Partagez | 
 

 you need to be cold to be a queen {liling.♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Jang Rebecca

wizard
and the animagus admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 19 Mar - 20:05





jiang liling x jang rebecca
« you need to be cold to be a queen »

outfit


Certaines personnes vivaient pour le futur, d'autres pour le présent. Certains ne voyaient que par la connaissance, pendant que d'autres préférer perdre leur temps à se tourner en ridicule. Certains vivaient pour devenir quelqu'un, d'autres souhaitaient juste exister. Et aucune maison, quelle qu'elle soit, suffisait à les catégoriser car chacune de ces personnes était unique, chacun embrassait leur existence d'une façon différente, leur perspective de la vie étant tout autant en décalé des autres, ou simplement de la réalité et c'est ce qui faisait l'unité de l'école. Mais on ne pouvait nier l'ambition qui les réunissait tous; l'envie de défendre leurs couleurs, de se battre pour leur honneur, de voir le blason de leur maison pendre fièrement dans le grand salon. Chacun en rêvait, et chacun s'arrangeait pour récolter le maximum de points possibles pour se rapprocher de cet ultime but. Les juhuas n'étaient en aucun cas différent, bien au contraire. L'ambition qui régnait en maître dans cette maison, la persistance et la détermination étaient toutes des qualités qui les réunissaient et pouvaient, parfois, les faire apparaître comme néfastes. S'ils participaient à cette lutte, ce n'était pas seulement pour jouer. C'était pour gagner. Plus qu'une nécessité, ils se devaient de prouver la supériorité de ceux abrités par la fleur de chrysanthème. Sauf qu'une seule chose les retenait de décrocher ce titre tant attendu; les mudans. Cela faisait deux fois de suite qu'ils furent élus la maison du mois, deux fois de suite qu'ils volèrent injustement le trône à ceux qui le méritent amplement. Et pourquoi gagnaient-ils? Pour avoir atteint le plus haut taux de débilité? Pour accueillir le plus de personnes à catastrophes? Pour ces raisons il était nécessaire d'orner le salon avec leur couleur? Un rire jaune grinça entre ses dents alors que Rebecca accéléra le pas pour retourner à son dortoir. Sa rencontre avec Luka dans les vestiaires n'avait aucunement amélioré son état d'esprit. Et si une chose avait changé concernant le regard qu'elle portait à la maison des rouges, elle dirait volontiers qu'ils sont une cause perdue. Rien qu'à en voir le capitaine de l'équipe de quidditch des mudans. Une catastrophe. Comme si offrir la scolarité à ces créatures devait être validé en laissant, en plus de cela, un hybride mener d'une main maladroite son équipe vers une possible victoire. Rebecca n'aimait pas ça. Elle ne supportait déjà pas de voir tous ces monstres arpenter les couloirs d'une école qui fut autrefois un havre de paix, ou tout du moins plus que ça ne pouvait l'être à présent. Rien qu'à se référer aux événements passer pour témoigner de l'impact négatif que cette décision a eut sur l'école. Sans cette loi, l'incident de Wuyue n'aurait jamais eu lieu. Des élèves seraient encore en vie pendant que ces créatures seraient possiblement en train de s'entre-tuer dans la joie et la bonne humeur à l'extérieur. En somme, chacun mènerait l'existence qui lui revient de droit. Mais non. Et après on osait dire que les juhuas sont des monstres. Qu'elle douce ironie! Certaines choses devaient être changé et quoi de mieux que de valoriser juhua comme c'était le cas pendant une bonne période? Non seulement juhua jouirait d'une réputation forçant le respect d'autrui mais sa supériorité n'en serait que plus flagrante. Et avec un tel préfet comme porte parole, peut-être que les choses changeront. Peut-être oui, mais ce n'est certainement pas en restant les bras croisés que la normalité d'autrefois refera part intégrante du quotidien de chaque élève et enseignant de Meihua.

Poussant la porte de son dortoir, Rebecca lâcha aussitôt un soupir exprimant parfaitement la lassitude qu'elle ressentait avant d'ouvrir les yeux, son regard scannant aussitôt la pièce jusqu'à se poser sur la deuxième personne qu'elle estimait le plus; Jiang Liling. Une sublime demi vélane avec qui Rebecca avait partagé une belle partie de son enfance. Le visage de l'animagus aurait pu s'illuminer si certains détails s'étant déroulés un peu plus tôt n'avait pas forcé Rebecca à étiqueter cette journée comme d'un ennui sans pareil. Et c'est avec ce même état d'esprit d’exaspération que Rebecca se laissa tomber à côté de Liling. « T'as vu les résultats des sabliers? » Ce n'était pas tant une réelle question, mais plus un moyen de soulever le problème majeur et une possible guerre qu'il fallait mettre en pratique. « C'est impossible que les mudans aient pu gagner deux fois de suite. Ils ont du comploter, trafiquer les sabliers ou que sais-je encore! Tout ce qu'ils font c'est faire perdre des points à leur maison avec les conneries qu'ils ne cessent d'enchaîner et pourtant.. Ils gagnent quand même! Soit on se fout de nous, soit ils ont réellement trichés, mais dans les deux cas, Liling... » La rouquine marqua une courte pause pour humidifier sa lèvre inférieure tout en posant son regard sur la demi-vélane. « on s'est fait avoir. »



It was fun playin' with knives until a blade stuck in the left side of my chest. But I'm not down again, I turned the page. The story's mine. Now I know what's good for me, all that I need and I can't wait to sink my teeth in and take another bite. And the best part about it is that I'm the only one who can do something about it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jiang Li Ling

wizard
i'm your veela

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 26 Mar - 13:37





jiang liling x jang rebecca
« you need to be cold to be a queen »

outfit


Pourrie. C’était le mot qui résumait assurément le mieux cette journée minable. Les cours avaient été trop longs, la journée fade, et alors que j’avais cru avoir un peu de répit en me baladant, j’étais tombée sur ce type. Je ne connaissais d’ailleurs même pas son nom. Mais méritait-il seulement que je l’appelle ? Assurément pas. Si les lanhua étaient supposés être intelligents, il fallait croire qu’à lui, cette qualité lui faisait cruellement défaut. En fait, en avait-il seulement une seule ? Il fallait croire que non. Et comme si ça ne suffisait pas, la pluie puis la foudre m’était tombé sur le coin du nez. J’étais juste… Lessivée. Énervée. Et lasse. Alors, lorsque j’étais rentrée tout à l’heure dans notre dortoir, complètement trempée, j’avais un peu craqué. Sous la douche, tandis que l’eau se déversait inlassablement une fois de plus sur mon corps, j’avais laissé couler mes larmes. Gouttes d’eau cristallines se mêlant aux autres, invisibles, et pourtant me brûlant les joues dans leurs sillons. Des perles de frustration, de haine, mais aussi de tristesse et de solitude. Pour une fois depuis un bon bout de temps, je m’étais laissée allée, pleurant à chaudes larmes tandis que le bruit de la douche couvrait mes sanglots. Je n’en pouvais plus de sourire et prétendre que j’allais bien chaque jour. Et pourtant, je le savais : demain, je serais de nouveau la même que d’habitude, au masque frigide et aux allures provocantes. Parce que je ne savais rien faire d’autre. Parce qu’il fallait que je continue ainsi si je ne voulais pas sombrer. J’étais devenue cette fille superficielle et joueuse, à moi de m’en tenir à mon rôle. Fatiguée de tout et de rien à la fois, je me laissais finalement tomber à terre, le dos appuyé contre mon lit, face à la fenêtre, complètement déconnectée. Et tandis que mon regard se perdait dans le vide, mon esprit lui semblait ailleurs, seulement relié à la réalité par le bruit de la pluie fouettant les carreaux.

Je n’entendis pas la porte s’ouvrir et encore moins Rebecca entrer dans le dortoir. Ce n’est que lorsqu’elle se laissa tomber à mes cotés que je pris conscience que je n’étais plus seule, sursautant légèrement. J’avais beau avoir eu envie d’être seule, là, la donne changeait. Parce que c’était elle. Parce que sa simple présence m’enlevait un poids invisible du coeur. Me permettait de respirer, alors que j’étais entourée par les cendres de mon passé. Je ne suffoquais plus. Et il n’y avait qu’avec elle que je pouvais ainsi me laisser aller. Qu’avec elle que je n’avais pas honte de laisser mes larmes couler. Elle était mon pillier. Et elle le serait toujours. Raison pour laquelle, la voir à coté de moi, me fit immanquablement relevé la tête, comme renaissant. Cette dernière ne semblait d’ailleurs pas non plus dans son assiette, à croire que comme des jumelles, lorsque l’une ne l’était pas, l’autre non plus, et je fronçais les sourcils, avide de savoir ce qui avait pu la mettre dans cet état. Les résultats des sabliers ? Oh oui, je les avais vu… Comment les manquer ? Quand une bande d’abrutis hyperactifs faisaient les fiers et dansaient comme autour d’un feu de camp à l’annonce des résultats… C’était impossible. Mais ce qui l’était encore plus, c’est que ces bons à rien dénués de cervelle aient remportés la coupe deux mois de suite. Alors qu’avec toutes les infractions qu’ils avaient commises, ils étaient plus un gouffre à point qu’autre chose ! La dessus, j’étais pleinement d’accord, on s’était fait avoir. Et quelle que soit la façon dont le mauvais tour avait été joué, il me restait clairement en travers de la gorge. ”Ça m’étonnerait que les profs soient de leur coté, ils sont tellement intenables et d’une telle bassesse… Et puis, vu comment ils se torchent avec le règlement, ils s’en sont plus fait des ennemis qu’autre chose.” Ça, c’était clairement une évidence. Donc hypothèse à écarter. ”Donc ils ont triché.” Un sourire mauvais et désabusé vint se peindre sur mes lèvres tandis que je plongeais mon regard dans celui de la belle renarde. ”On parle toujours des juhua comme de la pire maison, celle qui fait des sales coups et qui est plus fourbe et malhonnête que n’importe laquelle mais… Il faut croire qu’ils se trompent de cible. Nous on veut gagner, mais on est toujours resté fairplay ! Alors qu’eux, ceux auxquels on s’y attend le moins car bêtes comme leurs pieds, ils magouillent dans l’ombre… On aurait du s’en douter, après tout, pour remonter un tant soit peu leurs notes, ils sont sûrement passés maître dans l’art de la tricherie.” J’avais presque craché ces paroles, exprimant tout le dégoût que je leur portais, à eux, qui osaient ternir nos couleurs. Eux, qui dégradaient le nom de notre maison et l’empêchait de parvenir au sommet d’une si vile façon. ”On ne peut pas laisser passer ça. Ils ont cru quoi, qu’on allait les laisser sur leurs pied d’estale ? Plutôt crever ! Ils sont descendus bien bas. Mais ça ne me dérange pas de creuser encore plus profond. Rien que pour avoir la joie et l’honneur de les remettre à leur digne place. C’est à dire au quatrième sous-sol.”





« bad girl, betting on you »
Come closer as if you have me You who embraces me. Disappears that way as if it was a dream. I get caught without even a moment to touch. I’m afraid of becoming destroyed. You’ll shake me up and turn away. ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jang Rebecca

wizard
and the animagus admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Dim 17 Avr - 4:26





jiang liling x jang rebecca
« you need to be cold to be a queen »

outfit


Lassée. écœurée. Certaines choses auraient mieux fait de rester en suspens, silencieusement accrochées à une partie reculée de nos souvenirs, de ce que notre subconscient cherche tant à nous éloigner. Certaines choses mériteraient de ne jamais être ressassées au risque d'en ressortir bien plus déplorable que l'on aurait pu l'être de base. Que gagne-t-on réellement à titiller, chatouiller, bousculer autrui, à vouloir les faire flancher sous l'emprise que l'on pourrait avoir sur eux, les forçant à se montrer vulnérable pour mieux les écraser? Rien, certainement, si ce n'est le plaisir de se délecter de leur détresse telle une succube, un vampire. Elle savait pertinemment qu'elle était semblable à ce qu'elle accuse en permanence, ces monstres, si ce n'est bien pire. Elle le savait, et pourtant elle continue, inlassablement. Parce qu'il était tellement plus facile de laisser couler, de s'ennuyer sur sa pauvre existence en se contentant simplement d'étudier, de manger, de dormir. Il valait mieux recourir à des distractions extérieures, quitte à piétiner des personnes, quitte à étaler nos opinions. Quitte à se tourner en ridicule s'il le fallait. Or elle avait peut-être dépassé les bornes. Elle s'en était rendue compte. Ce n'était pas lui qu'elle avait blessé au final, c'était elle-même. Et elle ne pouvait le supporter. Ça ne faisait pas parti de ses plans. L'ennui, la frustration. Ils avaient fait place à la soif de vengeance qui n'avait de cesse de tourbillonner en elle. Laissant la pauvre petite Rebecca dépourvue de but, vidée, éreintée. Et pour couronner le tout, les mudan avaient de nouveau ramener la coupe des maisons. Deux défaites enchaînées déplorablement. Deux défaites qui n'auraient jamais eu lieu d'être. Deux défaites qui l'ont faite ruminer, deux défaites qui étaient de trop. Deux défaites qu'elle aimerait tant pouvoir renverser. Faire tourner la balance en sa faveur, et celle des juhua. Deux défaites qui ne lui accorderont certainement pas un quelconque repos tant qu'elle ne retrouvera guère la satisfaction qu'elle estime avoir mérité. Rebecca était originellement une personne méfiante, dotée d'un penchant un peu trop prononcée pour la manipulation et les manigances en tout genre et ses colocataires n'étaient en rien bien différentes d'elle ce qui n'arrangeait aucunement les choses. Si l'une d'elle désirait se retourner contre quelqu'un était une raison suffisante pour rester enfermé dans son dortoir, alors si les trois décidaient de comploter ensemble comme elles ont tant l'habitude de le faire, les conséquences se révélaient généralement désastreuses. Beaucoup de personnes eurent malheureusement à faire à elles trois réunies, les Ice Queens comme Meihua aime à les appeler. Leur titre était légitime, ou du moins c'est ce qui semblait être le cas. Elles renvoyaient une image glaciale d'un point de vue extérieure, très peu agréable et peu n'eurent suffisamment le courage de les approcher. A elles trois, elles représentaient ce qui était le plus méprisable chez les juhua mais ceux qui affirmeront telle chose sont ceux qui les connaissent le moins. Rien qu'à voir la façon dont Rebecca était perçue par Luka. Il était vrai qu'elle ne lui avait guère donné l'opportunité de briller sous une lumière différente devant ses yeux. Elle lui avait gratuitement donné un portrait d'elle-même sur un plateau d'argent, le laissant ensuite sagement engrosser sa haine envers elle à mesure qu'elle apparaissait avec une nouvelle excuse pour l'enfoncer. De la méchanceté gratuite, un autre point commun chez les juhua, dirons-nous. Mais la tricherie n'était pas de mise contrairement à leurs rivaux attitrés; les mudan.  

« La subtilité est bien une qualité que l'on ne pourra définitivement pas leur reprocher, en admettant qu'ils en aient au moins une. » Rebecca haussa naturellement les épaules, ponctuant ainsi sa phrase avec un long et léger soupir. Il lui suffisait de peu pour agrémenter ses propos, ses réactions suffisant à traduire ce qu'elle pensait au plus profond d'elle. Encore fallait-il être attentif car la mal-interprétation était malheureusement une chose à laquelle elle était bien trop souvent confrontée. Enfin, ce n'était pas tant comme si elle s'en souciait. Elle ne ressentait que rarement le besoin de se justifier. Et si tel désir s'émanait en elle, ça serait bien auprès de Liling et Trinity qu'elle serait le plus à même de proprement s'exprimer. « Ils feraient n'importe quoi pour redorer leur blason, quitte à tricher, à abuser de fourberies en tout genre. Si ils croyaient pouvoir s'en sortir ainsi, qu'ils s'assoient sur leur égo surdimensionné parce que leur petit jeu a peut-être marché avec les profs mais qu'ils se méfient de nous. La sournoiserie c'est notre domaine. » Le regard adressé par sa divine vélane attira le sien, un sourire sournois naissant progressivement sur ses lèvres jusqu'à y trôner fièrement. « au quatrième sous-sol dis-tu? » Et tout en prononçant ces mots, elle posa son coude sur sa cuisse, la palme de sa main accueillant volontiers son menton. Il était temps pour elles d'intervenir. « En effet, les mudan ont l'air de tant vouloir prouver leur réel valeur. Il serait donc dommage de ne pas les aider dans ce sens, ça ne serait pas très loyal de notre part, n'est-ce pas? Et rien de mieux que de se serrer les coudes pour prouver notre bonté. » Son sourire laissa entre-paraître la ligne de ses dents, une expression peinte sur son visage qui ne présageait rien de bon si on n'était guère dans le même camp qu'elle. « Donnons-leur une bonne leçon, juste pour leur rappeler que les juhua sont les réels détenteurs de la couronne. Que les mudan sont des moins que rien, des cloportes bon à écraser et que ça sera toujours ainsi. » La jeune femme tapota son menton avec la pulpe de son index, faisant mine de réfléchir à un plan qu'elles pourraient facilement mettre à exécution comme piqûre de rappel, humant discrètement à mesure que ses pensées défilaient dans sa tête. « Devrions-nous trafiquer les sabliers ou..... Ou s'en prendre directement mais subtilement à eux afin de les remettre à leur place? Je ne sais réellement quelle option serait la plus juste pour que nos chers rouges comprennent pour de bon les règles du jeu. »



It was fun playin' with knives until a blade stuck in the left side of my chest. But I'm not down again, I turned the page. The story's mine. Now I know what's good for me, all that I need and I can't wait to sink my teeth in and take another bite. And the best part about it is that I'm the only one who can do something about it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jiang Li Ling

wizard
i'm your veela

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 19 Mai - 22:31





jiang liling x jang rebecca
« you need to be cold to be a queen »

outfit


Ce qu’il y avait de bien avec Rebecca, c’est qu’on avait pas besoin de mots pour se comprendre. Tout était dans le regard. Comme si on était dans la tête de l’autre. Constamment sur la même longueur d’onde, quoi qu’il arrive. Sûrement était-ce parce qu’on avait grandi ensemble, comme deux jumelles. Ou peut être pas. Après tout, nous étions déjà similaires bien avant. Qu’importe à vrai dire, du pourquoi du comment ? Elle était la seule à me connaître entièrement, chaque part d’ombre, chaque faiblesse, chaque doute. Elle savait tout. Elle percevait tout. C’était déstabilisant, et en même temps… J’en avais cruellement besoin. De quelqu’un apte à me prendre dans ses bras et envelopper mon âme de douceur sans que j’ai à ouvrir le bouche. Quelqu’un qui sombre avec moi et soit prêt à descendre aussi bas pour asseoir ses dessins. Nous connaissions toutes deux la vengeance et la haine. Elles étaient nos amies de toujours. Nos démons, murmurant à notre oreille le soir, nous glaçant le sang et nous réveillant dans la nuit. Nous connaissions la peur, l’échec, l’abandon. La perte également. Et nous avions toujours tout partager ensemble. Si l’une devait se venger, l’autre suivait, telle l’ombre de la première. Nous n’avions pas besoin de justice. La justice, nous la faisions nous même. Parce que l’on avait besoin de personne. On ne se reposait sur personne à part nous même, la vie nous ayant fait grandir plus tôt que prévu. De toute façon, ne disait-on pas qu’on était jamais mieux servi que par soi-même ? Personnellement, j’adorais ce proverbe. Et je l’appliquais d’ailleurs tous les jours, en bonne élève. Certains diraient que l’on avait besoin d’être sauvé. Que nous étions des monstres, viles, fourbes et manipulatrices. Mais qu’importait ce que pensaient les autres ? Moi, je ne voulais pas être sauvée.

”Je crois qu’ils n’ont pas compris à qui ils avaient à faire. Les juhua n’ont pas assez briller dernièrement, et une petite piqûre de rappel ne leur ferait pas de mal si tu veux mon avis.” soupirais-je désabusée avant qu’un sourire sadique ne vienne se peindre sur mes divines lèvres. ”Exact, au quatrième sous-sol, mais si tu veux descendre encore plus bas… Je te suis. De toute façon, leur bêtise n’a d’égal que notre bonté, alors je crois que l’ont peut creuser très trèèès loin, si tu veux mon avis.” Et c’était vrai. Sincèrement, citez moi un seul mudan présent dans la bibliothèque, et lisant autre chose que des comics. Vous n’en trouvez pas ? C’est normal, cela n’existe pas. Ils étaient les premiers à échouer aux examens. Les premiers à se faire coller également, comme si cela ne leur suffisait pas de raser le plancher. Ils n’avaient jamais rien fait pour se démarquer des autres, et la seule compétence que je voulais bien leur léguer, c’était le quidditch. Et encore, je ne m’avouais pas vaincu, loin de là. Alors expliquez moi, comment pouvaient-ils gagner cette satanée coupe chaque mois ? Invraisemblable. Impensable. Irréaliste. Et ça me rendait malade que le sort s’acharne ainsi sur moi. Me ridiculise. ”Pourquoi choisir lorsque l’on peut faire les deux ?” répondis-je à sa tirade tandis que mon sourire s’accentuait. A quoi bon ne prendre qu’une des deux propositions, quand on pouvait faire les deux, et en tirer le double de satisfaction ? Nous ne faisions jamais les choses à moitié, c’était mal nous connaître. ”Pour ce qui est des sabliers, je ne sais trop comment nous allons nous y prendre, mais en ce qui concerne les attaquer de front… Ce ne sont pas les propositions qui manquent. N’est ce pas l’art dans lequel nous excellons après tout ? Reste à savoir si nous nous décidons à attaquer les mudan en général, ou un groupe plus réduit ?” Adossée contre le cadre du lit, je laissais ma tête retomber sur le matelas, la réflexion étant quelque peu confuse. Pas étonnant, vu que je m’étais prise la foudre sur la tête quelques heures plus tôt… ”Devrions-nous donner de jolies rumeurs à papote ? Ou nous introduire dans leur salle commune ou leurs dortoirs ? Les prendre en flagrant délit ? Ou monter les profs contre eux ? Je ne sais que choisir… Et je ne trouve rien d’assez fort pour réellement les mettre en garde. C’est frustrant !” Oh non, je ne me contenterais pas que d’un petit tour de passe-passe. J’avais toujours vu les choses en grand, et cela ne risquait pas de changer. Prenez garde les rouges, votre heure de gloire pourrait assurément être de bien courte durée...





« bad girl, betting on you »
Come closer as if you have me You who embraces me. Disappears that way as if it was a dream. I get caught without even a moment to touch. I’m afraid of becoming destroyed. You’ll shake me up and turn away. ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




- the deathly hallows -
Accio profil




Revenir en haut Aller en bas
 
you need to be cold to be a queen {liling.♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cold play
» Cold case
» You brought a fire to a world so cold [Adonis & Gwayne]
» Glossybox édition limitée "It's cold outside"
» Quelles sont vos series preferées ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: quatrième étage :: dortoirs des júhuā :: couloir filles :: chambre trois-
Sauter vers: