Partagez | 
 

 LiKaWei ♥ I want to be close and close isn't close enough

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Wang Li Wei

veela
and the perfect prefect of dujuan

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 31 Mar - 20:14





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

[ STYLE ] Assise devant cette paillasse je dispose les fioles une à une devant moi. Je les range par taille. Par contenance. Je colle les étiquettes qui correspondent à chaque potion et reclasse tout correctement sur les étagères. Ça m’entraine aussi pour reconnaitre les potions et en apprendre plus par moi-même. J’avais proposé au professeur de potion de m’occuper de ça. Il me prenait pour une intello qui cherchait toujours à faire plus, mais la vérité c’est que je n’avais que ça pour m’occuper l’esprit. J’avais du mal à dormir ces derniers temps et la culpabilité qui me rongeait le cœur me rendait dingue. Je n’arrêtais de réfléchir, encore et encore. de repenser à ce qui c’était passé … de me sentir conne, sale, humiliée, idiote, coupable … terriblement coupable. Et ce qui me rendait encore plus coupable c’était cette impression que l’avoir laissé marquer mon corps, à tel point que je ne regrettais même pas mon geste … j’avais couché avec Ahn Luka. J’avais couché avec lui et j’avais aimé ça … j’avais aimé ça jusqu’à réaliser ce que je faisais … La fin de journée pointait le bout de son nez, le soleil était dans son déclin et les bruits de couloirs se tarissaient pour laisser place à un silence sourd et assourdissant. Les cliquetis des fioles me tenaient compagnies et j’essayais de me concentrer, faisant l’inventaire de ce que nous avions en cours.  Je repensais à mon petit ami … au regard qu’il m’a lancé quand il m’a vu débarquer dans la salle commune les yeux rougis et la lèvres abimée à force de la mordre … j’ai éclaté en sanglot entre ses bras sans jamais avoir trouvé le courage de lui dire la vérité. C’était indigne de sa personne. Il méritait tellement mieux … tellement plus … alors chaque fois que je le croisais j’avais cet élan d’amour pour lui. Je l’aimais. Je l’aimais terriblement et je n’aurais jamais dû faire ce que j’ai fait avec Luka. Ce n’était qu’une attirance physique que je détestais. Du simple sexe. Je n’allais pas ruiner 6 ans de couple pour une histoire de sexe passagère … quand bien même elle était torride. Soufflant de mes pensées qui ne cessaient de passer de l’un à l’autre je finis par m’asseoir sur le tabouret et fixa le vide tristement. Mon amour … ne pleure plus je suis là … Wei … ses mots, son amour, sa présence … je suis un monstre d’égoïsme, j’ai passé ma vie à critiquer ma mère pour faire la même erreur qu’elle. Stupide attirance. Entre Wei et moi ça semble allez mieux … vraiment, il semble vouloir qu’on oublie nos engueulades et moi je lui accorde plus de temps … On s’enlace dans les couloirs. On s’embrasse à l’entrer des classes. On se croise, se sourit. On s’aime je crois. Et j’essaye de me concentrer sur ça pourtant … je n’arrive pas à oublier cette nuit. Je secoue ma tête et me redresse en prenant mon plateau et range les fioles une à une en murmurant une chanson que j’ai en tête. Au moins ça me force à me concentrer sur quelque chose. Je les fais glisser une à une sur les étagères en arrangeant tout pour que ce soit jolie. Je suis fatiguée mais je préfère être ici que dans le dortoir où j’aurais l’impression que tout le monde connait mon secret … Je lâche un soupire en venant appuyer mon front contre l’étagère. Je ferme les yeux et prends quelques secondes pour reprendre sur moi.



Yes I am looking at you – I want to
look at you, even when I’m looking at you
I only want to see you all the time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 4 Avr - 19:33





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

il a merdé. et ça; il n'en a pris conscience qu'une fois la connerie faite; qu'une fois l'avoir regardé quitter les lieux en pleurs. en temps normal; il s'en serait peut-être moqué, contrefiché. après tout il fallait être deux pour faire l'amour et il ne se souvenait guère l'avoir forcé; il n'était guère la semi-vélane dans l'histoire. et pourtant, pourtant. il avait ce sentiment de culpabilité qui occupait son être; ce sentiment d'avoir agis contre son grès, le sentiment d'avoir violé l'intimité de la demoiselle et ce bien au delà d'un simple contact physique. il avait ces putains de remords; et non pour avoir trompé yujie; aussi incroyable cela aurait pu paraître il s'en foutait royalement et ne se sentait guère gêné d'agir comme si de rien n'était lorsqu'il se retrouvait en sa présence. parce qu'il avait attendus, parce qu'il s'était comporté en parfait petit ami pendant presque six mois, six mois à se montrer doux et attentionné, six mois à s'occuper d'une jeune femme pour qui il n'éprouvait aucun sentiment si ce n'est une légère pitié vis à vis de ce qu'il lui faisait. six mois à tenter de gagner un paris; un paris qui au fond n'avait de valeur que celle d'alimenter son égo quelque peu surdimensionné. et six mois de perdu; elle ne lui offrait que de doux baisers, ce genre de baisers qu'une enfant de primaire aurait su offrir à son premier amour. elle lui prenait déjà la tête pour officialiser leur relation, relation platonique qu'il avait déjà du mal à assumer seul; ne s'imaginant guère devoir l'assumer devant autrui. et pourtant c'était bel et bien ce qu'il s'était passé. grâce au bon vouloir de papote. quand cela aurait pu satisfaire certaines femmes, cela n'avait guère semblait suffisamment pour la jeune dujuan. et plus elle lui prenait la tête moins il regrettait cette attraction obsessionnelle qu'il développait pour la colocataire de sa petite amie. wang li wei. les images n'avaient de cesse de lui revenir en mémoire. ses douces courbes; ses lèvres sur les siennes, ses seins aux têtons excités plaqués contre son torse; ses douces cuisses humidifiées par l'excitation et cette sensation; celle qu'il avait éprouvé en la pénétrant. une sensation de bien être; de satisfaction; cette impression de la posséder entièrement et pleinement. cinq minutes; surement moins, c'était le temps qu'avait duré l'acte et plus il y pensait plus il culpabilisait. aucun regret bien au contraire et pourtant il ne pouvait s'empêcher de se sentir coupable; coupable de l'avoir poussé à pêcher; de ne guère avoir passé son chemin après avoir réalisé que les salles de bains étaient d'hors et déjà occupées. c'est d'ailleurs ce qui l'avait poussé à la suivre jusqu'à la salle de potion, salle devant laquelle il se tenait depuis plus d'une demi-heure; pesant le pour et le contre; cherchant une excuse pour justifier sa présence et plus encore; réfléchissant à ce qu'il pourrait bien lui dire.la culpabilité n'était pas la seule raison de sa présence en ces lieux; ces derniers jours lui avait été extrêmement pénible; obsédé par l'idée de lui parler; tout ce qui lui avait été offert c'était la vue de la demoiselle aux bras de son fiancé; pendu à son bras; suspendu à ses lèvres. il devrait s'en moquer; bien entendu qu'il le devrait et pourtant. il avait cette arrière goût de déception; il aurait presque pu associer ce sentiment à de la jalousie si il ne reportait guère cela au don de la jeune étudiante. se raclant légèrement la gorge, il frappe trois fois à la porte avant de pénétrer à l'intérieur de la salle bonjour; je viens pour l'heure de colle. la tête légèrement baissé il referme la porte; agissant comme si il n'avait pas remarqué la jeune femme. la porte une fois fermée, il tourne enfin la tête vers l'intérieur de la salle, son regard se posant immédiatement sur la jeune vélane; un frisson parcourant l'échine de son dos tandis qu'il entrouvre les lèvres. liwei ? tu-je tu. il devait se l'avouer, il était plutôt bon acteur, mais en soit il n'agissait pas réellement de manière superficiel, le stress étant bien présent. comment était-ce possible d'être aussi belle et ce tout en rangeant des fioles ?
 



eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wang Li Wei

veela
and the perfect prefect of dujuan

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mar 5 Avr - 4:34





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

[ STYLE ]Quand j’entends sa voix j’ai un moment d’arrêt. Est-ce vraiment lui ? Le destin se joue-t-il de moi avec autant de plaisir ? Qu’éprouve-t-il de me voir si perdue, si déboussolée face à cette situation … ? J’ai le souffle qui se coupe. J’ai le cœur qui bat trop fort et le rouge qui me monte aux joues. Ce n’est ni de l’impatience, ni du plaisir, c’est la peur, l’anticipation. Je passe une main sur mes tresses, me sentant soudain très enfantine ainsi coiffée. Je m’apprêtais à les retirer avant de réaliser que je voulais changer pour lui, pour qu’il me trouve un peu plus jolie, un peu plus femme. Stupide. Je garde mes tresses comme si c’était le seul rempart qui m’empêchait d’aller vers lui … Je continue de placer les fioles, agissant comme si de rien n’était. Je ne me tourne vers lui qu’à l’instant où il prononce mon prénom. Ce prénom que je lui ai demandé de prononcer avant de … je ferme les yeux et m’accroche à l’étagère d’une main discrètement glissée dans mon dos. « C’est moi. » soufflais-je simplement. Je fuis son regard et m’avance vers lui, mais me contente de me saisir des fioles qui sont sur la paillasse. Je les fais teinter en le serrant contre moi avant de revenir vers l’étagère sur laquelle je les pose à la hâte. « Alors tu es collé c’est ça ? » lançais-je à tout hasard la voix vibrante. Je m’obstine à rester dos à lui. Mes quelques mots bafouillés maladroitement sont mieux que le silence qui s’installe. « J’ai bientôt fini. » comme une promesse, comme pour le rassurer. Je ne resterais pas longtemps. Je n’ai pas envie de rester longtemps, autant que je déteste soudain l’idée de quitter cette salle. Des jours avaient passés et rare avait été les occasions de pouvoir lui faire face. Pour dire vrai je l’ai fui, mais c’était plus facile pour moi que d’affronter son regard. Je ne voulais pas prendre le risque de voir sur ses lèvres un sourire moqueur, un sourire fier. Le genre de sourire arrogant qui détruirait à coup sûr mon cœur et mes souvenirs. Je pousse une fiole du bout du doigt, arrêté par le cliquetis qui me signifie qu’elle en touche une autre. Réalisant qu’il ne me restait de plus de fiole pour avoir contenance je regardais les livres de potion me restait à réparer. Mordillant je retourne m’assoir près de la table en croisant les tirants, tirant sur cette jupe qui me parait soudain trop courte. Je passe une main dans mes cheveux et lisse la mèche qui me tombe sur les yeux. Pour la première fois depuis qu’il est entré dans cette salle, pour la première fois depuis que j’ai quitté la salle de bain en pleure, je pose mon regard sur lui. Dans son regard, ces yeux orages qui ont si souvent su captiver mon attention. Dans ses prunelles brûlent un feu de culpabilité qui m’arrache un cri du cœur que je tais. Tu le sais Luka que ce qu’on a fait est mal ? J’ai trompé l’homme de ma vie pour toi. Non, à cause de toi … à cause de toi Luka … Et ça fait mal. Ma faiblesse … Li Wei … tu ne peux pas contrôler l’amour, quand bien même tu le voudrais … il arrive, sans prévenir, avec force. L’attirance. Le désir. Le plaisir. Sont tout autant de symptômes que tu ne peux oublier. Ils étaient beaux les mots de ma mère. J’y croyais dur comme fer parce que je l’imaginais les prononcer pour mon père. Parce que je l’imaginais les murmurer tendrement pour cet homme qui avait partagé sa vie si longtemps … mais c’était d’un autre homme dont elle était amoureuse. Un hybride. Comme Lui. Un hybride qui lui avait rendu la vie impossible. Un enfer dans lequel elle se complaisait. Mais quel avenir lui offrait-il ? Pas d’enfant, trop différente pour comprendre ce lien qui l’unissait à sa meute. Un vampire. De la pire espèce. Voilà tout ce que Luka représentait à mes yeux aujourd’hui. Et j’étais coupable. Coupable d’avoir pris du plaisir à coucher avec lui. Coupable d’avoir laissé le désir faire l’impasse sur les sentiments. Si encore mon corps m’appartenais et que j’avais le cœur libre j’aurais pu avoir le loisir de me sentir que comme une idiote abusée qui l’avait mérité. Mais j’avais Wei dans ma vie. J’avais Wei … Wei qui avait glissé ses mains sur mon corps avec envie, Wei qui m’avait mise à nue, il y a deux nuits, par amour. Offrir mon corps en guise de pardon muet.  Et la passion avait manqué, et l’amour avait comblé. Mais c’était un jeu que je peinais à comprendre. Détournant le regard après m’être rendu compte que je le fixais depuis un moment je retiens un soupire et me détourne. Croisant mes bras je marche jusqu’à la fenêtre pour voir la nuit tomber. Il fait doux ce soir. Le feu dans la cheminée crépite, et d’un mouvement de baguette léger je rajouter une  buche. Le feu s’embrasse à nouveau léchant le bois avec avidité. Cette même avidité dont j’avais fait preuve en embrassant le jeune homme … les mots me manquent. L’attitude aussi. Je ne savais que faire. Dans ce jeu je n’étais ni la victime, ni la perdante. J’aurais aimé avoir le rôle de la souris, mais je n’étais que ce chat. Divinement obsédée par un animal … Et je me souviens, de cette sensation de brûlure, alors que j’embrassais Wei dans les couloirs, et je me souviens de cette impression d’être épiée pour voir le dos de Luka disparaitre au détour de couloir. Et j’espérais être folle. Et j’espérais rêver. Moi je voulais que tout redevienne comme avant. Je ne voulais que mon petit ami … « La pleine lune est dans 3 jours … tu te sens comment ? » murmurais-je avec une certaine sincérité inattendu. Je savais que les jours précédant la pleine lune, les loups avaient leurs émotions exacerbées, mais qu’en était-il des hybrides, eux qui savaient casser leur corps à l’infini pour se transformer. Je me souviens toujours d’une fiole que ma mère garder autour du coup à cette période du mois. Instinctivement je porte la main à mon cou et affiche un sourire triste. Sa mort m’est plus douloureuse aujourd’hui que jamais, parce que cette mère que je condamnais sous ma colère, aurait eu toutes les réponses à mes questions. Et jamais plus que maintenant je ne l’ai autant comprise. Encore une fois Luka ne réalisait pas ce qu’il représentait pour moi : ce regret d’avoir gâché ma vie avec ma mère pour une rancœur qui ne me regardait pas… elle l’aimait à en crever. Elle aurait compris ma tourmente. Je baisse la tête pour fixer le sol à nouveau perdue dans mes pensées …

 



Yes I am looking at you – I want to
look at you, even when I’m looking at you
I only want to see you all the time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 14 Avr - 12:27





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

il reste stoïque; son regard posé sur le dos que lui offre la jeune femme à sa vue. il se sent subitement con; de par sa présence dans les lieux comme si cela était censé l'importer, comme si sa présence près de la jeune étudiante était nécessaire, comme si envenimer les choses n'était qu'inévitable. il le savait; au fond il devrait être dans le grand salon allongé sur un canapé; yujie blottis entre ses bras. ou bien à lui avouer ce qu'il avait fait; à s'excuser; à lui expliquer qu'elle n'y était pour rien, qu'il avait planifié cela depuis le début et n'avait jamais eu de sentiments pour elle; lui dire que leur relation n'était que le fruit d'un simple paris. qu'il lui avait volé sa virginité tout ça pour pouvoir s'en vanter auprès de ses potes mais qu'elle méritait bien mieux que lui; qu'il était mieux de mettre fin à leur relation, de passer à autre chose. se prendre une claque; peut être deux. la regarder partir en pleurs et retourner dans son dortoir pour faire le point sur lui-même. se remettre en question; réaliser  à quel point il avait merdé récemment. c'est ce qu'il était censé faire; ce qu'il aurait du faire. et pourtant le voici planté là. entre deux étagères de fioles; silencieux et mal à l'aise. à mentir sur la raison de sa présence et ce; dans l'unique but de savoir comment allait liwei; la seule femme qui l'importait même si il avait encore du mal à se l'avouer. plus il y pensait et plus il avait ce sentiment de l'avoir forcé; cette impression d'avoir agressé la jeune vélane la forçant à l'acte; effaçant toute fierté qu'il avait pu éprouver après l'avoir enfin pénétré. parce qu'il n'y avait pas de quoi être fier. elle n'y avait pris aucun plaisir; l'acte n'avait duré que deux petites minutes et elle s'était enfuie en pleurs. une honte. c'était probablement ce sentiment qu'il ressentait à présent. saupoudré d'inquiétudes. il se moquait bien que cela s'apprenne; que son fiancé vienne le frapper ou qu'il se fasse convoquer chez le directeur; ce qui l'importait réellement c'était de savoir comme elle allait. quand bien même il aurait du se douter qu'elle n'allait probablement pas aussi bien qu'elle ne le laissait paraître lorsqu'elle s'accrochait au cou de son fiancé dans les couloirs de l'école. comment pouvait-elle d'ailleurs agir comme si rien ne s'était passé ? oui; le prof de potion m'a collé pour avoir été hors des dortoirs après le couvre feu. il soupire entre ses lèvres; peu convaincu par son mensonge. mais qu'aurait-il bien pu dire. bonjour liwei; je viens te voir car je culpabilise à l'idée de t'avoir possiblement violé. ou encore. bonjour princesse; je viens te voir pour savoir si tu vas bien; et si tu es heureuse avec ton fiancé.  idiot. le simple fait de se sentir aussi perdu l'exaspérait. ce n'était pas dans ses habitudes. des conquêtes il en avait eu; et il n'avait pas été réglos avec toutes les femmes qui avaient partagées son lit bien au contraire. pourtant il n'avait jamais culpabilisé jusque là. il partait du principe qu'il fallait être deux pour faire l'amour; qu'il n'y avait pas de fumée sans feu; de roses sans épines; de cigarette sans briquet. il la regarde vaquer à ses affaires, silencieux. il ne s'est pas réellement ce qu'il pourrait dire ou faire; du moins il ne sait pas comment il pourrait agir sans envenimer les choses. peut-être aurait-il mieux fait ne jamais venir. continuer sa vie; avec ou sans remords.

pour la première fois depuis leur échange dans la salle de bain; il croise enfin son regard; à présent assise sur une chaise; lui; toujours debout à l'entrée de cette salle. la tristesse qu'il est perçoit le frappe de plein fouet; son coeur se resserrant violemment tandis qu'il déglutis douloureusement; incapable de détourner son regard de la jeune dujuan. il fallait être aveugle pour ne pas réaliser à quel point il l'avait blessé; aveugle pour ne pas réaliser que cette jeune femme n'avait jamais rien demandé à qui que ce soit; et qu'encore une fois il s'était immiscé dans une vie et ce, dans l'unique but de la détruire même si ce n'était jamais dans ces intentions; pas réellement. il détourne le regard légèrement gêné lorsqu'elle se relève délicatement. il doit s'occuper, faire quelques choses de ses mains; ne pas paraître aussi frustré; aussi immobile. c'est donc de manière automatique qu'il se dirige vers les étagères afin de contrôler que les fioles soient bien classés par ordre alphabétique, comme si cela avait la moindre importance. la question de la jeune femme lui arrache une petit rictus surpris, son pouce caressant délicatement l'une des fioles tandis qu'il entrouvre les lèvres. l'avantage d'être un hybride c'est que la transformation nous est totalement volontaire; nous nous transformons que si nous le désirons; la lune n'interfère en rien dans celle-ci. la seule chose que cela peut nous faire c'est nous rendre légèrement plus irritable et sensible si je puis dire. je ne me transforme que pour soutenir les loups de ma meute; et pour apprendre à me maitriser; éventuellement. il pince légèrement les lèvres; repositionnant délicatement quelques fioles mal rangées, les faisant parfois tinter. il ne parle que très rarement de sa nature; du moins en dehors des membres de sa meute; ou des personnes de son espèce. cela le surprend d'ailleurs qu'elle montre de l'intérêt à sa personne; il s'attendait à ce qu'elle le repousse; l'insulte et pourquoi pas le frappe; après tout il le méritait amplement. je- je suis désolé pour l'autre jour. il s'arrête; expirant légèrement; incapable de se retourner pour lui faire face. il le savait d'hors et déjà; à partir du moment même où il croiserait de nouveau son regard; il perdrait la face, incapable de s'exprimer, incapable d'assumer, incapable de prendre ses responsabilités. je ne sais pas ce qu'il m'a pris. peut-être que je me suis laissé succomber à ton don; ou alors j'ai agis égoïstement encore une fois. dans tout les cas je suis prêt à t'accompagner chez le directeur si tu veux porter plainte; ou à aller voir ton fiancé pour lui expliquer que je suis l'unique responsable de cet incident. à quoi jouait-il ? croyait-il vraiment pouvoir alléger sa conscience de la sorte ? cela en était presque ridicule et il en avait pleinement conscience. yan luka qui s'excuse; on a jamais vu aussi drôle.
 



eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wang Li Wei

veela
and the perfect prefect of dujuan

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 14 Avr - 15:41





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

[ STYLE ]La lune me fixe d’un air à la fois complice et moral. Tu t’attendais à quoi Li Wei ? La culpabilité me ronge et je ne sais qu’elle attitude adopter. J’aimerais pouvoir dire à Luka de me laisser tranquille mais je n’arrive pas à lui demander de quitter cette pièce. Alors je me cacher derrière l’idée qu’il est collé et que je dois finir de ranger ses fioles avant demain. M’obliger à rester derrière ses contraintes pour ne pas assumer le fait que sa présence me plaise … A quoi bon me chercher des excuses hein ? Je l’écoute me parler de la lune, de son espèce et je me rends compte que je ne connais vraiment rien de lui, si ce n’est cette attirance désobligeante qui me retourne le cerveau. Je fronce le nez en fixant la nuit noir. Vraiment ? Je l’imagine soudain en Loup et me demande à quoi il peut ressembler, je l’imagine au pelage brun, imposant, de ce même regard transperçant. Il est à la fois … attirant et hypnotisant, même dans mon imagination. Pourtant il devrait me dégouter, il devrait oui … J’ai le cœur qui saigne en repensant à ma mère … Au détour d’une ruelle, trainant le soir après les cours en rentrant plus tard que prévu, je l’ai vu là. De sa beauté éclatante, caresser le pelage de cette bête imposante qui se lovait contre elle. Son rire cristallin, la façon que ses poils avaient de la chatouiller … elle était si heureuse, si belle, si … elle. La bête a dû flairer mon odeur puisqu’il a disparu quelques instants après laissant ma mère se tourner vers moi avec un visage surpris. Elle l’aimait tellement … je pouvais revoir son regard et ce rire qu’elle n’offrait plus à mon père depuis tellement d’année. Je sens la nausée me serrer le ventre et je ferme les yeux brusquement, refusant de me tourner vers lui. Est-ce que j’étais sur le point de faire la même erreur ? Il m’était impensable de parler d’amour avec Luka, lui qui baisait l’école entière sans aucun remord … Puis de toute façon je n’étais amoureuse que de mon petit ami … il ne s’agissait là qu’une stupide attirance, un problème avec mon don … je suis sûre que ma mère a vécu la même chose … Nos pouvoirs de Vélane nous retournent le cerveau sans qu’on puisse discerner la vérité du songe. Je déglutis quand je l’entends prononcer ces mots. Parce qu’il met une vérité sur un acte que j’aurais préféré oublier. Je l’écoute en silence, osant à peine me retourner vers lui. Ses mots me font mal parce qu’il me fait réaliser que je n’ai pas d’excuse, moi. Je n’ai pas un pouvoir derrière lequel me cacher, parce que je sais que ça venait moi. De moi. J’ai les larmes qui montent aux yeux alors que j’appuie mon front sur la fenêtre. Soit pas stupide Luka, ai-je envie de lui dire. La simple idée qu’il puisse vouloir le dire à mon fiancé me tort le cœur et si j’aurais dû penser à Yujie, à cet instant je me contre fou de son existence. Je serre mon poing et secoue la tête vivement en me tournant vers lui. « Arrête tes conneries. » soufflais-je en lui jetant un regard paniqué et noir. J’essuie mes joues et souffle en marchant vers lui. Je ne lève pas mon regard vers lui et ajoute tout bas « On ne dira rien à personne … je n’irais pas porter plainte parce que … parce que … » je souffle attrape vivement quelques fioles «  Parce que y a aucune raison. Juste … on oublie d’accord ? C’était une erreur, j’aurais jamais dû faire ça … je suis la seule fautive voilà tout. » Je n’ai pas envie qu’il ajoute quoique ce soit alors je lève mon regard vers lui brusquement et souffle dans un gémissement «  S’il te plait Luka … je n’ai pas envie d’en parler … » Je le supplie du regard de passer à autre chose, de ne plus jamais me parler de cette histoire ou alors pas maintenant … pas maintenant s’il te plait Luka … Son prénom a sonné de façon trop douce entre mes lèvres. J’attrape un papier et commence à rédiger le nom de la potion avec une jolie écriture calligraphiée. Je mordille ma lèvre avant de relever mon visage vers lui … « Tu veux bien … me parler de toi un peu ? » murmurais-je pas certaine que ce soit vraiment une bonne idée. Mais la vérité c’est que je crevais d’envie de le connaitre. Lui, derrière ses grands airs … Puis, malgré ce que j’ai pu dire je murmure encore plus bas comme si notre secret devait resté entre nous « Réponds simplement par oui ou non mais… Yu Jie le sait …? »


 



Yes I am looking at you – I want to
look at you, even when I’m looking at you
I only want to see you all the time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 23 Avr - 19:46





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

Ainsi va le monde : l’insouciance de la jeunesse cédant le pas à la nécessité de payer ses factures et d’assumer ses responsabilités, nous sommes tous voués à reprendre le modèle que, durant notre adolescence, nous nous étions jurés de ne jamais répéter. il s'était promis de ne plus vivre pour autrui; d'enfin se permettre de vivre pour lui et lui seul à défaut de n'avoir guère pu le faire durant les dix-huit premières années de sa vie. il se l'était promis: il ne s'abaisserait plus jamais aux désirs d'autrui et ce; contre ses propres désirs. donner pour ne guère recevoir en échange; il ne l'avait fait que trop de fois; et même si cela semblait immorale; il s'était promis de ne plus se soucier de ce que pouvait bien éprouver autrui; cela étant le plus souvent; une entrave à son propre bonheur. alors oui; il avait une sacrée réputation au sein de meihua; une réputation qu'il ne lui déplaisait guère, on avait beau le critiquer pour ses nombreuses conquêtes; les élèves n'avaient de cesse d'affluer autour de lui; avec pour seul désir : faire partis de son cercle proche; être ami avec le capitaine des mudans; avoir accès à son carnet d'adresses ou devrais-je dire; de femmes. et il en était plutôt fier; lui qui n'avait avant meihua jamais connus la simple définition du mot "famille" ou ne serait-ce que celle du mot "populaire". il était passé d'un extrême à un autre, s'en avoir le temps d'effectuer de quelconque transition et il l'avouait; cela lui était clairement monté à la tête. les femmes. une agréable découverte au sein de l'école. il fallait les voir pour y croire; mais si il y avait bien une chose que luka n'avait de cesse de répéter lorsque l'on lui reprochait ses nombreuses conquêtes : il faut être deux pour faire l'amour. jamais il n'avait forcé une femme à se glisser dans son lit; et jamais n'avait-il forcé l'accès entre leurs cuisses. jamais jusqu'à liwei. il avait tenté de se convaincre de sa pseudo innocence; persuadé que si elle n'avait guère voulu allait aussi loin elle l'aurait repoussé. cependant le doute n'avait eu de cesse de s'emparer de lui; il replongeait dans les souvenirs de cette soirée; ses suppliques et ses pleurs; le nombre de fois où elle lui avait répété ô combien cela était mal et le nombre de fois qu'elle l'avait supplié de ne pas l'approcher. et plus il y repensait plus le souvenir d'un instant intensément sexuel s'épanouissait pour faire place à un instant beaucoup moins agréable où seul son plaisir semblait primer sur celui inexistant de la jeune asiatique.

il déglutit difficilement lorsqu'elle lui assène d'arrêter ses conneries; se sentant subitement con face à la jeune femme aux yeux humides qui lui fait face. je... désolé sont les seuls mots qui réussissent à s'échapper d'entre ses lèvres tandis qu'il s'empare d'une fiole qu'il tente vainement de dépoussiérer. il s'était toujours sentis démunis face aux femmes en pleurs; en général cela l'agaçait; en provenance de liwei; il se sentait juste un peu plus honteux. euh; ok on en parle pas mais bon t'es pas la seule fautive; bien au contraire il baisse son regard sur la jeune femme tout en se mordillant la lèvre inférieure. fautive; elle. n'était-ce guère les femmes les victimes ? beaucoup plus simple d'abuser d'une femme que d'un homme; il ne fallait pas être diplômé d'harvard pour le savoir. il écarquille les yeux lorsqu'elle lui demande de lui parler de lui; chose qu'il ne sait et n'a tout bonnement guère envie de faire; pour dire quoi d'ailleurs ? la question qui s'en suit le déboussole encore un peu plus; quelque peu confus qu'elle la lui pose alors qu'elle souhaitait ne plus parler de ce qui c'était passé entre eux. je ne lui ai pas encore dis. mais je vais le faire; elle ne mérite pas ça; j'ai déjà fait beaucoup trop de dégâts. bien plus qu'elle ne pouvait se l'imaginer. juste après leur échange; quelques heures après; la même journée. yujie avait enfin décidé de lui offrir sa virginité; dans sa chambre; dans son dortoir. elle s'était entièrement offerte à lui et il n'avait même pas été foutu de l'arrêter; pas foutu de la préserver. il lui avait pris sa toute première fois et ce; à peine quelques heures après l'avoir trompé avec liwei. et ça; c'était une chose de plus qu'il se reprochait. cette absence de moralité; cet égoïsme qui l'avait poussé à blesser deux femmes en une seul et même journée; où que devrais-je dire; en un laps de temps inférieur à cinq heures. je ferais mieux de rompre avec yujie; pour son bien. même si seulement semblait d'hors et déjà bien trop tard pour penser à son bien être; lui ayant d'hors et déjà arraché la chose la plus importante qu'elle possédait. ton fiancé; il le sait ? il pince légèrement les lèvres tout en reposant la fiole. bien-sûr qu'il ne le savait pas; ou alors il l'avait suffisamment bien pris pour ne pas venir lui péter la gueule à voir.
 



eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wang Li Wei

veela
and the perfect prefect of dujuan

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mer 27 Avr - 0:58





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

 Il est désolé ? Vraiment ? Elle a envie de rire, parce que c’est tellement grossier de l’entendre s’excuser. Pourquoi s’excuserait-il ? A elle surtout, lui qui arbore fièrement ce sourire insolent chaque fois qu’elle le croise. Lui qui s’amuse et qui joue comme un chiot avec sa meute. Lui qui couche avec les filles de cette école et leur prend leur première fois avec plaisir qu’il ne cache même pas. Lui qui a une réputation plus sombre et plus écœurante qu’il ne le voudrait vraiment. Pourquoi perdrait-il son temps à s’excuser auprès de moi … ? Je retiens un soupire douloureux en pinçant mes lèvres. J’aimerais simplement qu’il oublie, tout comme j’aimerais oublier qu’il m’a embrassé, que ses mains ont caressé mon corps avec envie, que ses lèvres ont touchées les miennes avec un délice que je ne peux nier … oui j’aimerais oublier cette sensation de le sentir encore en moi et de brûler sous son regard. J’aimerais pouvoir me rendre compte que ce n’était qu’une erreur et un coup de folie qui ne signifiait rien du tout. Oui j’aimerais pouvoir me tenir droite devant lui et lui assurer, le regard noir, que tout ça ce n’était rien du tout et qu’il n’y aura plus jamais rien pourtant dès que je croise son regard les mots bloquent dans ma gorge et je m’effondre intérieurement. Tu ne sais pas à quel point tu me fais du mal Luka ; non tu ne sais pas à quel point c’est douloureux … Je serre cette fiole entre mes mains et le fixe en mordant mes lèvres. Ses mots me font peur en réalité. Ils m’effraient parce qu’il va très certainement faire s’effondrer mon monde … Ne comprend-t-il pas ce que je veux lui dire ? Ce que je veux lui faire comprendre ? Je me relève et me détourne, je le laisse parler, je l’écoute en sentant mon souffle se couper. A sa dernière phrase la fiole m’échappe des mains et je la vois comme tomber au sol au ralenti. Elle se brise en éclat au sol alors que je me retiens aux étagères. « Fait pas ça … » soufflais-je péniblement. « Fait pas Luka je t’en supplie … » j’ai le cœur qui crie au supplice et le vendre qui se tord si violemment que je pourrais en vomir. Je me laisse tomber à genou et je ramasse ces morceaux de verres maladroitement allant jusqu’à me couper. « Fait chier ! » couinais-je en repoussant le tout d’un revers de main. Je me relève brusquement et titube jusqu’à Luka devant qui je tombe à genou. « Ok … je suis devant toi Luka, à genou … je ne peux pas faire plus pour que tu comprennes … » j’attrape sa main de ma main blessée et la serre contre moi « S’il te plait … ne lui dit rien  Yu Jie … elle … elle dirait tout à Yan et je ne peux pas … je ne peux pas le perdre tu comprends ? » Je renifle en serrant sa main plus fort. « Luka … » soufflais-je « Je sais que … que je t’en demande peut être trop que … Yu Jie ne mérite pas ça … que j’étais la première à venir … à venir faire … faire ça … mais … s’il te plait … ne fais pas ça … » je me sentais tellement pathétique, tellement sous sa coupe. « Ne lui dit rien … tu peux rompre avec elle, tu peux … faire ce que tu veux mais … ne lui dit pas qu’on a … qu’on a commencé à coucher ensemble … d’accord ? » mon dernier mot résonna aiguë dans les airs. Je le suppliais du regard en tremblant contre lui, rependant un peu de sang sur ses vêtements. « Je sais que tu me dois rien mais … prétendons qu’il ne s’est rien passé … ce n’était rien après tout … je suis personne pour toi et inversement, t’es personne pour moi … on ne se connait même pas et on est en couple tous les deux … on aurait jamais dû alors … s’il te plait … fais comme si rien n’était arrivé … après tout on a juste … à peine 5 minutes … t’as déjà du oublier … » mes lèvres perdaient leur couleur tant le stress me bouffait et je le fixais, laissant de côté pour la première fois, mon air le plus fort pour être aussi pathétique que suppliante.
 

 



Yes I am looking at you – I want to
look at you, even when I’m looking at you
I only want to see you all the time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 9 Mai - 13:03





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »


“Quand on n'est jamais étonné, on n'est jamais déçu.” et il aurait aimé ne pas être étonné par la réaction de la jeune femme; étonné par l'expression qui s'était dessinné sur son doux visage; par les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux; ses lèvres qui se déformaient en une grimace douloureuse et cette fiole dont elle lâchait l'emprise; la laissant éclater au sol. il avait anticipé plusieurs scénarios; il avait imaginé un milliers de réactions possibles; c'était préparé au pire comme au meilleur; mais ça; la jeune fille bégayant à ses pieds; le suppliant d'une voix faible. non; ça il n'aurait jamais pu l'anticiper. ni même cette colère qui naissait en sa poitrine au fil des secondes, au fil de ses mots. cette réaction; il aurait pu l'imaginer en provenance de yujie; cela aurait été raisonnable; compréhensible, justifié. pourtant en provenance de liwei cela semblait dérisoire; exagérée et égoïste. il en tombait littéralement des nus; choqué qu'elle puisse réagir de la sorte. mais après tout qui était-il pour exigeait d'elle qu'elle agisse autrement; elle qu'il ne connaissait finalement pas; elle dont il ne savait rien si ce n'est le subtile parfum de sa peau et le goût divin de ses lèvres ? il baisse les yeux sur la jeune vélane qu'il eût si longtemps désiré; pourtant son regard se fait dénué d'empathie; elle lui fait pitié mais pas de la manière qu'elle semblerait le désirer. parce qu'elle le fait passer pour un monstre; un monstre qui contrairement à l'attitude qu'elle adopte; essaie de se montrer responsable de ses actes. et la voir; à genoux devant lui; le supplier en pleurs; n'avait strictement rien de plaisant. il lui en voulait; il avait pris la peine de s'excuser; lui qui ne l'avait jamais fait auparavant; il prenait enfin ses responsabilités prêt à affronter le jugement d'autrui et la voici qui le supplier de ne rien dire; pour la protéger; elle et son si précieux fiancé. la quittant du regard; il expire lourdement avant de s'éloigner. la vision de la jeune femme agenouillé au sol n'a pour seul effet que d'énerver le jeune hybride; blessé dans sa fierté. qu'est-ce que tu fous liwei ? il lui tourne le dos; le regard noir posé sur le pan d'un des murs de la salle; sa voix estcalme bien que relativement dur. putain; te mettre à genoux carrément. alors tu me vois vraiment comme un monstre hein ? ça demande à se faire baiser et après ça vient chialer à genoux; mais mais c'est quoi ce délire il serre les dents; le ton de sa voix s'est fait beaucoup plus méprisant; chose qu'il regrette presqu'immédiatement, avant de faire de nouveau face à la jeune femme. désolé; je n'aurais pas du dire ça. mais- il soupire; tout en se mordant la lèvre inférieure. ta réaction est exagérée liwei. comme tu l'as certifié; tu étais aussi consentante que moi que ce fut cinq minutes ou plus ou même moins. j'ai merdé et ta merdé aussi; si t'es suffisament lâche pour te voiler la face et le cacher à ton fiancé je comprends mais j'ai du respect pour yujie et non; je ne vais pas me contenter de la larguer sans explication; encore moins après lui avoir retiré sa virginité. alors arrête de jouer la victime; les deux seuls victimes dans l'histoire ce sont ton fiancé et yujie. il inspire lentement avant de se diriger vers le reste de morceau de verres qui jonchent le sol. il les ramasse délicatement; un par un avant de les jeter dans la corbeille adjacente aux étagères. yujie n'ira rien répéter à ton fiancé; tu penses sérieusement que c'est la première chose qui va lui venir en tête après avoir appris que l'homme qu'elle aime à couché avec sa colocataire et amie ? se venger ? yujie ? tu n'aurais aucun remords à la voir tous les jours en sachant ce qu'on a fait; lui sourire; rire avec elle après cette trahison? well c'est peut-être le genre de femme que tu es finalement; mais ce n'est pas le genre d'homme que je suis. il plisse les lèvres; reportant son attention sur la jeune femme toujours agenouillé au sol; du sang coulant de sa main blessé. tu ferais mieux de désinfecter cette plaie et d'en arrêter le saignement; c'est déjà difficilement de supporter ton attitude soudaine mais je ne suis pas sur de pouvoir aussi supporter l'odeur de ton sang; ne me surestimes pas. elle lui faisait complétement perdre la tête; lui qui pensait l'avoir blessé; l'avoir forcé; réalisé à présent qu'elle était juste appeurée à l'idée de perdre son fiancé; effrayé par ce qu'il adviendrait de son propre sort; faisant preuve d'égoïsme qu'en t-a ce qu'éprouvait autrui. elle; elle et seulement elle. comme était-ce possible. peut-être l'avait-il finalement trop idéalisé, surement.
 



eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wang Li Wei

veela
and the perfect prefect of dujuan

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mar 31 Mai - 13:43





likawei ♥
« they say : both of you are fools. they say we shouldn't. they say : think twice. but you, you, what did you say ? say it louder. »

[ STYLE ]A la mort de son père Li Wei s’était réfugié au près des amis qu’elle pensait avoir. Orpheline sans famille, ni cousin, ni oncle et tante, elle n’avait désormais plus personne sur cette terre. Le sentiment de solitude et d’abandon qui lui avait serré le cœur l’avait rendue amère et aigrie. Elle avait cru pouvoir contenter sur ces étudiants avec qui elle mangeait tous les midis, ceux avec qui elle avait partagé bon nombres d’anniversaires et de nuits blanches. Oui, elle avait cru pouvoir étanché sa peine dans leur sourire et leur présence mais un à un ils avaient montré leur vrai visage.  Je n’ai pas le temps. On s’appelle plus tard. Je comprends mais là je ne peux pas. Vivant son deuil esseulé elle avait vu ceux qu’elle considérait comme des amis proche lui tourner le dos un à un pour des priorités qu’elle ne comprenait pas. Elle souffrait, elle avait perdu son seul parent, sa seule famille. Elle l’avait perdu après l’avoir supplié de rester près d’elle. Elle n’était qu’une enfant qui se donnait des airs de grandes dames pour ne pas montrer au monde à quel point elle était apeurée. Elle s’était retrouvé toute seule sans comprendre comme la vie pouvait être aussi noire tout à coup. Cette solitude soudaine l’avait meurtri si profondément qu’il lui avait fallu vouer une haine profonde pour cette race qui lui avait retiré ces deux parents. Elle ne comprenait pas comment tout à coup, tout avait pu basculer si durement mais elle s’était accrochée. Oh oui, elle avait donné un nouveau sens à sa vie en haïssant les hybrides plus que tout … et puis un jour, en sortant de cours il y a eu ce garçon. Maladroite et timide, serviable et attentionné qui l’a légèrement bousculé. Elle n’aurait jamais cru qu’il finirait par être la personne qu’elle aimait le plus sur cette terre, la seule à vrai dire … Yan avait donné un nouveau sens à sa vie et l’avait empêché de sombrer dans la douleur et la colère. Il l’avait laissé mener ses actions contre les hybrides, il avait soigné ses plaies quand elle était blessé. Il lui avait sauvé la vie un nombre incalculable de fois et aujourd’hui elle l’avait trahi de la plus douloureuse des façons. Elle avait trahi sa confiance, son cœur, son amour pour elle … elle l’avait trahi sans penser une seule seconde à la conséquence de ses actes … Et les mots de Luka la blessèrent si profondément qu’un profond dégout d’elle-même, de la situation et du jeune homme, lui donnèrent des hauts le cœur. Alors c’était comme ça qu’il la voyait ? Une garce, une pute, une trainée … une égoïste qui se moquait du mal qu’elle pouvait faire ? Venant du garçon qui a brisé plus de cœur que de cul dans cette école c’était un comble mais elle savait qu’il avait raison. Elle savait qu’elle n’assumait en rien et que mentir était sa seule porte de sortie. Elle ferme les yeux et sent le sol se dérober sous ses pieds à nouveau. Elle déteste ça. Tellement. Elle se relève doucement et se saisie d’un gros morceau de verre pour en nettoyer le sol. Elle s’approche vers lui le visage défait. Les cheveux en batailles et la paume en sang. Ses larmes continuent de couler sur ses joues mais c’est sa colère qui se lit sur son visage. « Tu as raison, je ne suis qu’une perfide garce égoïste. Une pute qui ne demandait qu’à se faire baiser avant de fuir et de jouer les vierges effarouchées. » Elle a la voix si blanche, si basse, si déchirée. « Mais ne vient pas me dire que t’es un grand homme Luka. Oh non ne vient pas me dire droit dans les yeux que t’as du respect pour les autres … Ne vient pas me dire que tu vas rompre proprement avec Yujie en te donnant un joli rôle après l’avoir baisé. Parce qu’au final tu la laisses tomber juste parce que tu as eu ce que tu voulais … si t’étais un homme avec tellement de respect pour elle … tu ne l’aurais pas baisé après m’avoir sauté. » Elle ricane en le toisant de haut en bas. «  Dis moi ça faisait partie de ton plan ? D’avoir une subite crise de conscience après avoir fait plus de mal dans cette école que n’importe qui … » Elle secoue la tête désabusée. « As-tu la moindre idée de ce qui est écrit sur les murs des toilettes des filles ?! As-tu la moindre idée du nombre de cœur que tu as brisé et de la haine qu’éprouvent tes ex conquêtes contre toi ? » Elle est si proche de lui qu’elle peut sentir son souffle âcre. « Parce que c’est ce que vous êtes pas vrai ? » dit-elle dans un souffle si douloureux que son visage n’a plus de haineux, il est juste profondément triste. « Vous séduisez les femmes, vous couchez avec et vous prenez un malin plaisir à les briser derrière … » Parce qu’au final elle n’a jamais connu d’hybride agissant différent … Est-ce le loup qui sommeille en eux ? « Après tout entre Alpha c’est ce que vous aimez faire pas vrai ? C’est votre nouveau jeu … ? Prendre la virginité des filles pour les laisser tomber après ? Maddox n’est qu’un exemple de plus. » Elle rit jaune, elle a mal au cœur mais il ne pourrait pas comprendre. Elle veut lui faire du mal en parlant de Maddox. « Alors t’as raison. Je ne suis qu’une pute qui n’assume pas son erreur et qui est prête à mentir à Yujie pour sauver son couple. Mais t’es quoi toi ? A faire du mal pendant tellement de temps avant de subitement avoir une crise de conscience et décidé d’être honnête. » Elle serre le morceau de verre si fort dans sa paume qu’elle se l’enfonce à s’en ouvrir les chairs encore plus. Un filet de sang s’échappe de sa main pour faire une marre à ses pieds. « Tu choisis bien ton moment pour jouer les hommes respectueux Luka mais tu sais aussi bien que moi que tu es loin d’être ce genre d’homme… » Elle renifle lève sa paume à la hauteur de son ventre pour en arracher brusquement le morceau de verre. « Est-ce que tu sais ce que ça fait d’être seul ? Sans meute, sans cette bande d’ami que tu as. Te réveiller un matin et te rendre compte que tu n’as qu’une seule personne dans ta vie. » Il ne sait pas. Il ne peut pas comprendre parce que Liwei le voit avec ses amis, avec sa meute. Elle le voit rire et être heureux. Il peut avoir souffert mais il a trouvé une nouvelle famille. Alors elle se fait la promesse à cet instant que si Luka lui arrache sa seule famille elle ne se privera pas pour en faire de même avec lui. Elle assumera ses erreurs mais pour le faire elle va se mettre à le haïr. Parce que ça sera plus facile ainsi pour elle. Soudainement elle étale son sang sur les lèvres de l’animal en face d’elle et badigeonne ses vêtements de son sang pour qu’il devienne dingue à l’odeur de son sang qui se répand dans la pièce. Il l’avait rabaissé plus bas que terre, faisant voler en éclat le peu d’assurance qu’elle avait en elle. Bizarrement elle aurait cru qu’il comprendrait, qu’il accepterait. Oui, elle aurait cru qu’ils pouvaient être assez proche et se comprendre pour se sortir de cette situation tous les deux … parce que Luka elle l’imaginait … beaucoup mieux qu’il ne l’était vraiment. Au final il n’agit que comme bon lui semble. Si l’égoïste dans l’histoire était-elle, il n’était pas mieux. Elle le maudissait pour avoir soudain l’envie d’être sincère et éviter de se sentir coupable. Pourquoi faut-il que ça arrive avec elle … ? Elle le repousse en étouffant un sanglot. « Va briser le cœur de Yujie en étant sincère, va briser mon couple, va briser mon cœur. Va donc Luka, après tout pourquoi tu t’en soucierais t’auras ta conscience de tranquille et tu pourras aller baiser qui tu veux demain ! » Elle fixait le visage ensanglanté de son sang de Luka et vacilla. Elle le détestait tellement à cet instant. Elle détestait cette situation et surtout …. Elle se détestait plus que tout … plus que tout.
 



Yes I am looking at you – I want to
look at you, even when I’m looking at you
I only want to see you all the time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




- the deathly hallows -
Accio profil




Revenir en haut Aller en bas
 
LiKaWei ♥ I want to be close and close isn't close enough
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Video : Goalkeeper - Phalanx (CIWS = close-in weapon system)
» Couche pop in (close parent)
» Close caboo dx: qui connait?
» Tous vos avis sur les couches lavables pour ma récap!!!
» Quizz para.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: deuxième étage :: salles de cours :: salle de potions-
Sauter vers: