Partagez | 
 

 Unbearable Suffering [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Nam Suyeol

wizard
with a little bit of parseltongue

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 14 Mar - 19:07



« Unbearable Suffering  »
OUTFIT ♦ Trois, deux, un. Le temps de raison est écoulé, et mon poing part tout seul dans le visage de celui qui me hurle ces mots, sur un de ces airs moqueurs et méprisants que je déteste par-dessus tout. J'ai une soudaine pulsion d'adrénaline, une envie bouillonnante de me venger de ce type venu m'accoster de nul part pour m'insulter, et ce désir impulsif m'enflamme les veines et les écorche sciemment lorsque je me retourne pour le foudroyer du regard. Il est si fragile que ses potes ont besoin de lui venir en aide pour se relever, et cette vision suffit à me dégoûter plus qu'il ne le faut. « Tu t'es pas vu ? Ton cerveau à toi n'a pas besoin d'être pourri, ta tare congénitale que TES parents t'ont donné suffit très bien. D'ailleurs, tu as cette tare parce que tes parents sont frère et sœur, espèce de consanguin. » Je lui crache avec toute la sincérité du monde ces paroles alors qu'il me regarde, étourdi par le choc et stupéfait, une lueur vile clignotant dans ses yeux braqués sur moi. J'ai le cœur emballé et qui bat plus fort de surcroît, et j'ai l'impression que ma langue s'active toute seule à siffler des paroles débitées sous le poids d'une immense colère. Je n'ai définitivement pas supporté cet affront par rapport à ma mère et j'ai ressenti cet ardent et revigorant besoin de devoir frapper là où ça fait mal, moi aussi ; de devoir recommencer à protéger le plus honnêtement possible ce qui me tient à cœur, ce avec quoi j'ai grandi bercé dans l'idée que j'allais devenir un grand et talentueux magicien, sans un certain don de naissance maudit pour me mettre des bâtons dans les roues. Les derniers et précieux débris de mes parents, les derniers souvenirs que j'en conserve de ma vieille tante ─ littéralement, les dernières mémoires de ma mère, la personne qui m'a attribué tout le malheur du monde en dépit du fait que je lui ai dérobé sa vie pour le prix d'un échange.

Le type se relève sonné et je suis d'ores et déjà un peu plus calme, non sans que mon cœur cogne frénétiquement contre ma poitrine. Je sais que tôt ou tard, je vais me mettre à pleurer, et que les larmes que je retiens de tout mon soûl dévaleront mes yeux ─ silencieusement ou bruyamment, je l'ignore encore, mais je sais qu'il ne s'agira que de pression et de colère. Les insultes adressées à mon égard ne me font pas mal, ou tout du moins plus du tout. Mais celles destinées à mes proches et à ma famille réveillent en moi le serpent que je m'efforce de faire taire et de bien enfouir, celui que je n'ai pas apprivoisé et que je ne comprends pas encore tout à fait.

Il s'apprête à me rendre la monnaie de ma pièce quand je le vois brandir sa baguette magique d'un air plus qu'impétueux, sans doute pour user de la magie et me jeter un mauvais sortilège. J'ai bien envie d'en rire jaune, mais ses camarades l'en empêchent aussitôt et entreprennent de l'éloigner plus loin, quelques-uns me jetant des œillades inquiètes en me soufflant de ne pas continuer et en me garantissant que leur ami souffre tout de même au visage. Pourtant, je sais qu'il a mal. Je sais que je lui ai fait mal. Et tôt ou tard, je vais aussi me mettre à regretter ce que je viens de faire.

Je finis par coopérer et présente mes excuses aux restés. Je sais qu'ils n'y sont pour rien et je ne les ai pas vu prendre part au conflit ni même alimenter les insultes, alors je préfère ne pas mettre tout le monde dans le même sac. Je ne suis pas vraiment blessé, à vrai dire, mais le poids de ma rancune pour ce mec que je ne connaissais même pas au départ vient d'étonnement augmenter sur la balance. Suite à mes pardons francs et cordiaux, on n'ose pas vraiment me répondre, sûrement de peur pour toujours et encore la même chose. Habitué, je décide finalement de m'éclipser plus loin dans les jardins, déboussolé et complètement secoué par ce qu'il vient de se passer. La journée commençait si bien, et il a fallu qu'elle soit gâchée pour la chose devenue la plus courante dans cet établissement : s'en prendre à ma mère et accessoirement à mon statut de Fourchelangue. Qui l'eût cru.

C'est lorsque je heurte encore quelqu'un que je m'arrête néanmoins, conscient de ne plus tout à fait être dans mon assiette. Je me reprends et manque de trébucher, mais j'ai l'air nain face à un peu tout le monde ici et qui plus est, mon cœur me serre si fort et mon poing me brûle si intensément que je ne prends plus la peine de regarder devant moi. Relevant ma frange rougeoyante, je réprime mes larmes qui menaçaient alors de tomber pile à ce moment-là et adresse un léger sourire d'excuse à l'inconnu, me maintenant difficilement sur mes deux pieds. « Désolé ! Il faut croire qu'on ne s'y fait jamais, à force. Ces jardins ont vraiment le don pour vous faire perdre la tête. » Mentis-je.




« the one to catch you when you fall »
Hey, isn't it true, we promised to always be best friends forever, yeah. Words, that you don't need to say, the sad that's on your face isn't hard to see through, I've been there once or twice, it's you that made things right, my turn to be there for you ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kim Na Young

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mar 15 Mar - 15:25

Titre succinct.

Encore. Encore elle courrait, inlassablement, dans les couloirs de l'école, en riant aux éclats. Telle une enfant. N'est-ce pas ce qu'elle était ? Une gamine qui aimait jouer des tours à autrui, leur nuire pour son bon plaisir. Cette année elle allait avoir la majorité, en Chine. Pourtant, elle n'avait rien fait de mature ou d'adulte jusque là. Même pas s'occuper de son familier, celui-ci étant aussi indépendant qu'elle, ils ne se voyaient peu. Bien que cette fois-ci il courrait à ses côtés, comme lorsqu'elle faisait des bêtises la plupart du temps, il était toujours présent. Il avait défendu son amie qui manqua de se faire attraper, en griffant son assaillant. Après tout, si elle n'était plus là, qui pourrait-il étouffer la nuit en dormant ? La jeune fille ronflait, et il n'avait trouvé comme bonne idée que de s'installer sur son nez et sa bouche, afin de limiter le bruit. Elle commençait à faire une légère allergie à ses poils, mais elle préférait avoir le nez rouge plutôt que de ne pas profiter des quelques moments où l’écureuil daignait accepter la compagnie de la mudan. Ils ne regrettaient pas de s'être retrouvés à ce moment précis, par hasard d'ailleurs, Na Young avait beaucoup ri.

En fait, tout était parti de rien. La blague du seau d'eau au dessus de la porte, rien de plus banal. Elle n'avait pas utilisé la magie, c'était rare d'ailleurs, elle était plutôt une professionnelle des pièges. Son rôle c'était d'accueillir des petits nouveaux avec des farces, pour les détendre un peu de cette ambiance morbide de magie et de créatures surnaturelles où plus personne ne se sentait à cause de cette compétition entre maisons. Bien sûr Na Young ne manquait pas d'y participer, elle pensait que sa maison était la meilleure, la plus vive et la plus aventureuse ce qui étaient des points valorisants comparé aux autres maisons trop intellectuelles ou trop réfléchies. Bien qu'elle restait très futée même si elle fonçait toujours la tête la première. Heureusement pour ça qu'elle était aussi vive d'esprit que rapide à la course sinon elle se serait retrouvée la tête dans la cuvette des toilettes depuis bien longtemps. Le malheureux qui venait de se faire avoir, retrouvé étonnamment trempé de la tête aux pieds, n'était pas vraiment content. En même temps, personne ne l'était jamais vraiment et la blondinette savait pertinemment comment cela allait se terminer, c'était pourquoi elle s'était cachée. Mais elle n'avait pas prévu que son rire la trahirait car sur le moment, c'était tellement drôle qu'un rire enfantin se fit entendre dans le couloir. A partir de là elle manqua de mourir.

Le plus ennuyant malgré sa rapidité, c'était ses petites jambes. Tout chez elle était petit de toute façon, le jour où elle atteindra le mètre soixante, il neigera en pleine canicule. Elle devait faire la même taille depuis trois ans au moins, elle n'avait maintenant plus d'espoir. L'avantage c'était qu'elle pouvait se faufiler partout. En voyant le temps de démarrage de sa maîtresse plutôt long, sans prévenir Peanut débarqua et sauta sur l'élève qui ne voulait se venger de Na Young pour le griffer, ce qui rassura la sauvée qui doutait depuis le temps de l'amour que lui portait son animal. Tout deux s'enfuir à toute vitesse, faisant se pousser certaines personnes sur le côté, ayant l'habitude de la voir courir et d'autres se firent bousculer sans même recevoir de rapide excuses. Na Young arriva dehors, réchauffée agréablement par le soleil. Elle trouvait l'école vraiment triste, cette soudaine luminosité la mettrait en joie si elle avait le temps de s'en rendre compte. Essoufflée, elle se mit à marcher rapidement en jetant des coups d’œil derrière elle, priant pour ne pas avoir agressé un vampire, ou un loup-garou, ou un hybride. Elle eut déjà l'expérience de jouer avec un de ces derniers, et maintenant elle regrettait un peu.

Lorsqu'elle tourna la tête devant elle, elle n'eut pas le temps de voir qu'une personne allait la percuter, du moins elle n'eut pas le temps de réagir et puisqu'elle était un bourrin, le choc la secoua. Un peu. Moins que la nouvelle victime qu'elle venait de faire, involontairement cette fois. Elle regarda la personne qui s'excusa, manifestement elle ne la connaissait pas. Observatrice qu'elle était, elle eut un petit rire face à sa justification un peu bidon. Na Young n'était pas facilement impressionnée mais à moins que se soit un nouveau, les jardins ne faisaient de l'effet à personne. T'es ému à ce point ? En lui montrant sur son visage à elle, elle lui fit comprendre qu'il avait les yeux rouges. Ce qui arrivait parfois quand on était au bord des larmes. Elle le savait, la veille elle avait perdu sa peluche et même si elle avait voulu cacher qu'elle était sur le point de pleurer, on lui avait fait remarquer ainsi que ses yeux la trahissait. Et puis Na Young était une professionnelle du mensonge, c'était pas à elle qu'on cachait des choses. Alors, comme une gamine de dix ans, elle sortit de sa poche une sucette, et la lui tendit. Comment tu t'appelles ? Et oui, elle allait être majeure. Mais l'âge, c'est juste des chiffres.



All eyes
On you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nam Suyeol

wizard
with a little bit of parseltongue

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mer 16 Mar - 18:31



« Unbearable Suffering  »
OUTFIT ♦ Le nouveau-venu est en réalité une nouvelle-venue. En la détaillant de plus près, et en ayant retrouvé mes esprits, j'arrive à reconnaître ce visage que j'ai déjà eu l'occasion de croiser dans les couloirs ou même de loin, en compagnie de quelques amis. Elle a de longs cheveux brun-roux et un sourire pétillant, vivant et enfantin, mais n'a absolument rien de semblable à une de ces nombreuses chinoises dont j'ai tant l'habitude si je fais abstraction des femmes de ma famille Coréenne. Bizarre, même si je ne suis pas le mieux placé pour le faire remarquer. Je remets mes cheveux en place, agacé d'être aussi maladroit. Les événements récents font que je suis très tête-en-l'air et que j'en viens à ne plus regarder devant moi, même si le fait d'être naturellement malhabile m'habite comme la pire des malédictions. Si seulement c'était la seule.

Mes yeux me piquent et mon esprit ne demande qu'à craquer pour cette fois, mais je me contiens et parviens à adresser un sourire courtois à cette camarade que j'aperçois parfois au détour d'une allée ou d'un escalier. Je pourrais presque en oublier ma violente altercation de tout à l'heure, je pourrais presque m'enfuir après m'être excusé ou faire semblant d'aller devoir travailler ─ mais tout ça, ce serait mentir encore une fois, et Dieu sait que je n'aime habituellement pas cacher les choses. Qui plus est, elle ne semble pas vouloir tracer son chemin, elle me dévisage comme si elle était en mesure de lire en moi et se met à rire doucement, ce qui a pour effet de me faire relever les yeux et d'esquisser cette fois-ci un sourire franc au coin de mes lèvres, comme si je m'amusais moi-même de ce petit moment d'inattention. Voilà que je fais face à une semi-inconnue après m'être battu avec un sourire idiot, mi-rieur mi-confus. Grand bien m'en fasse, après tout, car je n'en ai en réalité strictement rien à faire d'être mal-vu ou d'être moqué pour des choses aussi futiles. Les sujets primordiaux et sensibles à mes yeux ne s'arrêtent malheureusement pas à ma personne, et ma confiance est d'une trop grande envergure pour envisager d'être chamboulée ainsi.

« T'es ému à ce point ? » Elle me désigne son visage à elle, en me faisant clairement comprendre que je ne passe désormais plus inaperçu avec ces perles salées au bord de mes yeux crayonnés de noir. Comme si cela ne me suffisait pas, je suis actuellement en train de sourire avec les yeux embués de larmes : un portrait plus que comique d'offert à cette perspicace jeune fille, avouons-le. Je n'irais tout de même pas jusqu'à dire que la complexité de ces jardins m'émeut, mais elle n'a pas du assister à mon règlement de compte et quelque part, c'est tant mieux. « Comment tu t'appelles ? » Me dit-elle alors d'une voix curieuse, en sortant une sucrerie de sa poche et en semblant attendre que je la lui prenne d'entre les mains. Je constate tout d'abord avec ravissement qu'il s'agit d'une sucette et, presque spontanément, je me mets à rire malgré moi, les plis de mon hilarité déformant mon visage et les larmes qui n'attendaient que de couler dévalant mes joues tout aussitôt. J'ai subitement mal au cœur de trop d'émotions, et il s'agit d'une sensation plus douloureuse et plus sulfureuse que quand j'ai un de ces accès d'hyperactivité incontrôlable. J'ai l'impression que toute ma frustration de tout à l'heure redescends, et que je suis en train de devenir hystérique juste parce qu'une fille vient de sortir une sucette de sa poche en me demandant comment je m'appelais, quel était mon nom, qui suis-je si ce n'est qu'à part tout ça, elle me fait le plaisir de ne pas encore connaître mon identité.

Il y avait longtemps qu'un inconnu ne s'était pas montré aussi passif et agréablement sincère à mon égard, à part pour me rabaisser franchement ─ ou pire, cracher sur mon nom de famille comme l'a fait ce type tout à l'heure. Une succession d'événements qui me provoquent un rire cassé et nerveux, des larmes volatiles et un sourire sincère. « Comment je m'appelle ? Ça va dépendre de ta réponse, ça. » Répondis-je d'une voix tout à coup plus confiante, moins hésitante et un brin mystérieuse tout en acceptant le bonbon qu'elle me tend. À mon tour, je plonge ma main dans la poche de mon gilet et en extirpe un chocolat emballé, faisant mine de le lui échanger. « T'as vraiment envie de le savoir ? C'est histoire de m'assurer si t'es sûre de toi, on sait jamais ce qui pourrait se passer ensuite. Je vais peut-être te demander le tien ou même te réclamer une autre sucette et ça, personne n'y échappe. Réfléchis-y bien, car si tu me donnes la bonne réponse, promis qu'il sera à toi, avec mon identité top-secrète en prime ! » Répliqué-je fièrement tout en désignant au passage le chocolat que j'étais en train de lui promettre. Identité top-secrète ? Ce sont des bêtises, je raconte toujours des bêtises, parce qu'il n'y a plus aucune confidentialité à mon égard. Au final, toute une comédie pour un prénom, mais je crois bien qu'elle m'a donné le feu vert pour de nouveau réagir comme un enfant. Je me saisis de la fameuse sucette et me hâte d'en découvrir le goût, frottant au passage mes yeux avec mes mains pour n'y laisser que des traces fraîches. À l'instant, je ne dirais pas non pour qu'elle me dise oui.




« the one to catch you when you fall »
Hey, isn't it true, we promised to always be best friends forever, yeah. Words, that you don't need to say, the sad that's on your face isn't hard to see through, I've been there once or twice, it's you that made things right, my turn to be there for you ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kim Na Young

wizard
insane but in a good way

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 19 Mar - 6:56

Titre succinct.

Ce qu'il fallait avouer, c’était que malgré son air enfantin, elle cachait merveilleusement bien son jeu. Là elle ne semblait être qu'une élève curieuse qui était tombée sur lui, ne déduisant seulement qu'il était simplement triste mais elle voyait beaucoup plus loin que ça. Même s'il ne fallait pas être un génie pour deviner que ses yeux rouges étaient signe qu'il pleurait et non qu'il était drogué. Cependant c'était la première chose qu'elle avait vu, et petite fouineuse qu'elle était, elle était trop curieuse pour passer son chemin même si probablement que la raison d'une telle tristesse chez le garçon allait certainement la décevoir. Il n’y avait pas grand chose qui impressionnait vraiment Na Young et avec la chance qu'elle avait, il se serait certainement juste cogné à un arbre. ... Quoi ? Elle était la seule à se prendre dans les figures des éléments de grande envergure ? Peanut, Won écureuil débarqua alors qu'elle tendait à celui qu'elle allait faire son ami un bonbon, l'animal se réfugiant dans l’une de ses grandes poches comme à l'accoutumée, n'ignorant pas qu'il s'y trouvait des noisettes pour lui. Na Young pouvait se faire rapidement des amis, pourtant elle en avait très peu, certainement parce qu'elle faisait des blagues de mauvais goût à tout le monde et se jouait d’eux sans arrêt alors évidemment, c'était une très mauvaise promotion de sa personne qui était pourtant tellement agréable à vivre. Elle n'était pas loin de lui demander d'être son ami, comme lorsqu'elle était en maternelle mais elle avait plus pitié de cette âme en peine dont elle voulait connaître l'identité et tel un animal, le moyen le plus qu'elle avait trouvé de l’amadouer était la sucrerie.

Elle lui adressa un regard plutôt septique alors qu'il s'emportait dans la confusion, à moitié triste et amusé. Ce n'était pas particulièrement plaisant de voir une personne, encore plus un garçon. Na Young qui était pourtant pleine d'émotion ne les montrait pas vraiment, elle avait trop peur qu'on retourne ses sentiments négatifs contre elle. Elle était fausse, du moins elle prétendait être ce qu'elle n'était pas pour éviter qu'on en sache trop sur elle, y voyant un point faible. Avec toutes les bêtises qu'elle faisait aux autres, il valait mieux protéger ses arrières. Il se mît à rire sans qu'elle ne s'y attende et pendant un moment elle manqua d’être vexée, pensant être la cause d'une telle hilarité. Les larmes coulaient sur son visage et elle eut envie de le serrer dans ses bras, parce qu'elle avait vraiment pitié de sa tristesse, pour n'importe quelle raison puisse-t-elle être. Mais il lui faisait quand même un peu peur d'agir comme ça et puis elle commençait à avoir mal au bras. Enfin il lui prit la sucette et elle fronça les sourcils à sa réaction. Sincèrement, elle faillit passer son chemin. Même pas prise dans le jeu, elle serait partie parce qu'il devenait trop compliqué alors qu'elle lui demandait juste son prénom. Mais ce qui la retint fut le chocolat. Lorsqu'il s'agissait de nourriture, elle ne pouvait pas s'en aller aussi facilement. Elle avait l'impression de se voir dans un miroir en version masculine et elle réalisa à quel point elle pouvait être chiante... Ce qui ne l'empêcherait pas de recommencer parce que du coup elle se félicitait intérieurement. Mais Na Young n'était pas n'importe qui. Il s'agissait d'un jeu, il s’agissait de gagner.

« Mon papa m'a dit de ne pas accepter des sucreries des inconnus. » Ce qui était vrai parce que Na Young pouvait suivre un inconnu lui promettant des bonbons. Mais depuis quand obéissait-elle à son père ? C'était simplement une excuse. Et alors qu'elle s'apprêtait malgré tout à lui prendre son objet d'échange alors qu'elle lui avait donné plus tôt si généreusement une sucette, elle entendit une voix crier dans le jardin. « Kim Na Young ! » Une voix qui ne présageait rien de bon, la victime de tout à l'heure. La jeune fille fit des yeux ronds alors que sa première idée fut de s'enfuir avant de se faire attraper. Par réflexe, elle attrapa ce garçon sans prénom, pour éviter qu'il puisse vendre la mèche et l'entraîna avec elle pendant qu'elle cherchait un endroit où se cacher. Et quoi de mieux qu'un grand buisson ? Ils pouvaient être cachés, c'était le principal. De toute évidence, l'inconnu à qui elle avait voulu faire une blague connaissait son prénom et elle préférait être contente qu'en au fait qu'elle avait pu se faire une réputation. Assise par terre à l'abri des feuilles, elle se tourna vers son nouvel ami de galère. « Dis-moi ton prénom maintenant que tu as entendu le mien. » En espérant que lui n'ait jamais entendu parler d'elle en mal.



All eyes
On you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




- the deathly hallows -
Accio profil




Revenir en haut Aller en bas
 
Unbearable Suffering [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eau libre
» nouvelle poudre libre HD
» presse libre, l'appel de la colline
» Lecture libre et gratuite
» Normandie vol libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: parc :: jardins-
Sauter vers: