Partagez | 
 

 no more game {feat. kalya.♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Allister Maddox

werewolf
the sneaky admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 14 Mar - 2:42





allister maddox x po n. kalya

Bien des choses lui furent retirées, que ça soit une vie de sorcier des plus banales, comme tout jeune enfant recevant sa lettre est censé expérimenter. Retourner pendant les vacances chez ses parents moldus et leur raconter tout ce qui s'était passé durant les mois précédents, et bien entendu.. renoncer à une quelconque relation allant bien au delà de l'attirance physique. Ô bien sûr il eut nombre de fois envie de se poser avec quelqu'un, de vivre quelque chose d'intime, de se laisser aller avec les sentiments, de se dire amoureux, de se disputer, se réconcilier ensuite. l'épouser, et fonder une famille. Oui, il en rêvait. Et aussi niais que cela puisse sembler, il en rêve toujours autant. Mais il ne peut pas. Et la seule fois où il s'était allé c'était en compagnie de Trinity. Allez savoir comment a-t-il pu se convaincre de sauter le pas mais au fond il ne regrettait pas. Loin de là l'idée qu'il pouvait enfin se faire confiance, il se doutait que ça finirait par se terminer dans tous les cas. Il ne voulait pas la faire souffrir comme ce qui sommeillait en lui l'avait de nombreuses fois détruit. Deux vies furent ôté par sa faute. La culpabilité le rongeait encore maintenant. Après tant d'années, leurs ombres flottaient toujours au dessus de sa tête, envahissant ses nuits et allaient même jusqu'à emprisonner ses pensées. Et chacune d'elles étaient à cause de lui. A cause de son double maléfique. Celui qui se délecte de la peur qu'il induit dans le regard des autres pendant que l'humain en lui panique et ramasse les morceaux. Encaisse les coups et doit vivre avec ça pour le restant de sa vie. Il déteste ça. Il déteste se souvenir, il déteste savoir qu'il peut à tout moment perdre le contrôle de lui-même. Et parce qu'il se fait peur, comment pourrait-il avoir confiance en lui? Comment pourrait-il s'autoriser le bonheur alors qu'il avait saccagé bien des vies, et plus encore des familles? Deux femmes furent condamnées mais plus d'une vie s'étaient retrouvées à pleurer ses défunts. Et tout ça pendant que Maddox fuyait encore et encore comme si cela suffirait pour se laver de toute responsabilité. Mais Dieu seul sait combien ce fut futile. Le passé finit à tout moment par nous rattraper, qu'importe la forme qu'il prend par la suite. Alors il oublia à sa manière, il se combla autrement. Il compensa ce qu'il ne pouvait avoir par ce qui lui était plus facile d'accès. Le plaisir charnel. Il restait un homme, un homme avec des besoins qu'il devait satisfaire. Et parce que cela n'impliquait rien de concret, comment pouvait-il s'en priver? Sa conscience l'avait pendant un certain temps maudit d'agir comme un parfait crétin, mais rapidement fut-elle tût par ses frissons courant le long de son échine alors que son corps s'imprégnait de la douceur de ses victimes. Et quel sensation délectable quand tes sens se retrouvent décuplés grâce à ce que tu es; un loup. Comme une drogue auquel il s'était misérablement rendu accro, se laissant tenté à chaque regard qu'il croisait. Faisant du corps de ces femmes son festin avant un adieu pour passer à la suivante. Meihua l'avait pourtant calmé. Aussi surprenant fusse-t-il, mais il ne pouvait entièrement se considéré comme sevré. Difficile quand l'animal en toi te rappelle les plaisirs que tu as autrefois eut, ces sensations que tu ressentais, le bruit des draps se froissant, la respiration de l'autre courir contre ta peau, causant des frissons grimpant le long de ton échine. Un silence brisé par ces manifestations verbales de plaisir faisant davantage battre ton cœur au rythme insoutenable de l'autre. Il aimait ça. Et il s'était laissé de nouveau tenté, s'assurant de garder la même jusqu'à ce que la passion et le jeu ne se ternissent pour laisser place à de l'ennui. S'il ne pouvait se contenter d'une stabilité émotionnel, qu'il se garde au moins le plaisir de s'amuser avec une même personne sans qu'ils ne soient engager dans quoi que ce soit. Et c'est bien ce qu'il comptait faire avec Kalya. Une jolie demi-vélane qu'il avait rencontré quelques mois auparavant. Bon sang, cette femme avait non seulement la beauté mais sa particularité la rendait incontestablement bien plus délectable que les autres jeunes femmes rôdant au sein de l'école. Dire qu'elle était la femme la plus enivrante qu'il n'ait jamais rencontré serait certainement un euphémisme. Elle lui faisait ressentir bien des choses, des choses qu'il avait longtemps envie de lui faire et qui, au final, réussi à assouvir. Satisfaction. Sensation de plénitude. Il se sentait bien, il était heureux. Et il n'attendait que la prochaine séance pour recommencer avec elle. Et aujourd'hui semblait être son jour de chance. Il n'avait pas touché à une autre fille, restant intimement lié à elle comme il se l'était promis. Et elle était là, celle qu'il désirait tant. Elle était juste en face d'elle, à quelques mètres. Des mètres qu'il réduisait à chacun de ses pas, un sourire subjectif se dessinant sur ses lèvres. Et sans qu'il ne prévienne, il posa ses mains sur ses hanches, se penchant au dessus son épaule pour humer son parfum qui lui chatouillait le nez. « bonjour. je t'ai manqué? » murmura-t-il avant de s'écarter délicatement d'elle, lui laissant de nouveau l'espace dont elle avait sans doute besoin. « j'ai pas arrêté de penser à toi, Kalya. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Po N. Kalya

wizard
and i'm your sweet veela admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mer 16 Mar - 15:48





allister maddox x po n. kalya



une sucette entre les lèvres, elle s'adosse délicatement à l'un des pans de mur du hall d'entrée. elle est en avance, comme toujours. et tout aussi patiente, son esprit divaguant, sa langue s'enroulant autour du bonbon qu'elle suçotte délicatement. six mois, un peu plus de vingt-huit semaines, plus de cent quatre vingt deux jours et pas un mot. le moment s'était envolé tout aussi vite que ne s'était envolé sa virginité. naïve. elle en avait conscience. pourtant elle se l'était juré, jamais elle ne s'offrirait à un homme qui ne l'aimait guère. et elle avait lamentablement échoué, charmé par les beaux yeux de cet occidental. elle aurait du se sentir honteuse, elle le voulait. pourtant seul la colère semblait ressortir de cette expérience avec le jeune homme. elle était tombé dans le piège de la partenaire d'un soir, quoi de mieux pour une première fois. elle aurait pu apprécier la nuit en sa compagnie, nombreuses de ses camarades auraient rêvaient être à sa place, laisser cet homme savourait chaque parcelle de leur corps du bout de ses lèvres charnues. elle y avait pris un malin plaisir, jusqu'à ce qu'il passe aux choses sérieuses. elle mentirait si elle disait qu'il n'avait pas été doux, qu'il n'avait pas été attentionné et délicat mais si il y avait bien une chose qu'il ne pouvait guère contrôler et qu'il n'avait pu contrôler c'était la taille de son sexe. volumineux, trop volumineux. elle grimaçait légèrement se remémorant la douleur ressentis lorsqu'il s'était enfin inséré en elle, les brûlures à chaque va et vient et cette nécessitée d'agir comme si cela lui procurait du bien alors qu'au fond elle n'avait voulu qu'une chose, arrêter et se blottir dans ses bras. au lieu de cela, elle avait mimer le plaisir par respect pour cet homme, pour ne pas blesser sa fierté, car au fond il n'y était pour rien, il ne pouvait faire plus doux qu'il ne l'était déjà. elle s'était réjouie à l'idée de pouvoir partager sa nuit avec lui, dormir la tête posée sur son torse, sa main venant se glisser dans ses cheveux blonds et ses lèvres qui auraient finis par l'embrasser sur le front pour lui souhaiter une bonne nuit. mais non. rien de tout cela. il était partis. directement après l'acte. et ce avec nonchalance, comme si cela était tout bonnement normal, naturel et qu'il n'avait en rien besoin de se sentir coupable de la laisser seule dans son lit, allongé sur un drap qu'elle avait malencontreusement tâché de son sang. elle se souvenait de se sentiment de vide qui s'était emparé d'elle, ses yeux posés sur les draps de son lit, incapable de réfléchir. puis elle avait finis par se comparer à sa mère, se dire qu'elle était peut-être destiné à satisfaire les hommes, que sa nature était-elle qu'il lui était impossible d'y échapper. elle s'était remise en questions sur ses principes, sur sa personne, sur ce qu'elle voulait et ne voulait guère. une nuit blanche puis une journée difficile, courbaturée et légèrement confuse. les jours étaient ensuite passés, puis les mois et il ne l'avait pas recontacté, c'était à peine si il posait son regard sur elle au détour d'un couloir, et elle avait finis par se faire à l'idée. elle n'avait été qu'une manière agréable pour le jeune homme de se vider, rien de plus rien de moins. lapant délicatement sa sucette, elle la fait délicatement tourner dans sa bouche, fermant les yeux tout en expirant lentement. c'est la vie, se disait-elle.

« bonjour. je t'ai manqué? » elle ouvre subitement les yeux, surprise par les mains qui viennent de se poser sur ses hanches, son regard se posant sur le jeune homme qui lui fait face. maddox. quand on parle du loup. fronçant les sourcils, elle retire délicatement la sucette d'entre ses lèvres avant de pincer celle-ci. lui avoir manqué ? en six mois ? et il osait se la jouer jeune homme attentionnée à lui dire qu'il n'avait cessé de penser à elle. qu'il était mignon. tu es ? lui demande t'elle un sourcil arqué, ses bras croisés contre sa poitrine. portant un doigt à ses propres lèvres, elle fait mine de réfléchir avant d'entrouvrir la bouche, un sourire sarcastique dessiné à présent sur ses lèvres. han, je crois que je me souviens ! tu es le mec qui m'a gentiment défleuris puis laissé en plan après avoir finis ton affaire. six mois c'est long, ça a pas du être facile de penser à moi tous les jours non ? elle claque sa langue contre son palet, s'adossant de nouveau contre le mur, le quittant du regard, ses yeux noirs venant se poser sur un point invisible. elle se sent bouilloner de l'intérieur, surprise par l'aisance qu'il affiche, tel un client recontactant sa pute préférée. tu ne m'as pas manqué maddox. tu as besoin de quelque chose ou ? biensûr qu'il avait quelque chose en tête, pourquoi revenir vers elle après six mois si ce n'était guère pour lui demander quelque chose ou pourquoi pas obtenir quelque chose d'elle, après tout ce loup était un sans gêne, comme la majorité de ses congénères.




loin du froid de décembre
Des images me reviennent comme un souvenir tendre. Une ancienne ritournelle autrefois en décembre. Je me souviens il me semble des jeux qu'on inventait ensemble. Je retrouve dans un sourire la flamme de mes souvenirs.-byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
no more game {feat. kalya.♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Game of Thrones
» EPOXIA ORAGIS, projet jeu de combat Game Maker
» Développez du iOS grâce à Game Maker Studio! (c'est pas gagné...)
» Un jeu de gestion sur Game Maker, est-ce possible ?
» Qualité graphique de Game Maker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: rez-de-chaussée :: hall d'entrée-
Sauter vers: