Partagez | 
 

 aphrodite ft siwoo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Po N. Kalya

wizard
and i'm your sweet veela admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 2 Avr - 11:48

Aphrodite



“Po N. Kalya & Si Woo”
les jardins français; l'une des sept merveilles de Meihua et sans aucun doute le lieu préférée de la jeune vélane. un lieu de recueil idéal pour la jeune étudiante en arts qui munis de son calepin et d'un crayon de papier c'était assise sur un banc en pierre dans un coin reculé des jardins : le bosquet des bains d'appolon. une sublime imitation du bosquet que l'on pouvait trouver dans le parc du château de versailles en France. Une grotte artificielle au milieu d'un paysage verdoyant parsemé de cascades et petits bassins d’eau, dans le style anglo-chinois; un paysage qu'elle s'était mise en tête de reproduire sur le papier, sa casquette sur la tête et un chewing-gum en bouche. elle inspire légèrement; griffonnant sur le papier tandis qu'elle effectue une légère bulle entre ses lèvres. tiens tiens que vois-je; une semi-vélane en liberté. concentrée, elle ne réalise guère immédiatement que l'on s'adresse à elle; n'y prêtant attention que lorsqu'elle perçoit plusieurs rire se joindre aux paroles de l'inconnu. c'est donc délicatement qu'elle relève la tête; un sourcil arqué. ses yeux se posant sur le petit groupe qui lui fait face. elle n'est pas familière avec les hommes; que ce soit ses camarades ou non. la jeune thailandaise a toujours eu du mal à se mêler au sexe opposé; trop méfiante; peu confiante et persuadé qu'ils étaient tous semblables, similaire aux clients de sa mère; pervertis au plus profond de leur âme. elle soupire légèrement quelque peu exaspéré par ce que l'attitude de ces jeunes hommes prédis. elle qui pensait enfin pouvoir se retrouver seule le temps d'un après-midi, le temps de pouvoir enfin respirer et ne guère avoir à penser à autre chose que ses dessins. l'un d'entre eux prends place à ses côtés sur le banc, la délaistant de son calepin; un sourire moqueur dessiné sur ses lèvres tandis qu'il glisse son bras autour de la taille de la jeune dujuan. que fait la prude kalya; isolé dans les jardins - que dis-je prude; semblerait qu'un loup ai eu la chance de te retirer ton innocence récemment, n'est-ce pas ? il rit légèrement, ce genre de rire gras qui vous donne la nausée; suivit de près par ses accolytes qui les entourent; bras croisés contre leur torse. maintenant que tu n'es plus une sainte; ça serait sympa de nous laisser profiter de tes dons qu'en penses-tu ? sa main vient se poser sur la cuisse nue de la jeune femme; son souffle venant carresser sa joue tandis qu'elle grimace; le repoussant tout en sifflant entre ses lèvres; le regard noir. arrêtes ça de suite où je te fais bouffer ta langue sa langue claque contre son palet comme pour appuyer ses mots tandis qu'elle lève sa main droite dans laquelle se trouve sa baguette qu'elle pointe nonchalemment vers le jeune homme. expelliarmus elle lâche un léger hoquet de surprise en regardant sa baguette s'envoler quelques mètres plus loin, son regard noir se tournant vers l'un de ses assailants; visiblement amusée par la situation. quelle vilaine fille; ce n'est pas bien de menacer ses aînés; je pense que cela mérite une petite punition à peine a t-elle le temps de tourner de nouveau la tête qu'elle se retrouve au sol, expulsé par son asiallant qui la domine à présent de toute sa hauteur. dire qu'elle n'était guère appeurée serait mentir; mais il était hors de question qu'elle se laisse faire ou ne supplie le jeune homme. sale lâche, même pas capable d'agir sans tes sales toutous. crêves ! elle tente de se relever en vain, le jeune homme posant son pied sur sa poitrine de sorte à la maintenir au sol; elle entrouve légèrement les lèvres prête à hurler à pleins poumons; si cela ne lui assurerait guère d'être entendu par d'autres élèves peut-être cela lui offrirait quelques secondes de surprises pour s'enfuir. bloclang; chuuuut je détestes les filles bruyantes elle tente, une fois, deux fois, trois fois, incapable de n'émettre le moindre son. ses yeux s'humidifiant soudainement au fur et à mesure qu'elle prenait conscience de la tournure qu'étaient en train de prendre les événements. learning to trust is one of life's most difficult tasks.

© 2981 12289 0


loin du froid de décembre
Des images me reviennent comme un souvenir tendre. Une ancienne ritournelle autrefois en décembre. Je me souviens il me semble des jeux qu'on inventait ensemble. Je retrouve dans un sourire la flamme de mes souvenirs.-byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Si Woo

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Dim 3 Avr - 3:33

Aphrodite



“Po N. Kalya & Si Woo”
Si je ne passais pas le plus clair de mon temps dans le jardin c’est que j’étais alors dans la serre de botanique. J’avais découvert une passion pour les plantes et leur bien fait. Des plus vénéneuses et dangereuse au plus douce et bénéfique à l’homme, j’avais répertorié et étudier toutes les espèces possibles. J’adorais le jardin pour cette raison, certains spécimen rare arrivait à pousser sur le sol fertile de Meihua grâce à quelques potions et décoction dont j’avais le secret. Assis à même le sol je dessinais des croquis de fleurs sous tout leur angle pour en connaitre les particularités. Les doigts couverts fusains comme à mon habitude je restais concentré sur mes dessins en ignorant les températures qui oscillait doucement entre bonne et fraiche. Emmitouflé dans ma cape je ne prenais pas vraiment garde à ce qui m’entourait. J’étais seulement obnubilé par ces pétales que je tentais de redessiner à la perfection, une macro au fusain qui laissait des traces sur le haut de mes joues que j’essuyais d’un tic nerveux. Renfermé sur moi-même et d’ordinaire calme je ne me mêlais que rarement aux autres. Souvent par tranquillité et parce que je n’arrivais pas encore à me faire à l’idée qu’un groupe d’être humain puissent être volontairement enclin à la gentillesse entre eux. J’avais peu foi en l’humanité. Qu’elle soit sorcière ou moldu. Dessinant au fil des pages je ne sens que tardivement les picotements dans mon dos. Ma main cesse brusquement de dessiné alors que je me fige. Je mets plusieurs secondes avant d’oser me redresser. Je tourne la tête sur la droite pour apercevoir Kalya dans mon champ de vision. Me relevant doucement comme pour qu’elle ne me remarque pas, je contourne la fontaine et le cascade et m’approche d’elle doucement en l’observant. Je n’ai eu que très peu souvent l’occasion de lui parler. Je n’ai jamais ressenti le besoin de briser ce silence entre nous, ni même de combler la distance qui me séparait d’elle. J’avais juste besoin de la voir, comme une belle plante qui s’épanouissait jour après jour. Elle était si belle, si naturelle … assis entre deux buissons je fini par tourner mon carnet de croquis à l’envers et l’ouvrir pour y voir son visage, son visage que je dessinais et imaginais sous toutes les coutures. A rire, à dormir, à manger, à dessiner, comme cet instant où le fusain courait sur le papier alors que j’étais incapable de détacher mon regard d’elle.  ce n’était pas de la timidité qui me poussait à ne pas lui parler, c’était plus comme un fantasme qu’on ne voudrait pas gâcher. Elle était belle et n’avait pas besoin d’apprendre à me connaitre. J’étais bien trop éloigné de son monde pour qu’elle réalise que j’existais et c’était mieux ainsi. J’avais baissé mon regard sur le papier pour être sûr de ne rien manqué à la commissure de sa lèvre qu’elle taquinait sous la concentration. Des éclats de voix grasse et dérangeante me firent relever la tête. Cette bande de garçons me firent froncer les sourcils. Leur paroles bien plus. Je détournais les yeux soudains pudiques à l’entente de ses mots. Kalya était bien trop pur pour moi pour imaginer un homme la toucher. Les rumeurs allaient de bon train depuis six mois et il n’était que peu souvent possible d’avoir de l’intimité et une vie privée dans cette école … Pourtant savoir qu’elle avait perdu sa virginité avec cet homme m’avait pourri le cœur d’une jalousie que je ne voulais pas ressentir. La contrôler m’avait demandé des efforts dont elle ne pouvait se douter.  Elle ne savait pas elle … ni les nuits blanches que j’avais à imaginer son visage, ni la sensation qu’elle laissait sur son passage quand elle me frôlait dans les couloirs. Non elle ne savait pas à quel point pouvoir être le premier à la toucher aurait pu être un honneur pour moi … être le seul homme à la découvrir sous sa facette la plus pure. Je crispe mes doigts sur le papier et serre les dents. Cet homme l’avait touché et je ne pouvais rien dire. Rien faire. Je ne pouvais qu’observer de loin, comme je l’avais toujours fait. Je ne voulais pas gâcher ce fantasme, mais la vérité c’est que c’était bien plus dur de le voir être salit par d’autres hommes … fermant mon carnet en voyant la situation déraper j’attire sa baguette à moi en murmurant un « accio baguette » simple mais efficace. M’approchant du petit je me hissais sans mal entre ses ravisseurs et elles. « Tiens, voilà le demeuré qui ne parle jamais. » ricana grassement celui qui se permettait d’être indécent avec la jeune Vélane. Sa remarque glissa sur moi comme de l’eau de source, habitué depuis ma tendre enfance à ce genre de remarque. Toutefois il ne me fallut pas bien longtemps pour les cerner. Des grandes gueules, sans beaucoup de personnalité qui aboyait fort mais qui ne faisait du mal que pour oublier à quel point ils étaient pathétique. Un de ses accolytes donna un coup dans mon carnet qui tomba au sol laissant s’échapper quelques feuilles volantes de mes croquis de plantes. De quoi leur donner une nouvelle occasion de me trouver étrange et dérangé. Se moquer d’une passion était bien plus facile que d’oser sans trouver une. J’encaissais les remarques avec un sourire narquois. Mon poing se serra et parti plus vite qu’il ne l’aurais cru. D’un sort rapide je désarme ses acolytes et leur noue leur lacet ensemble pour leur faire perdre l’équilibre. Le temps qu’ils réalisent ce qui leur arrivait, je me tournais vers Kalya pour lui rendre sa baguette et lui dit d’une voix grave et rocailleuse à ne pas parler souvent « A toi l’honneur. » Je croisais son regard pour la première fois d’aussi près et me décala sur le côté  pour lui laisser le champ libre. J'en profitais pour la libérer de son sort de bloclangue et me tint à ses côtés en silence, veillant à ce qu’aucun ne soit trop vif pour elle.
 

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po N. Kalya

wizard
and i'm your sweet veela admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Ven 8 Avr - 21:43

Aphrodite



“Po N. Kalya & Si Woo”
c'était l'une des raisons pour laquelle elle détestait tant le fait d'être une semi-vélane. ce qu'autrui appelait un don et qu'elle appellait plus communément une malédiction. tous les hommes sans exception n'était attiré par elle que de part sa nature; aucun homme n'aurait su lui expliquer ce qu'il aimait chez elle; que ce soit son sourire; la manière qu'elle avait de s'humecter la lèvre inférieure d'un coup rapide de la langue, sa passion pour la danse, son franc parler, son rire cristallin; ses yeux qui pétillaient lorsqu'elle se trouvait face au buffet dans la salle commune; les grimaces qu'elle faisait sans même s'en rendre compte; cette manie de jurer toute seule lorsqu'elle n'arrivait guère à faire ce qu'elle voulait ... personne n'était attiré à elle pour ces détails. non; tout ce qu'ils voyaient c'était son corps; tout ce qu'ils ressentaient c'était cette attraction qu'elle ne pouvait contrôler et à laquelles ils ne pouvaient résister; rien de plus; rien de moins.

c'était les raisons pour lesquelles elle se trouvait si fréquemment dans ce genre de situations. les mêmes raisons pour laquelle elle n'arrivait toujours pas à accorder sa confiance à la gente masculine et donc bien entendu les mêmes raisons pour lesquelles elle n'avait ni amis; ni petit copain. un larme roule sur sa joue tandis qu'elle tente de gémir; son regard posé sur son agresseur. son visage se tourne rapidement lorsqu'elle sent l'attention du groupe se détournait d'elle pour se poser sur un jeune inconnu. elle profite de l'occasion pour chercher du regard sa baguette; baguette qu'elle n'apperçoit nulle part et que le pied de l'étudiant posé sur elle empêche de chercher. ses yeux se posent de nouveau sur la silhouette du jeune homme; jeune homme qui risquerait bien de finir par être lui aussi leur petit jouet si il continuait à se mêler de ce qui ne le regardait guère. pourtant c'est avec surprise qu'elle le regarde écrasait son poing sur le visage de l'étudiant qui la dominait précédemment; entrelaçant leurs lacets d'un coup de baguette; leur faisant ainsi perdre l'équilibre alors qu'il lui rend rapidement sa baguette; la laissant quelque peu perdue. se relevant délicatement; elle cligne des yeux quelques peu choquée par le tournant que viennent de prendre les choses; pourtant c'est tout en serrant sa baguette qu'elle entrouvre les lèvres, dans un premier temps à l'attention de l'inconnu. m-merci ! puis à celle du groupe d'étudiants. crache-limaces elle répète la formule plusieurs fois; remuant délicatement sa baguette face à chacun des individus; ses yeux noirs posés sur eux, un léger sourire sadique se dessinnant sur les lèvres. la vision était immonde tout comme les bruits de dégurgitation qui leur parvenait à présent. c'est donc docilement qu'elle se dirigeait vers les croquis de l'inconnu; s'en emparant délicatement tout en les ordonnant, avant de se tourner ver leur propriétaire. le sotilège ne va pas durer longtemps; on ferait mieux de partir avant qu'ils ne s'en prennent de nouveau à nous. sans un mot de plus; elle place la pochette de croquis sous son bras; s'emparant de la main du jeune homme qu'elle glisse dans la sienne; le tirant derrière elle tandis qu'elle se met à courrir à travers les jardins. ces pas la conduisent à l'abris de grand bruissons près d'un petit ruisseau vers lequel elle se dirige après avoir relâcher la main du jeune homme; posant les croquis sur le tronc renversé d'un arbre. tu n'aurais pas du intervenir; ils ne vont plus te lâcher maintenant. elle soupire entre ses lèvres, plongeant ses fines mains dans le ruisseau avant d'asperger son visage d'eau; histoire de reprendre ses esprits et de faire redescendre la pression. mais je t'en suis reconnaissante; garçon aux plantes. elle sourit légèrement encore accroupie au sol; tournant légèrement la tête pour poser ses yeux noisettes sur l'inconnu. tu as sûrement un prénom; à moins que tu aimes mon petit surnom kalya avait beau avoir l'air à l'aise lorsqu'elle s'adressait au jeune homme cela ne signifiait en rien qu'elle avait confiance en lui; elle était tout simplement reconnaissante qu'il lui soit venu en aide et se refusait à l'idée de l'abandonner face à ses idiots. rien de plus.

© 2981 12289 0


loin du froid de décembre
Des images me reviennent comme un souvenir tendre. Une ancienne ritournelle autrefois en décembre. Je me souviens il me semble des jeux qu'on inventait ensemble. Je retrouve dans un sourire la flamme de mes souvenirs.-byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Si Woo

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Ven 6 Mai - 17:07

Aphrodite



“Po N. Kalya & Si Woo”
Il ne s’impose pas, il ne cherche pas à jouer les sauveurs, il se montre, l’aide, mais la laisse donner le point final de ce combat déséquilibrer qu’ils semblent pourtant gagner. Il est bien plus surpris par la douceur de sa main dans la sienne que par les menaces que leur lance ces lâches. Il se met à courir, il la suit sans savoir où il va, réalisant que le parfum de la jeune fille lui pique le nez son cœur s’emballe et ses joues se mettre à rougir. Après une course effrénée ils s’arrêtent finalement près d’un ruisseau et il ne peut s’empêcher de trouver que ça lui va bien. Une nymphe des bois qui se ressourcent. Elle est si belle quand elle se penche pour asperger son visage, il voit la scène comme au ralentit et la fixe avec une certaine pudeur. Il la trouve terriblement belle. Comme une muse qui lui met dans la couleur et de la musique dans sa tête. Elle fait vivre sa folie artistique, elle est sa déesse, sa muse, sa source d’inspiration. Elle ne le sait même pas mais c’est son visage qu’il dessine. Ce sont ses lèvres dont il mémorise le contour pour pouvoir les dessiner quand il sera loin d’elle. Les traits de son visage lui paraisse si parfait, si fin, si … captivant. Son regard la tue. Elle ne sait pas le pouvoir qu’elle a sur lui, oh non, elle ne comprendrait pas la beauté qu’il lui trouve. Bien plus qu’une semi Vélane elle a une aura qui l’attire, qui le séduit. Il n’a pas la prétention de prétendre qu’il sait la retranscrire à travers ses dessins mais il passe des heures pour atteindre la perfection de son regard. Si intense, si craintif et pourtant si profond. Elle possède une couleur si particulière … Il la trouve unique. Ses imperfections ne la rendent que plus parfaite à ses yeux. Essoufflé il se contente de s’asseoir sur ce tronc d’arbre. Il la regarde. Gêné de cette soudaine proximité ; pourtant plusieurs mètres les sépare. Mais il n’a pas l’habitude de la voir ainsi. De lui adresser la parole. Lui il préfère l’observer de loin, l’admirer en silence. Apprendre à la connaitre lui fait peur, parce qu’il ne sait pas ce qu’il pourrait découvrir, pourtant il sait au fond de lui qu’il ne pourrait qu’aime, qu’aimer tout ce qui la concerne … mais il aurait peur de se dévoiler, parce qu’il le sait ça aussi, si elle le connaissait, elle fuirait. Ils fuient tous. Pourtant est-ce qu’elle resterait ? Elle poserait sur lui le même regard compatissant et gêné. Elle n’oserait plus croiser son chemin et remarquerait peut être avec un peu trop d’insistance les regards que pose Woo sur elle. Il ne peut pas s’en empêcher. « Je n’ai pas peur d’eux. » Dit-il simplement de sa voix grave et de son regard qu’on ne saurait lire. Il n’esquisse pas de sourire, il ne sait pas faire, il n’est pas hostile ni distant, il est simplement calme, le visage inexpressif. Le garçon aux plantes. Il ne saurait dire si le surnom lui convient, mais c’est qu’elle l’a déjà remarqué pour qu’elle puisse saisir son amour aux plantes. Ce n’est certes pas bien difficile à deviner mais elle aurait pu n’avoir jamais remarqué sa présence … Dans cette école où les étudiants sont plus que nombreux il aurait pu rester invisible à ses yeux et pourtant … Il frotte ses mains sur ses cuisses, seul signe de son stress … Il lève son regard vers elle et s’incline doucement « Si Woo … » se contente-t-il de dire. Il n’est pas homme de conversation, les mots lui viennent difficilement et il ne parle que lorsqu’il a quelque chose à dire. L’art de la communication lui a longtemps échappé. Il ne sait pas relancer les conversations, il se contente de répondre sans vraiment retourner les questions … Surtout qu’il ne saurait comment lui avouer qu’il connait déjà son prénom. Elle trouverait ça bien étrange que cet inconnu qu’elle ne croise que peu souvent puisse connaitre autant de choses sur elle. Si Woo ne trouve pas ça dérangeant, mais il sait que ça l’est pour la plus part. Alors il joue le jeu, se colle à leur mœurs et leur idéaux. Il apprend des autres ce qu’il ne sait réaliser de lui-même. Il évite les faux pas pour mieux se fondre dans le décor. Si Woo n’a jamais voulu s’imposer et aujourd’hui est bien la seule exception de sa vie. Si cela avait été une autre jeune fille il aurait surement tracé sa route, ou bien se serait-il permit d’intervenir à distance … Mais quand il avait vu Kalya il n’avait pas réfléchit, n’écoutant que sa colère de voir qu’on s’attaquait à sa merveille. Fixant le ruisseau par pudeur et timidité, mais aussi par crainte qu’elle ne succombe au malaise sous son regard perçant qui se veut parfois inquisiteur, il lui souffle «  Et toi … ? » Il agit comme les autres, se calques à leur modèle pour ne pas faire de faux pas. « Tu vas bien ? » se risque-t-il sans trop savoir si c’était de coutume. Il innove, il se contente d’écouter ses envies. Et là, maintenant, tout de suite, il veut savoir comment elle va. Alors il lui demande. Sans plus de détour. Il se relève et s’approche d’elle. Il passe son pouce sur sa joue pour lui retirer un peu de poussière mélangée à de l’eau. Sans plus de cérémonie, malgré un échange de regards de quelques secondes, il retourne s’asseoir sur ce tronc d’arbre persuadé que sa place était là. Loin de la jeune fille pour ne pas l’effrayer. Il serrait contre lui sa pochette de croquis et fixa ses pieds comme seul échappatoire à cette aura qu’elle dégageait.
 


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po N. Kalya

wizard
and i'm your sweet veela admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Ven 13 Mai - 19:59

Aphrodite



“Po N. Kalya & Si Woo”
Ce garçon est étrange; différent et plutôt intriguant. il ne lui rend guère son sourire et pourtant il ne semble pas froid pour autant. il n'est pas expressif; tout le contraire de la jeune dujuan; pas très bavard non plus et loin d'être tactile. et aussi surprenant cela pourrait-il paraître; kalya aime ça. elle les a toujours préféré ainsi; lorsqu'ils ont de la contenance; de la tenue; lorsqu'ils ne viennent guère lui faire la court tel des coqs en pleine parade et ne parlent guère pour ne rien dire. sa compagnie lui semble soudainement extrêmement relaxante; apaisante. elle ne se sent guère oppressée et encore moins jugée pour les événements précédents. ses fesses viennent délicatement rejoindre l'herbe fraiche; tandis qu'elle lève la tête vers le ciel; les doux rayons du soleil venant carresser délicatement son visage. il n'a pas peur. elle aimerait pouvoir en dire autant; ne guère ressentir ce sentiment si oppressant à chaque fois qu'elle se retrouvait face à un groupe d'hommes et ce; même si ceux-ci n'avaient rien contre elle; ses frissons qui parcouraient désagréablement l'échine de son dos lorsqu'un homme lui faisait un compliment; la rébutant plutôt que la flattant. elle aimerait ne pas craindre chacun de leurs actes; et pouvoir leur faire face si cela était nécessaire et offrir sa confiance lorsqu'ils le méritaient clairement. mais cela était complexe; ça l'avait toujours été; depuis qu'elle avait compris; depuis qu'elle savait ce que certains d'entre eux avait fait avec sa mère et avaient voulus lui faire. c'était plus fort qu'elle; constamment sur la défensive; persuadé que seules ses charmes les attiraient à elle. il y avait pourtant des exceptions; minji et shangti en était les preuves; peut-être était-ce du à l'inexistence d'une quelconque attirance envers elle; ou leur gentillesse naturelle; elle n'en était pas bien sur; elle se fiait à son instinct; même si cela lui jouait parfois des tours, comme cela avait été le cas avec Allister Maddox. elle reporte son regard vers le jeune homme lorsqu'il prononce son nom et son prénom; si woo. c'est mignon; doux et c'est un sourire aux lèvres qu'elle replonge son attention dans les petits nuages qui se déplacent au-dessus de leurs têtes.  sa présence lui est bien plus agréable qu’elle n’aurait pu l’imaginer ; elle ne se sent guère oppressé ; le silence régnant entre eux ; comme si les mots n’était guère nécessaire ; les nerfs se relâchant délicatement après l’incident survenus quelques minutes auparavant. et si ; lui aussi était différent ; si lui aussi n’était guère sujet à ses dons ; à ses charmes ? parfois kalya en venait à se remettre en question ; à se dire que peut-être elle avait tort ; que tous les hommes n’étaient guère les même et que généraliser ceux-ci était surement une erreur. elle expire délicatement ; elle se sent bien ; confortable ; apaisée et ce, quand bien même elle a subis une agression un instant auparavant. peut-être s’y habituait-elle ; peut-être finissait-elle par se faire à l’idée que sa vie serait toujours ainsi faite ; confrontée à des hommes affaiblis par un désir purement animal qu’ils se devaient de contenter et qu’elle se devrait de contourner. elle entrouvre les yeux au son rauque de sa voix ; une voix dont il ne semble guère faire usage fréquemment, une voix grave et pourtant si plaisante. kalya ; je m’appelles po ngam kalya ; je suis thailandaise. pour appuyer ses paroles elle se retourne vers le jeune homme ; persuadé de le trouver sur le banc en pierre. Pourtant c’est à quelques centimètres de son visage qu’elle se retrouve ; clignant des yeux tout en déglutissant douloureusement ; ses yeux se fermant par pur réflexe lorsqu’il vient passer son pouce sur sa pommette puis sur sa joue. elle n’est pas habitué aux contacts physiques avec la gente masculine, enfin elle ne l’était guère quelques mois auparavant et encore aujourd’hui, cela lui parait tellement nouveau ; tellement étrange ; tellement différent. pourtant elle n’effectue aucun mouvement de recul ; le souffle coupé. lorsqu’elle rouvre les yeux ; quelque peu déboussolé c’est les lèvres entrouvertes qu’elle remarque qu’il n’est déjà plus là ; le cherchant immédiatement du regard. tu- ; je-. je vais bien ; je crois. ce n’est pas la première fois ; ce ne sera pas la dernière fois non plus. des hommes comme ça j’en ai côtoyé plus d’un ; et on ne peut pas dire qu’être une semi-vélane aide beaucoup. elle grimace légèrement tout en se relevant ; se dirigeant vers le jeune étudiant avant de ne prendre place à ses côtés ; brisant ainsi la distance qui s’était instaurés entre eux. ses yeux ; se posent naturellement sur les croquis du jeune homme. elle n’a jamais été doué pour faire la conversation à un homme ; soit elle se comportait avec eux comme si il s’agissait de copines ; soit elle leur hurlait dessus comme elle aimait tant le faire avec 90% d’entre eux. tu suis un cursus arts toi aussi ? lui demande-t-elle délicatement ; curieuse de ne pas avoir croisé ce jeune homme pendant ses cours. pourquoi aimes-tu tant dessiner des plantes ? c’est magnifique j’en conjure mais tellement peu commun. elle lâche un petit rire avant de se rendre compte que ses mots pouvaient lui paraître déplacé. je- je ne dis pas ça pour t’offusquer bien entendu hein ? je- je suis juste curieuse ; moi je suis plus dans l’art corporel ; je m’exprime avec mon corps. la danse ; tout ce à quoi elle inspirait ; tout ce pour quoi elle vivait. quand je dis mon corps ; c’est à travers la danse hein ? ne te méprends pas ; je suis un peu maladroite lorsqu’il s’agit de parler aux hommes sans crier tentative de blague première. Il fallait avouer qu’elle n’était pas totalement à l’aise ; mais suffisamment pour ne pas vouloir s’enfuir et ce ; les jambes à son cou.

© 2981 12289 0


loin du froid de décembre
Des images me reviennent comme un souvenir tendre. Une ancienne ritournelle autrefois en décembre. Je me souviens il me semble des jeux qu'on inventait ensemble. Je retrouve dans un sourire la flamme de mes souvenirs.-byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Si Woo

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 19 Mai - 22:17

Aphrodite



“Po N. Kalya & Si Woo”
Thaïlandaise ? Ça ne le surprenait pas. Elle avait ce charme exotique qui attirait l’œil rapidement. Deux yeux noisette qui mettaient au supplice, et un sourire, si discret et inquiet. Elle était belle dans sa simplicité et dans sa peur. Elle se rapprochait de lui sans qu’il ne réalise leur proximité avant qu’il ne tourne son visage vers elle. Surpris de la voir si près de lui il ne peut s’empêcher de s’écarter en glissant à l’autre bout du tronc. L’espace est encore trop réduit pour ce garçon peu habitué à la présence des autres. Il parait être le plus nerveux des deux. La situation lui parait soudain précipitée. Il se gratte la nuque en détournant le regard comme un enfant apeuré. Il racle sa gorge comme pour cacher sa gêne et se donner du courage. Il serre ses dessins contre lui craignant qu’elle ne tombe sur des croquis qu’il peut faire d’elle. Si elle se montrait douce et avenante avec lui à cet instant il n’en restait pas moins que n’importe quelles femmes paniqueraient à l’idée de se retrouver avec un inconnu qui le dessinait sous tous les angles. Mais c’était toujours effrayant. Il zieutait dans sa direction, pas franchement certain qu’elle puisse trouver intéressant son attrait pour les plantes. Il mordille ma lèvre inférieure et glisse jusqu’à elle quelques croquis de plante qu’il choisit discrètement. « Ce sont des Achillée sternutatoire, on les utilise le plus souvent pour des filtres d’embrouilles et de confusions. Elles ressemblent à un gente de marguerite, les femmes des contrées de l’occident les glisses dans leur cheveux lors de cérémonie comme les mariages ou les anniversaires. » Jamais il n’avait prononcé autant de mot d’un coup. Le faire parler de sa passion c’était comme le libérer. Tapotant son doigt sur ses croquis il reprend « Pourtant c’est une fleur qui fait éternuer si tu la sens trop longtemps. » Il esquisse un sourire, comme s’il venait de blaguer, comme s’il trouvait quelque chose de malicieux à cette fleur. Il fixe ses dessins et fini par répondre à sa question « Parce que la photo ne permet pas de voir la fleur dans son ensemble, c’est qu’une vision 2D qui ne permet pas de voir sa profondeur. Le dessin me permet d’en dessiner le moindre contour, alliant ses faiblesses et ses forces que je peux maintenant reconnaitre d’un seul regard. » Il se stoppe dans son explication en se rendant compte que ce n’était peut-être pas ainsi qu’il fallait parler de ses dessins. « Enfin ça doit de paraitre bizarre … » balbutie-t-il en récupérant ses feuilles. « C’est qu’une question de perspective. » conclut-il sans la regarder avant de se lever pour mettre encore un peu de distance entre elle et lui. il s’assoit au bord de l’eau et aperçoit un rosier où des fleurs d’une blancheur et d’une pureté rare poussent. Il en cueille une délicatement en veillant à ne pas se piquer et murmure une formule avant d’agiter sa baguette. Après quelques secondes il tend sa fleure à Kalya sans oser la regarder. La jolie rose blanche s'était colorée de toutes les couleurs de l'arc en ciel, troquant sa pureté contre une dose de couleur. Elle n'en était que plus attirante et jolie, comme si ses pétales avaient servies de toile pour l'art botanique dans lequel excellait Woo. « J’ai essayé de la faire aussi jolie que toi mais j’ai raté. » dit-il avec une sincérité déboussolant. Il n’essaye ni de la draguer, ni de faire passer un message, il est bien trop maladroit pour ça. Il n’a même pas conscience de la portée de ses mots. Woo n’est qu’un enfant qui parle avec son cœur sans vraiment réfléchir, il a pourtant l’allure d’un homme, aux yeux si sombre qu’on pourrait si perdre si facilement. Il tourne son visage vers elle parce qu’il ne peut pas s’en empêcher.

© 2981 12289 0


they can't understand me at all
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po N. Kalya

wizard
and i'm your sweet veela admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mar 24 Mai - 17:19

Aphrodite



“Po N. Kalya & Si Woo”

“If you are an introvert, you are born with a temperament that craves to be alone, delights in meaningful connections, thinks before speaking and observes before approaching. If you are an introvert, you thrive in the inner sanctuary of the mind, heart and spirit, but shrink in the external world of noise, drama and chaos. As an introvert, you are sensitive, perceptive, gentle and reflective. You prefer to operate behind the scenes, preserve your precious energy and influence the world in a quiet, but powerful way.”

il s'éloigne d'elle; instaurant de la distance entre eux malgrè le fait qu'ils soient assis sur le même banc. et soudainement c'est comme si l'atmosphère devenait un peu plus fraiche; kalya n'est pas habitué à ce que l'on s'éloigne d'elle; en général on se rapproche d'elle; on est attiré par elle; on essaie de réduire la moindre distance qui nous sépare de la jeune vélane. mais lui; il s'éloigne; comme si elle n'avait aucun effet sur lui; comme si sa simple présence se révélait légèrement gênante. peut-être le mettait-elle mal à l'aise; peut-être se montrait-elle trop familière avec le jeune homme; chose qu'elle n'avait guère l'habitude de faire. alors c'est toute silencieuse qu'elle l'observe; ne voulant guère brusqué ce jeune homme venu l'aider quelques minutes auparavant mais ne désirant guère quitter les lieux pour autant; elle se sentait bien et aussi incroyable cela aurait-il pu paraître elle la présence du jeune homme était apaisante. les jambes croisés; ses mains posés sur ses cuisses nues; elle observe paisiblement le courant d'eau. elle ne veut guère forcé la conversation quand bien même elle s'avère extrêmement curieuse d'en savoir plus sur ce jeune homme que le mutisme intrigue. du coup de l'oeil elle l'aperçoit poussé quelques croquis dans sa direction; croquis dont elle s'empare délicatement; ses yeux se posant sur une jolie fleur blanche au bouton jaune clair; une fleur qui lui rappelle la simplicité d'une vie qui n'est guère sienne; la beauté d'une nature que si peu apprécié et la douceur des choses qui pourraient pour un grand nombre; paraître relativement banale. observant les croquis du jeune homme; elle l'écoute avec attention; surprise et satisfaite de le voir s'adresser à elle autant et surtout si passionné par ses oeuvres d'art. tu es vraiment doué tu sais; c'est magnifique on croirait pouvoir carresser les pétales de cette fleur. et ça ne me paraît pas bizarre; au contraire l'expression qui se dessine sur ton visage quand tu en parles est vraiment belle; tu sembles tellement épanoui. baissant les yeux quelques peu gênée par ses propres paroles; elle lui rend les croquis; le regardant discrétement s'éloigner une énième fois d'elle. cet homme était sans aucun doute extrêmement différent; et difficilement cernable. ses yeux posés sur lui; elle inspire délicatement l'air frais et légèrement salé que la brise du vent lui offre. ce genre de situation était tellement nouvelle pour elle; habituellement on lui faisait la conversation; les choses se faisaient sans qu'elle n'ai réellement besoin de réfléchir; mais là; elle avait l'impression de ne plus savoir comment agir; quelque peu déboussolé de voir qu'un homme n'était pas forcément brusque et affamé lorsqu'il se trouvait en sa présence. perdue dans ses pensées; elle sursaute légèrement lorsqu'il s'adresse de nouveau à elle; ses yeux se posant sur la rose multicolore qu'il lui tend; son coeur ratant un battement, tandis qu'elle reste muette; les yeux écarquillés de surprise. elle est magnifique; d'une beauté que les mots ne sauraient décrire. la comparaison qu'il en fait avec elle; lui parait soudainement exagéré; comment voulait-elle être aussi jolie que cette rose; si lumineuse; si fascinante et si pure; et ceux malgrè les nombreuses couleurs qui l'habillaient. je- elle; elle est magnifique; vraiment- elle tend délicatement la main droite; tremblotante; pour s'emparer de la fleur, ses doigts de refermant sur les épines de celle-ci; lui arrachant soudainement une petit grimace. elle retire rapidement sa main; tendant son autre main pour cette fois-ci s'emparer délicatement de la rose; qu'elle hume subtilement; les yeux fermés. elle sent tellement bon rouvrant délicatement les yeux; elle se lève du banc; pour venir s'accroupir près du jeune homme; sa main légèrement meurtie caché derrière son dos; elle ne veut pas que sa maladresse détruise ce moment. la toute première fois que l'on lui offre une fleur; cela pouvait paraître surprenant mais c'était belle et bien le cas; les hommes ne prenaient plus le temps pour ce genre de petite attention quand bien même aucune idée n'auraient effleuré leur esprit. accroupis aux côtés du jeune homme; elle lui adresse un doux sourire; humant de nouveau la rose. comment tu as fais pour changer une rose aussi blanche en un tel arc en ciel ? c'est éblouissant d'un signe de la tête elle lui montre les roses blanches; attendant qu'il tourne la tête pour venir déposé un doux et chaste baiser sur sa joue. merci; siwoo. ses joues s'emprouprent et elle préfère se cacher derrière sa rose; se laissant tomber en position assise. tu veux bien m'aider à la mettre dans mes cheveux ? kalya n'avait pas l'habitude de se montrer distante; quand bien même elle craignait les hommes; lorsqu'elle venait à se sentir à l'aise à leur côtés; ce qui en soit était rare; elle ne pouvait s'empêcher de le leur montrer; que ce soit pas un sourire; un geste tendre; ou un doux baiser; enfin pour le baiser, il était probablemnt le premier.
© 2981 12289 0


loin du froid de décembre
Des images me reviennent comme un souvenir tendre. Une ancienne ritournelle autrefois en décembre. Je me souviens il me semble des jeux qu'on inventait ensemble. Je retrouve dans un sourire la flamme de mes souvenirs.-byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




- the deathly hallows -
Accio profil




Revenir en haut Aller en bas
 
aphrodite ft siwoo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma collection de vernis OPI...
» Manger végé
» "Plif, plaf, plouf." JORDAN&APHRODITE
» APHRODITE, BELLE PETITE ROUSSE NEE EN JUILLET 2014 A ADOPTER EN IDF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: parc :: jardins-
Sauter vers: