit + La frustration, l'énervement. La sensation d'injustice et celle de la culpabilité aussi… Lui brouillaient la vue et l'aveuglait. Il s'énervait d'un rien, se braquait à la moindre occasion. Et il captait pas. Il captait pas pourquoi il était planté là, à lui parler d'un courage qu'il aurait pris pour venir le voir. Pour une raison qui lui paraissait insensée ; des excuses, à lui qui n'en attendait aucune. A lui qui sentait le poids la culpabilité et le besoin de dire pardon. A lui, l'incapable. A lui, qui se sentait tellement impuissant face à ses yeux lui criant sa douleur. Et ça le révoltait, plus que ça ne le réconfortait d'entendre ses mots. Il rejetait. Il les méritait pas. Il voulait pas être réconforté et il aurait été plus logique qu'il vienne chercher consolation que le pardon… Mais pas ici. Pas dans cette chambre miteuse, dans une auberge au prix de la nuit suffisamment médiocre pour que cela passe inaperçu. Pas à Sunan, qui n'avait rien fait pour lui, à part agiter les couloirs de l'école. Si sa présence ici était une mauvaise idée ? Il répondait assurément que oui et cela le blesserait une fois de plus, alors que l'hybride y entendrait d'autres raisons. Parce qu'il pensait à Hyun Soo avant sa personne et se connaissait suffisamment pour savoir qu'il n'était pas le bon justement, pas celui qu'il attendait qu'il soit. Parce qu'il s'en foutait de se retrouver coincé, parce qu'il savait que c'était rien comparé à ce qu'il vivait, au final. Mais il s'exprimait mal. Ils ne partageaient pas la même vision, ne voyait pas la situation sous le même angle. Il le blessait. Il n'était pas doux, pas compréhensif. Un mec franc, mais aux idées arrêtées. Un mec buté et impulsif. Un mec qui voyait jamais rien. Le mauvais gars, aux mauvaises décisions. Sunan, toujours le même.

Ils tournaient en rond. Il avait cette fichue impression de tourner en rond. Etre coupé du monde, être loin de Meihua. Enchaîné, à devoir accepté que le mal était fait. Un mal qu'il ne pouvait concevoir et dont il refusait l'idée. Alors que c'était même pas à lui, d'accepter. Hyun Soo n'avait pas mérité ça. Et pour cette simple pensée, il se révoltait tellement qu'il perdait le contrôle. Pour cette simple pensée, il aurait soulevé le monde. Sauf qu'il pouvait pas, pauvre gars qu'il était, on l'avait mis en cage pour ça. Remis au rang de simple élève, un pauvre clebs à éduquer, subissant des conséquences pour ses agissements, lui qui détestait ça, se sentir ainsi bridé. On l'avait foutu entre quatre mur, pour qu'il soit sage, sans pouvoir fuir. Pas avancer, pas reculer. A se buter contre un mur et sentir tout ce qu'il retenait pour ne pas lui exploser à la figure. Pour ne pas se heurter au corps suffisamment meurtri du dujuan, il en avait assez encaissé.  Son pardon, encore une fois. Et ce con, il soupire, sans trop savoir ce qu'il était sensé ressentir. Désarmé, face un pauvre gosse paumé. Un pauvre gosse qui avait rien demandé, à part un peu de sympathie de sa part… De l'affection, qu'il n'avait jamais vraiment donné. S'il s'énervait tant, pourtant, c'était bien parce qu'il comptait, plus que ses mots ne le diraient jamais.  Ses nerfs à vifs et sensibles, tout était une agression, retournée contre lui. Il s'en rendait compte, suffisamment pour se calmer, un peu. Pour tenter d'arrêter de tourner en rond, justement. A croire qu'ils étaient perdus dans un cercle vicieux, emportés par les émotions avant la réflexion. Son regard se fige sur ses doigts, semblant s'ancrer dans sa peau, et ça lui suffit pour vouloir de nouveau s'approcher et l'empêcher. « Arrête… » Son geste n'ira pas jusqu'au bout pourtant, confronté à sa propre idée de la situation. Est-ce qu'il lui permettrait de le toucher ? Est-ce que ce ne serait pas le blesser d'autant plus ? Et il repartait dans ce même tourbillon de questions. Sans savoir et sans comprendre. L'énervement et la frustration suivant.

Il voulait pas être ce type qu'il décrivait. Il voulait pas s'en foutre, rire avec ses potes. Il voulait pas ne pas être au courant. Il soulevait ce qu'il n'acceptait pas. En fait, c'était ça, le coeur du problème. C'était pas si compliqué, ça n'avait pas tant besoin discussion. Il voulait pas accepter qu'il se sentait à ce point coupable, que le pardon lui semblait impossible. Parce qu'à lui-même, il ne se le pardonnerait jamais. Quoi qu'il en dise. Ce stupide pardon, qu'il lui claquait encore au visage. Qui le révulsait et faisait naître à nouveau cette colère, cette envie de répliquer. Cette envie de tout balancer. « Tu comprends pas… Tu comprends vraiment rien ! Ouais, c'est une idée con. C'est ce que tout le monde dit. Moi je trouve pas ça con tu vois. J'me sens pas coupable pour ça. Et si on me laisse y retourner, je referais la même connerie. Et j'en ai rien à foutre. Parce qu'il est hors de question que je reste là sans rien faire ! Parce que j'accepte pas. Je sais pas pourquoi t'es là, pourquoi tu viens me voir moi alors que je suis le dernier type qui doit être capable de t'aider à te sentir mieux.  Tu sais pourquoi je suis tellement colère? Tu sais pourquoi j'ai réagi comme ça ?! Parce que je sais que j'aurai été capable de te protéger ! Mais j'étais pas au courant ! Je savais rien ! J'ai rien vu, j'ai pas - MAIS J'ETAIS MEME PAS LA ALORS QU'UN MEC A OSE… ALORS SI C'EST. MA PUTAIN. DE FAUTE ! » Face à son dos, sans son regard. Sans le voir et encore plus impuissant. Ses poings se crispent et le démangent. Et il rage, s'éloigne. Préfère laisser aller ses doigts, serrés, rencontrer le mur dans un craquement d'os. Sauf que ça lui fait pas de bien, ça soulage rien. Ca frustre encore plus, et il s'en mord la lèvre, passant rageusement son autre main dans ses cheveux. Il en pouvait plus, de cette situation lui non plus. Il en pouvait plus de le voir aussi mal sans pouvoir rien faire, sans savoir quoi faire. Sans avoir le droit de faire quoi que ce soit. Ce qu'il pouvait être con, parfois… Si con qu'il se trouvait ridicule. Si con qu'il rirait presque de lui-même. Con et égoïste. « T'es trop con Hyun Soo. T'es vraiment trop con d'être venu. Je veux pas te laisser y retourner putain tu fais chier merde... » Il soupira bruyamment. Ça suffit. Ça suffit, il en avait marre. Il en avait marre de se retenir, de se poser trois milles questions. Il prenait le risque. L'impulsivité le prenait à sa place. Il franchit enfin la distance, se poste en face de lui. Pas plus doux, pas moins énervé.  « Regarde moi... REGARDE MOI. » Et il le touche enfin. Sans hésitation, sans se rétracter. Il pose ses mains sur ses joue, relève son visage et attire ses lèvres contres les siennes. Il pouvait pas revenir dans le passé ? Très bien...Très bien. Mais il laisserait pas les choses comme elles l'étaient. Il se contenterait pas de le regarder souffrir. Il allait effacer... Il allait tout effacer. Les marques. Les souvenirs. Il lui offrirait pas de câlin, pas de mots doux. De toute façon, c'était pas ce qu'il était venu chercher, non ? « tu me fais confiance ? »


    I'M BIGGER THAN THESE BONES ◇ Fate is like a small sandstorm that keeps changing directions. You change direction but the sandstorm chases you. Over and over. Why? Because this storm isn't something that blew in from far away, something that has nothing to do with you. This storm is you. Something inside of you. endlesslove

real sunan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bae Hyun Soo

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 30 Mai - 21:31





hyunan
« I'm so sorry, please, save me from this darkness »

outfit + J’en pouvais plus. J’en pouvais plus de jouer au mec fort et courageux. De prétendre que j’allais bien et soutenir son regard qui me détruisait. C’était pas pour moi, de jouer les invincibles. De tenter de réparer une situation qui se cassait la gueule ou de vouloir paraître plus mature. C’était juste pas moi. Je m’attendais à quoi, sérieux ? A un miracle ? Non, parce que si miracle il avait du y avoir, il se serait passé avant. Bien avant. Il aurait éviter ces choses que je tentais d’oublier, mais auxquelles au final, je ne faisais que repenser, comme si je cherchais moi même à m’auto-détruire. En même temps, qui pourrait oublier ? Je n’avais jamais eu une mémoire sélective. Et j’étais incapable de délester ces choses de mes pensées. J’aurais voulu être ce genre de mec qui oubliait tout après un traumatisme. Ou que l’on me lance un sortilège pour que j'oublie. Pour que la culpabilité cesse de me ronger. Pour que le dégoût et la peine cesse d’hanter mon esprit et mes nuits. Sauf que même si j’oubliais, ça ne changerait rien. Pire, je ne serais même pas capable d’éviter ce gars, qui pourrait très bien recommencer, car personne n’étant au courant de son crime si ce n’est Kamon. Kamon et Sunan. Mais lui non plus, je ne voulais plus le mêler à ça. Je m’y refusais. Et puis mon corps, lui, n’oublierait pas. Ces marques ne s’effaceraient pas. Je serais toujours autant… Sale. Comme un déchet qui attendrait son heure pour être emmener à la casse.

Que j’arrête ? Je ne comprenais pas ses mots de suite. Perdu au milieu des ruines de ma vie. Et puis mon regard descendit le long de mes bras, et je me rendis compte de mon geste. Pourquoi devait-il toujours voir ce qu’il y avait de plus pitoyable en moi ? Pourquoi devait-il toujours être celui là ? J’avais honte. Je crevais de honte, et pourtant, je ne pouvais décrocher mes ongles de ma peau. Encore moins lorsqu’il arrêta son geste. Il ne voulait pas me toucher. Il me trouvait répugnant. J’étais répugnant. Un frisson me parcouru, et je resserrais ma prise sur mes avant-bras. Que quelqu’un m’arrache à ce corps, j’étouffe… Mais il continuait, et moi, je finis par gueuler. Par lui sortir des mots que je ne pensais pas. Par tenter de le forcer à accepter des excuse dont il n’avait jamais voulu. Afin de soulager un peu ma putain de conscience. Afin de croire qu’ainsi, j’aurais pu réparer ne serait-ce qu’une miette de tout ce qui était parti en fumée. Mais c’était vain. Tellement vain, bordel ! Et je m’en rendais compte, tandis que je me tournais dos à lui, plus capable de lui faire face. De lui tenir tête. D’entendre une quelconque portée de ses mots. Tandis qu’une larme s'évadait de mon regard d’obsidienne, suivie par une autre, avant qu’elles ne deviennent légion, me mordant la lèvre pour ne pas laisser échapper un râle de douleur. Non, je comprenais rien. Et je voulais rien comprendre. J’en avais rien à foutre d’être buté ou totalement con. J’avais juste trop peur. Peur qu’il me dise de partir. Peur qu’il me dise que tout était fini. Peur de le perdre alors que j’aurais du me retirer de moi même. Mais j’en étais incapable putain ! J’aurais du, oui, j’aurais du rester à meihua. Continuer à l’éviter. Devenir plus transparent et faire en sorte qu’il oubli mon existence. Qu’il ne soit plus pénalisé ou blessé par ma faute. Qu’il ne pète plus les plombs pour moi. Sauf que j’étais pas quelqu’un de rationnel. J’étais pas assez fort pour réussir à lâcher prise non plus. Parce que je l’aimais putain, je l’aimais à en crever depuis des mois ! A souffrir, à rien comprendre, à me perdre, et ne plus savoir qui j’étais. Mais qu’importe qui j’étais au fond, tant que je pouvais retrouver la chaleur de ses bras. Sauf que même ça, on me l’avait arraché. Au fond, je savais très bien ce que je faisais là. Je voulais le voir. Et c’était tout. Il y avait pas besoin d’aller chercher plus loin. De se poser quarante mille questions. D’essayer de trouver quelque chose de logique. J’étais la parce qu’il me manquait. Parce que j’étouffais sans lui. Parce que je préférais qu’il me blesse lui plutôt qu’un autre. Parce que j’aurais pu tout accepté de lui merde ! Si seulement… Si seulement il ne me fuyait pas.

Il aurait été capable de me protéger, et je le savais. Mais je ne voulais pas lui en vouloir. A quoi bon ? C’était chose faite. Alimenter une haine inutile ne me mènerait à rien. Et ce taré n’avait pas pu non plus aller jusqu’au bout. Son pote m’avait sauvé. Alors oui, j’aurais voulu que ce soit lui. Oui, j’aurais voulu qu’il l’en empêche. Et oui, j’aurais aimé qu’il réponde à mon appel. Qu’il accoure vers moi. Qu’il n’ignore pas la vérité pendant plusieurs jours pour finalement l’apprendre de la bouche d’un autre. Et que dans un excès de colère on l’arrache à meihua. A moi. Mais à quoi ça servait de reparler de ça ?! Je pouvais pas changer les choses, même mes pouvoirs ne me permettaient pas de remonter le temps. Bien trop inutiles quand j’en avais vraiment besoin. Je pouvais pas stopper sa colère qui montait et le bouffait lui aussi. Tout comme je pouvais plus retenir ces larmes à la con qui noyaient mon regard et obscurcissaient ma vue. J’étais juste capable de le laisser gueuler, encore et toujours plus, extérioriser un mal qui lui collait à la peau autant qu’à moi. Le laisser cogner et sursauter à ce bruit sourd sans pouvoir bouger. Incapable de parler. De lui présenter seulement mon visage… J’étais qu’un raté. Alors ouais, qu’il me traite de con. C’était la pure vérité. J’étais rien d’autre qu’un ptit merdeux. Un abruti qui n’aurait pas du ven… Il avait dit quoi ? Il voulait pas… Me laisser y retourner ? Ça voulait dire quoi ça ? J’étais sensé comprendre quoi, moi ? Mon coeur recommença a battre espérant sûrement quelque chose qu’il ne pensait pas, chaque tonalité plus douloureuse que la précédente, mais il ne me laissa pas chercher plus loin. Parce qu’il était déjà la. Devant moi, tandis que je baissais la tête, me criant de le regarder, ce que je fis sans même le vouloir, tellement surpris et paumé que j’étais incapable de faire autrement. Plongeant mon regard détruit dans le sien colérique. « Je… » Mais je n’eus pas le temps de répondre le moindre mot. De toute façon, des mots, je n’en avais plus en stock. Il m'agrippa le visage sans aucune douceur, et je me laissais faire, telle une poupée de chiffon. Avant que ses lèvres ne se collent aux miennes. Avant que mes yeux ne s’écarquillent, comme si la lumière arrivait enfin jusqu’à ma rétine, me permettant de voir de nouveau. Avant que l’oxygène n'afflue de nouveau dans mes poumons, me permettant enfin de respirer, de sortir cette putain de tête de l’eau et d’enlever un tant soit peut cette maudite brume qui entravait mes sens et brouillait mon esprit. Il avait retourné tout mon être. Avec le simple contact de ses lèvres sur les miennes. Il m’avait réveillé. Il avait fait s’arrêter mes larmes de couler. Comment était-ce possible ? Comment pouvait-il avoir autant d’emprise sur mon être ? En fait, je m’en foutais du pourquoi du comment. Tout ce que je voyais, c’était lui. Lui qui me regardait. Lui qui me touchait. Lui que je ne révulsais pas. Lui qui m’embrassait. Alors je fermais les yeux, m’abandonnant à sa pénombre envoûtante, prêt à m’y perdre s’il le fallait. Je sortais mes ongles de ma peau, j’arrêtais de jouer à la statue de sel. Et lorsqu’il me demanda si je lui faisais confiance, je ne pu que coller une fois de plus ses lèvres aux miennes, plus violemment, plus longuement, accrochant sa nuque de mes bras, comme tentant de l’empêcher de s’en aller. Avide de cet oxygène qu’il me procurait. Comme si rompre le contact m’empêcherait de respirer. Je m’étais contenu tout ce temps. J’avais tenté de ne pas céder. Sauf que je pouvais plus. Il était inutile de faire marche arrière. Désormais, c’était moi qui ne le laisserait plus m’échapper. Parce qu’il était ma bouée de secours. Et que je m’accrochais désespérément à lui. « Sauve moi… » Ou détruis moi.   



I'M NOT A CHILD, SO LOOK AT ME PLEASE
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po Ngam Sunan

hybrid
and your naughty modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mar 31 Mai - 0:15




hyunan
« I hope you feel guilty salou »

outfit + Il ne lui demandait pas d'être fort. Personne ne lui demandait de l'être, encore moins lui. Et pourtant, il aurait voulu être suffisamment fort pour lui, suffisamment pour qu'il n'ait pas besoin de l'être.

Il pouvait pas revenir sur le passé. Putain ce que c'était frustrant, de pas pouvoir revenir sur le passé parfois. Mais il aurait voulu y changer tellement de choses, qu'il s'y serait perdu, noyé dans ses propres regrets. Plus qu'il ne voudra l'avouer. Mais le présent… Ça craignait vraiment.  Ce jour… Un seul jour avait réussi à détruire probablement tout l'estime que Hyun Soo avait de son corps. Un seul et unique jour. Une heure, même pas. C'était insignifiant, et à grand impacte. C'était tellement frustrant, de devoir accepter. A vous rendre dingue. Il n'avait jamais été bon pour ça… Pour se plier aux règles. A celle de l'école. Aux codes de conduite. A la vie en elle-même. Il voulait pas se plier à la vie, voulait pas la laisser gagner. Il continuerait de se débattre, pour ses idées. Il continuerait jusqu'à s'épuiser, jusqu'à trouver une solution. Une solution qui ne lui conviendra jamais. Trop capricieux et trop têtu pour arrêter de gueuler pour rien. Pour gueuler sur lui alors qu'il n'avait absolument rien fait. Face à son dos, alors qu'il pouvait l'entendre pleurer mais trop aveuglé par sa propre peine pour se soucier de la sienne. Un putain d'égoïste, c'était ça qu'il était venu voir.

Il le savait, ou aurait du le savoir. Hyun Soo avait toujours été un mec se protégeant derrière une attitude de pseudo rebelle. Il savait qu'il était plus fragile qu'il ne le montrait, qu'un rien l'aurait fissuré. Qu'il y avait sans doute une raison cachée derrière cette fragilité. Des cicatrices, peut-être. Ou une enfance protégée par une mère… Mais il manquait quelque chose. Il lui manquait un certain équilibre, qui lui faisait prendre cette fausse assurance. Et il s'était attaché à Sunan, au point d'avoir plus peur de sa propre vie que de la sienne. Il s'était attaché à la mauvaise personne. La personne la moins stable de Meihua. Il attendait de lui des choses dont le concerné n'imaginait même pas. Il attendait beaucoup trop de lui, beaucoup plus qu'il ne pourrait en offrir. Parce qu'il se le refuserait. Parce qu'il aurait bien trop la trouille de ses propres réactions. Parce qu'il prendrait la première excuse pour fuir, ce con. Il promettait rien, c'était plus simple ainsi. Plus lâche aussi. Mais il avait pas plus réfléchi. Son esprit embrouillé avait cessé de lui procurer un tant soit peu de raison, le laissant écouter à nouveau ces pulsions. Faisant ce dont il avait envie, au risque de le blesser et tant pis. Il était venu le voir lui, ce n'était certainement pas pour attendre de long discours de sa part, il en avait toujours été incapable. Il le connaissait comme ça… Il le connaissait, depuis des mois, pour savoir qu'il était pas doué et qu'il manipulait ses mots dangereusement quand on attendait cela de sa part. Il cessait de parler, ça servait à rien, à part se heurter à un mur. Frapper non plus, ne semblait pas aider, pas plus que la douleur qu'il n'avait qu'à peine ressenti, laissant ses phalanges cicatrisées, ses os se ressoudés. Une douleur trop rapide, trop minime. Si insignifiante, qu'il en aurait fallu beaucoup plus pour qu'il s'arrête, si c'était seulement ça qu'il cherchait… Une autre douleur. Une autre douleur pour camoufler celle présente. Mais ça changeait rien, c'était pas ça qui arrangeait la situation. C'était pas lui, qu'il fallait soulager mais Hyun Soo. C'était Hyun Soo qui se détruisait. C'était face à son regard qu'il devait être. Face à ses yeux embués de larmes, à ses yeux qui lui criaient de faire quelque chose pour l'aider… Celui qu'il n'avait pas su soutenir auparavant, car aucune idée de ce qu'il était sensé faire. Se sentant bien trop incapable. C'était plus le cas, il arrêtait de croire qu'il pourrait changer le passé… Il changerait le présent. Il reprendrait ces lèvres de cet enfoiré. Il lui rendrait ce qu'on lui avait pris. Il lui redonnait le choix. C'était con, un peu taré. Peu importe, sa réflexion était ailleurs, il avait déjà collé ses lèvres aux siennes. Sans envie de lui donner de la tendresse, n'avait jamais appris à soigner des plaies par la douceur… Il n'avait jamais appris à soigner qui que ce soit. Il souffla ses mots, ne s'attendant pas à ce qu'il réponde aussi vite. Ne s'attendant pas à sentir les barrières se briser et leurs retenues s'envoler enfin. Ses mains quittent ses joues en le sentant nouer ses bras à son cou, en sentant autant s'accrocher à lui aussi désespérément, pour les glisser contre son dos, laissant ses paumes caresser sa peau. La Laver, sans savoir quelle parcelle avait été touchée. Peu importe, il s'en foutait… Il embrasserait chaque centimètre de sa peau, pour effacer les souvenirs d'un autre. Il ne savait pas s'il le sauverait, si ce qu'il faisait était bien ou non. S'il cédait à une simple pulsion ou cherchait encore une solution. Il en savait rien… Il en savait foutrement rien. Ses lèvres dévorent les siennes, forçant l'accès dans un grognement bestial. Répondant à l'appel des siennes sans vouloir s'en détacher, sans vouloir lui laisser le temps de respirer. Il mordilla sa lèvre dans un soupire, ses doigts pressant contre sa peau avant de saisir les pans de son haut, le relevant presque aussi rapidement qu'il en eu l'idée. Il le força à desserrer son étreinte, à s'écarter, lui enlevant ce vêtement de trop et l'attira à nouveau à lui après l'avoir jeter au sol… S'emparant tout aussi brusquement de ses lèvres, laissant leurs mâchoires se rencontrer, forçant, puis demandant plus. Arrachant toutes les traces. Ses mains empoignent ses fesses et il le soulève, l'incitant à s'accrocher à lui, le portant jusqu'à son lit pour l'y déposer. Il allait le maltraiter...meurtrir son corps un peu plus. Et s'il voulait fuir, c'était le moment. Avant qu'il n'aille trop loin et qu'il ne le laisse plus partir. Il le surplombe enfin, laissant un peu de répit, le laissant reprendre son souffle, laissant le sien effleurer son cou, caresser les traces… Les traces d'un autre. Il appose ses lèvres et impose les siennes, happant et mordillant violemment sa chair. Ne le laissant plus une seconde de plus à les porter. Et il s'occuperait de toutes. Une par une s'il le fallait. Ne laissant que les siennes visibles, dévorant son cou, faisant rougir même au delà des précédentes.  « Je m'arrêterai pas Hyun Soo…Sauf si tu me le demandes. » Un murmure, preuve de peu de lucidité restante, et il laisse sa langue dessiner un chemin, descendant progressivement jusqu'à sa clavicule, suçotant à nouveau, plus doucement une zone totalement vierge. Il le forcerait pas s'il ne voulait qu'il continue… S'il ne supportait pas plus. S'il changeait d'avis en cours de route. « tu peux partir si tu veux… » Il lèves ses yeux vers les siens, mordille sa mâchoire, avant de lui arracher un autre baiser, son corps se pressant au sien dans un soupire, ses hanches rencontrant enfin les siennes dans un frottement. « tu peux me repousser. » Il ferait même ce qu'il voudrait, si il lui demandait. Il dominerait ses pulsions...n'avait qu'un mot à dire pour l'arrêter, tant qu'il lui pardonnait son manque de retenu. N'arrivant pas à attendre, ne restant pas une seule seconde sans le toucher. Sans reprendre possession de ses lèvres ou laisser ses mains parcourir son corps, collé au sien. Il avait tous les droits, il lui laissait le contrôle.


    I'M BIGGER THAN THESE BONES ◇ Fate is like a small sandstorm that keeps changing directions. You change direction but the sandstorm chases you. Over and over. Why? Because this storm isn't something that blew in from far away, something that has nothing to do with you. This storm is you. Something inside of you. endlesslove

real sunan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




- the deathly hallows -
Accio profil




Revenir en haut Aller en bas
 
I'm so sorry, please, save me from this darkness • Hyunan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» save water, drink champagne. (asa)
» Association de Défense des Koalas - Drew Miller
» Savy + Let me be the one to lift your heart up and save your life I don't think you even realize baby you'd be saving mine
» HOW TO SAVE A LIFE | Callum & Arya
» To save all we must risk all (loevenxzola)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: changsha moldue-
Sauter vers: