Partagez | 
 

 Store this emptiness aside

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Jang Rebecca

wizard
and the animagus admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 28 Jan - 1:42



xia yen x jang rebecca
« There's no room for weaknesses and fear »

Il y a toujours une hamartia quelque part, prêt à tirer le meilleur pour le tourner en une sorte de cauchemar et causer ta perte par la suite. Et c'est généralement quand tout semble aller pour le mieux qu'au tournant suivant, tout tombe en ruine jusqu'à te faire oublier le bonheur que  tu aurais pu ressentir, si tu l'avais ne serait-ce ressenti qu'une seule fois et en admettant qu'un tel sentiment soit bel et bien réel. Comment pouvons nous décrire le bonheur quand celui-ci est bien trop éphémère pour nous laisser y goûter ne serait-ce qu'une infime seconde? La douleur, la peine.. Toutes ces choses si néfastes, ces sensations que l'on cherche à ignorer, à oublier, à ne jamais croiser restent pourtant graver dans notre mémoire, nous entaillant au plus profond de nous comme pour s'assurer que l'emprise qu'elles avaient sur nous reste à jamais visible. On ressort plus facilement atteint psychologiquement d'une souffrance que d'un bonheur. Sommes-nous masochistes? Tout porte à le croire quand on voit le monde dans lequel nous vivons, les hommes cherchent la réussite dans le malheur et qu'on-t-il en retour? Un élan de plénitude mais dont ils ne peuvent que vaguement effleurer avant de retomber dans une sorte de routine terne et inutile. Était-ce dont pour cette stupide raison que le ministère de la magie accorda à ces créatures le statut d'Homme libre? Comme si cette pseudo guerre de pureté du sang ne suffisait pas, on se retrouvait à présent dans la gueule du lion. De retour en Grèce antique ou la seule gloire était de détruire son opposant, comme une vulgaire tentative de prouver sa valeur. Inutile, puéril. Pourtant certains se battent pour ça, quand d'autres défendent leurs souvenirs ou veulent rétablir la justice. Certains ignorent, certains ne se prononcent pas, d'autres ne veulent pas s'interposer pensant que cette bataille n'est certainement pas la leur, et puis il y a les autres. Ceux qui sont bien trop stupides pour penser que tout le monde est égaux. Mais qui a-t-il d'égal quand la personne assise à côté de toi pourrait te vider de ton sang à la moindre occasion quand ton seul moyen de défense est cette foutue baguette taillée dans le bois? En quoi est-ce juste quand ton talent de sorcier ne te sert à rien face à la vitesse dont ils peuvent faire preuve? Où est la justice quand tu vois ces créatures dont un ancêtre a pu t'arracher à ton lien de sang? Quand il a tout saccager dans ta vie au point de ne laisser que débris, peine, horreur. Rebecca ne se rangerait jamais avec ces personnes qui pensent que ces monstres sont l'égal des sorciers. Elle porte en elle bien trop de colère pour changer d'avis en un battement de cil, quant bien même certains dévoilent une facade tendre et douce. Ce n'était qu'un mensonge, suffisait-il d'une goutte de sang pour le prouver. Des animaux, rien de plus.

Assise sur le rebord du pont, son dos appuyé contre la paroi, elle feuilletait un de ces vieux bouquin qu'elle avait égaré dans ses valises. Il laissait transparaître tant de tragédie dont la fin semblait déjà toute tracée. On pouvait clairement ressentir toute l'obscurité et la froideur arrivant progressivement, enveloppant chacun des personnages à mesure que les pages défilent mais qu'importe ô combien notre cœur se serre à chaque moment lu, passé, imaginé mais on ne peut rien faire à part continuer à leur infliger cette torture parce qu'on est bien trop pris dans cette histoire pour penser fermer le roman bien avant son heure fatidique. C'était un de ces livres, pourtant un sourire se dessinait presque naturellement sur ses lèvres, parce que même si tant de noirceur était renfermée à l'intérieur, la beauté de l'écriture et les émotions qui sortaient de chacune des pages formaient un tout qui embaumait son être. Pourtant elle du silencieusement quitter momentanément l'attention qu'elle portait sur son livre pour l'égarer sur une silhouette non loin de là. Son sourire qui l'avait quitté pendant un court instant revint se loger sur ses lèvres aussitôt qu'elle reconnut cette personne. Il était difficile de qualifier leur relation, disons qu'ils étaient en bon terme ce qui était relativement étrange étant donné la rancœur et la solitude qu'ils renfermaient en eux. « Je vois que tu t'es enfin décidé à mettre de côté ton talent inouï pour te mettre publiquement dans l'embarras. » Sans broncher, Rebecca chercha son regard et, une fois qu'elle l'eut, elle ferma aussitôt son livre qu'elle laissa sur ses genoux. « On dit que ce cher Xia Yen s'est mis à dos les sang de bourbes dernièrement et je ne peux m'empêcher de me demander ce qui a bien pu passer par la tête de ce dernier pour énerver nos petits strangulots. » Elle finit par poser son livre à côté d'elle avant de s'asseoir sur la bordure de pierre, laissant ses jambes ballantes. « Je t'attendais. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Xia Yen

wizard
and the perfect prefect of juhua

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Dim 7 Fév - 18:34


S'il y avait bien un jour où le chinois aurait voulu rester dans son lit toute la journée, c'était bien cette journée-ci. Depuis sa rencontre avec le joueur de Quidditch japonais quelques jours plus tôt, il ne pouvait s'empêcher de froncer les sourcils, se demandant ce qu'il n'avait pas été assez clair dans ses paroles et gestes. Provoquer un élève n'était pas une chose anodine de la part du Juhua, surtout lorsqu'il s'agissait de sang-de-bourbes ou des enfants de ceux-ci, ou encore de simples sorciers, dits, faibles. Il s'était fait une réputation autour de ces attaques, la plupart du temps, verbales sans pour autant aller trop loin pour ne pas avoir de problèmes avec l'administration de l'académie. Mais il ne voyait pas ce qu'il faisait de mal, il ne comprenait pas ces regards qu'il recevait car tout ce qu'il souhaitait était de rester seul, élevé par rapport aux autres et, donc, intouchable. C'était la normalité pour lui, une routine qui en devenait presque lassante. C'était ainsi qu'il avait été élevé et avait toujours vécu. La haine que les autres éprouvaient était justifiée, ce n'était pas une mauvaise chose, au contraire. Mais c'était les raisons qui alimentaient cette haine qui dérangeaient le chinois.

Allongé sur le dos, il tourna légèrement la tête juste pour apercevoir les nuages de l'autre côté de la fenêtre. Il se perdait de plus en plus souvent dans ses pensées, voire bien trop souvent. Mais il en avait besoin. C'était comme prendre une pause dans sa vie pour enfin souffler avant de redevenir le Xia Yen, sang pur officiellement, sang-mêlé en réalité. Si seulement il pouvait dormir plusieurs jours, hiberner comme certains animaux savaient si bien le faire. Seulement, à la minute où il ferma les yeux, quelque chose vint rebondir sur son torse légèrement recouvert, le faisant ainsi sursauter. Il ouvrit d'abord un œil, puis l'autre lorsque la créature sur son thorax trouva que lui lécher le visage serait une bonne idée. Yen soupira. Il se disait chanceux que personne n'ait assisté à ce genre de spectacle auparavant, mettant sa crédibilité du sorcier froid et sanguinaire à rude épreuve. S'il y avait une chose qu'il cachait à son oncle, c'était cette créature, ce panda roux qu'il avait plus trouvé par hasard dans un magasin qu'autre chose. Il s'était tout de suite accroché à cette boule de poils sans trop en comprendre la raison. Seulement, son oncle avait pensé le voir revenir avec quelque chose de plus féroce. Comment il avait pu cacher son existence depuis tout ce temps, le Juhua se le demandait encore. Mais ce n'était plus très important pour lui, surtout depuis qu'il ne voyait son oncle qu'aux repas de famille dont il ne pouvait pas en échapper.
Hanbao continuait de lécher le visage de son maître, se moquant bien des apparences,  complètement inconscient de ce monde qui tournait autour du sorcier. Avec beaucoup d'attention, Yen passa ses deux mains sous les pattes avant de son familier et l'observa. Il fit une grimace. Il savait ce que la créature voulait et il n'avait aucune envie d'aller se refroidir jusqu'aux os simplement pour satisfaire les besoins du panda roux. Il se redressa dans un soupir avant de se lever pour mettre des vêtements plus chauds. Rapidement, il sortit de la salle commune des Juhua et continua son parcours dans les couloirs interminables de l'école de magie asiatique, son familier bien au chaud sous son manteau, ayant simplement la tête de visible.

Il arriva rapidement dans la cour intérieure de Meihua et son regard se posa sur les pierres qui formaient ce fameux pont couvert. Étrangement, c'était un des endroits préférés de son familier, ne se lassant jamais d'y aller pour y tourner en rond, regarder le paysage ou simplement faire sa sieste. Si le chinois n'avait pas trop de fierté, il avouerait volontiers que ce pont n'était pas si hideux, qu'il était même plaisant de s'y promener, mais cela serait avouer sa faiblesse inexistante, donc il ne voyait pas pourquoi il devait donner un avis sur quelque chose d'inanimé.

Il déplaça son regard et tomba alors sur une personne qu'il n'avait pas prévue de croiser. Ses iris restèrent plantés sur la demoiselle qu'il connaissait et, surtout, reconnaissait. Pour une fois. Mais contrairement à ce que tout le monde, qui connaissaient ne serait-ce qu'un peu Yen, pouvaient penser, le chinois n'avait aucune intention de faire du mal à la sorcière qui se trouvait être de sa maison. Jang Rebecca, une des rares personnes qu'il pouvait tolérer. Aussi, une des rares personnes qui ne lui donnaient pas envie de vomir à cause de sa faiblesse. Tout simplement car ils se ressemblaient beaucoup sur certains points. Hanbao sortit de sa cachette pour vadrouiller comme il aimait le faire alors que Yen ignora la première remarque de la demoiselle. Son visage froid et inexpressif laissa alors apparaître un petit sourire en coin, visiblement amusé. « Ce sont eux qui n'ont aucune manière, je n'ai frappé personne que je sache. Et puis, nos chers strangulots ne t'ont rien fait, ne les insulte pas de la sorte. » La Juhua était une des rares personnes que Yen se permettait de tutoyer.

Son attention fut à nouveau attiré par la dernière phrase de la sorcière. « J'ai l'impression d'avoir un prophétesse en face de moi. » Il s'appuya contre la pierre, sa tête soutenue par son avant bras. « Alors comme ça tu espérais me voir arriver ici ? Tu deviens accro' ma parole. »



Tell me would you kill to save a life, tell me would you kill to prove you're right. Crash, burn, let it all burn, this hurricane's chasing us all underground. No matter how many deaths that I die I will never forget. No matter how many lives that I live, I will never regret. There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames. Where is your God ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jang Rebecca

wizard
and the animagus admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Dim 21 Fév - 23:50



xia yen x jang rebecca
« There's no room for weaknesses and fear »

S'isoler pouvait avoir du bon. Être seul, apprécier le silence, abandonner cette sorte de bouclier social qui gravite autour de nous, nous libérant ainsi suffisamment pour nous adonner à cette égoïste opportunité qu'est de se donner à soi-même. On navigue bien trop souvent entre nos pensées, qu'elles soient délibérées, provoquées par autrui, par nos sentiments, nos croyances ou l'impact qu'autrui a sur nous sans prendre le temps de se recentrer sur nous-mêmes et faire le tri, ne gardant que ce qui nous est vital, ou du moins essentiel pour nous rend heureux. Pourtant, cet agissement semble bien trop souvent refléter une image glaciale vis à vis des autres, injustement définie pour la plupart des cas. Rebecca, quant à elle, était difficile à caser et c'est ce qui lui a valu l'image d'une reine des glaces, la solitude dont elle s'emparait n'aidant probablement pas mais, pour elle, s'écarter du monde était le meilleur moyen de se ressourcer et repartir sur de meilleures bases. C'était plus une nécessité qu'un besoin lambda de pseudo nerd. Surtout en ces temps-ci. La tragédie wuyue résonnait encore entre les murs. On ne l'avait pas écouté quand elle disait que l'intégration des nouveaux élèves étaient un scandale, maintenant ils doivent réfléchir à des substituts pour adoucir les tensions et faire en sorte que la cohésion se passe au mieux. baliverne. Un idiot se fera encore prendre. Il trouvera un moyen de se salir suffisamment les mains pour remettre en question la décision du ministère de la magie. Et quand ça sera le cas, Rebecca sera en tête de fil, un sourire hypocrite aux lèvres pour prouver leur cupidité et la dangerosité de leurs réflexions. Mais pour le moment, tout ce qu'elle peut s'accorder c'est l'éloignement et, ainsi, éviter de trop y penser le temps qu'il faudra.

Et c'est ainsi que sa solitude prit fin. Quand il arriva. Xia Yen, ou cet homme dont elle s'était curieusement attachée, escorté par sa petite peluche vivante qui trottinait sagement devant lui. Un doux portrait qui lui valut un sourire attendrit perché sur ses lèvres. « es-tu réellement la meilleure personne pour me donner une leçon de morale? » Elle en doutait, leurs croyances respectives ne jouant guère en leur faveur pour le coup mais c'était exactement ce qui nourrissait leur lien car, sans ça, ils seraient très certainement en train de se taper dessus à cet instant précis, en vu du caractère borné dont ils sont les légitimes bénéficiaires. « Les murs ont des oreilles, mon cher, ne l'oublie pas, car ça pourrait très fortement jouer en ta défaveur » Rebecca ne pu s'empêcher de rebondir sur la remarque avec laquelle Yen enchaîna, affichant ainsi une expression traduisant la fausse surprise s'émanant d'elle, mains recouvrant ses lèvres entre-ouvertes alors que ses yeux pétillants n'étaient point prêts à le lâcher. « .... attends.... comment tu sais ça toi? » Comment a-t-il pu deviner qu'elle était une prophétesse? C'était censé être un secret d'Etat et il.. ce type est Bouddha. « tu as des sbires dissimulés un peu de partout dans le château? avoue ton crime! » C'était à se demander qui était le vrai stalker entre eux deux.. Ok, elle n'était peut-être pas une liseuse d'avenir mais ça n'allait très certainement pas empêcher Rebecca de jouer cette carte jusqu'au bout. Après tout, il était celui à la tirer en premier, elle ne faisait que pousser le vice un peu plus loin. « Franchement, c'est plutôt à moi de te dire ça puisque tu sembles en savoir bien plus sur ma propre vie que la principale héroïne n'oserait le prétendre. » Son coude se posa sur sa cuisse, lui permettant ainsi de placer son menton dans le creux de sa main tout en le fixant du regard, un semblant de sourire épousant la forme de ses lèvres. « Ok, je l'admet. Je te suis, toi et ta peluche vivante, quasi tous les jours jusqu'ici, espérant secrètement pouvoir récolter une de tes mèches de cheveux que je pourrais, ensuite, conserver dans un bocal et compléter ma collection. » La jeune Juhua lâcha un long soupir, ses yeux clos comme pour s'approprier le désespoir dont elle avait besoin pour continuer dans son élan d'absurdité. « Que veux-tu? Tu me fascines à ce point, Xia Yen. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Xia Yen

wizard
and the perfect prefect of juhua

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 7 Mar - 13:21

La solitude était souvent accompagnée d'un sentiment de tristesse, de dépression et de tout autres sentiments négatifs. Mais Yen se demandait toujours pourquoi il en était ainsi. S'il y avait bien une chose qu'il appréciait, c'était la solitude dont il profitait bien trop souvent aux goûts de certains. Mais à quoi bon changer ses habitudes pour plaire aux autres ? A quoi bon perdre son temps à, tout simplement, faire attention à son entourage ? Son côté observateur ne l'empêchait pourtant pas de passer la majorité de son temps loin du monde réel et de la masse d'insectes qui s'y accumulent. Parce que, s'il y avait bien une chose que le chinois détestait, c'était de devoir donner de l'attention à une personne qui ne la méritait nullement. La seule personne qui méritait toute son attention était son oncle, un homme stricte et froid, tout comme le Xia Yen qu'il avait créé. Ce dernier le craignait – qui ne le faisait pas ? Il était bien trop dangereux dans ces idéaux pour oser le contredire, et c'était justement ce que le Juhua appréciait le plus chez le frère de sa génitrice. Il respirait le pouvoir et le respect, il était comme le super-héros de ses rêves. Celui à qui il voulait le plus ressembler au monde. Ne laisser aucune pitié, ne pas faire de faux pas et manger les petits poissons. C'était de cette manière que Yen avait vécu depuis la mort de sa mère.

Tout cela pour dire que la solitude était son élément, et peu importe ce que les autres en pensaient. Même s'il n'était jamais tout à fait vraiment seul, son familier l'accompagnait presque partout où il allait lorsqu'il n'était pas dans une salle de classe, bien que, depuis quelques jours Hanbao avait tendance à disparaître quelques temps pour ne revenir que le soir, une fois le soleil caché pour laisser sa place à sa jumelle, la lune. Pourtant ce n'était pas comme si la petite boule de poils était traitée de la même façon que Yen l'avait été par son oncle, au contraire, il savait ce qu'il était devenu, il savait ô combien il avait changé et ne souhaitait pas la même chose à son familier.

Les bras croisés, la hanche contre la pierre et le regard attiré par le sol, il laissa apparaître un discret sourire sur ses lèvres, chose rare pour sa personne. La réplique de la demoiselle l'amusait. Bien sûr qu'il était le mieux placé pour faire une leçon de moral, n'était-il pas le grand et parfaitement parfait Xia Yen ? Il se trouvait au-dessus des autres et donc pouvait se permettre de les juger autant qu'il le souhaitait. Pourtant il le savait que ça pouvait le nuire, c'était pour cette raison qu'il ne se permettait aucun écart pour ce qui était de ses résultats scolaires. Après tout, lorsqu'on était une tête d'ampoule comme le chinois, les côtés sombres de sa personnalité passaient toujours mieux. Mais il devait avouer que ça le travaillait. Il visait tout le même le ministère de la magie pour son futur, et n'allait pas se contenter d'une simple position d'employé de bureau, non. Mais tant que ça restait entre les murs de Meihua ses actes devraient passer un minimum inaperçus, il avait tout calculé, alors il n'avait pas à s'inquiéter. « Chère Rebecca, t'inquièterais-tu pour moi ? » Son regard se releva vers la demoiselle de sa maison.

Le blond se retourna avant de se pencher en avant, afin que ses avant-bras se posent délicatement sur la pierre qu'il puisse y poser sa tête sur une de ses paumes de main. Il l'écoutait parler sans répondre, son regard se perdait dans le paysage qui lui explosait à la face. Il n'était pas poète ni même un sentimental mais il devait avouer qu'il aimerait bien partir en courant, prendre un grand bol d'air frais et profiter de ce que la nature lui offrait plutôt que de rester dans la moisissure des rangées de livres interminables de la bibliothèque de l'académie. Une fois le pseudo-monologue de son vis-à-vis terminé, Yen se redressa et tourna la tête dans sa direction. « Je ne stalke pas, j'observe. Je ne suis pas comme toi, à perdre mon temps à se fasciner pour d'autres et aller jusqu'à les attendre à l'extérieur de l'école. » Même si ses mots semblaient froids, le petit sourire en coin en disait long sur les vraies pensées du Juhua à la crinière blonde. « Alors mademoiselle Jang, pourquoi ne pas faire du polynectar avec ces mèches de cheveux aussi. Comme ça, ça m'évitera de me farcir ces imbéciles sans nom qui ne peuvent plus supporter mon soi-disant mauvais caractère. » Il lui lança un grand sourire, découvrant ses dents de devant, mais un sourire qui sonnait tellement faux. « Après tout, ne suis-je pas un ange ? » Il fit une pause. « L'ange de la mort. » Après laisser un moment de silence pour donner plus de mystère à ses dernières paroles, il lâcha un petit rire moqueur. « Et donc je te fascine ? Rebecca, tu devrais savoir que tu n'as aucune chance avec moi. Je suis une personne sans cœur. » Lâcha-t-il  dans un murmure à l'oreille de sa camarade de maison.



Tell me would you kill to save a life, tell me would you kill to prove you're right. Crash, burn, let it all burn, this hurricane's chasing us all underground. No matter how many deaths that I die I will never forget. No matter how many lives that I live, I will never regret. There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames. Where is your God ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jang Rebecca

wizard
and the animagus admin

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 28 Mar - 2:21



xia yen x jang rebecca
« There's no room for weaknesses and fear »

Elle aimait la vue imprenable que les extérieurs de Meihua offraient aux plus aventureux de ses élèves. Elle aimait l'air frais l'enveloppant à mesure qu'elle faisait un pas dans ce long couloir couvert qu'était le pont. Elle aimait cette ambiance paisible, parce qu'elle avait l'impression de revivre, de s'oublier ou peut-être se recentrait-elle tout simplement. Mais quoi qu'en était la conclusion finale, le résultat était le même, elle se sentait sereine, en osmose avec son ancien elle. Tout ce tumulte incessant qui résonnait dans les couloirs de l'école. Elle oubliait ne serait-ce qu'un instant ce qui se tramait dans le château, elle oubliait que ce qui l'avait longtemps répugné arpentait les mêmes couloirs en tant que créature libre. Elle oubliait ses torpeurs, ses craintes, sa soif de vengeance. Elle mettait tout ceci entre parenthèse pour ne conserver que le meilleur, ou du moins le moins exécrable. Et même si elle préférait s'égarer seule, une compagnie n'en était pour autant pas aussi inutile que ça, encore fallait-il qu'elle soit à la hauteur. Et même si elle ne connaissait encore que peu Yen, sa présence était bien loin de la répugner. Autant dire, c'était exactement l'inverse. Il était l'un des seuls à être suffisamment intelligent pour comprendre la menace que représentait cette intégration subite datant de maintenant cinq horribles et longues années. Il était le seul à avoir compris ô combien celle-ci n'avait apporté que de la noirceur sur ce tableau. Et il était l'un des seuls en qui elle avait trouvé un allié, un appui, un soutien. Une personne vers qui se tourner et qui ne pouvait que comprendre les jugements un peu trop arrêtés de la jeune animagus. Il la comprenait et ce simple fait suffisait à la soulager, comme si on venait de lui retirer un immense poids. Longtemps cru-t-elle avoir été la seule à ne pas porter les loups et hybrides dans son cœur, mais il avait été là. Il était là depuis le début, à partager son opinion, à cracher sur leurs comptes et à leurs faire comprendre ô combien ils n'étaient point désirés. Et si sa froideur en avait rebuté plus d'un, Rebecca ne pu que se sentir d'autant plus attirée par l'aura qu'il dégageait, lui rappelant celle qui l'entourait. « tu rêves. » lâcha-t-elle, simplement, un léger sourire venant ponctuer sa phrase comme pour donner un bref indice du sentiment piégé dans ses paroles; un pur amusement. S'inquiéter n'était certainement pas dans sa nature, ou du moins rares furent les fois où elle se sentie réellement piégée par une telle émotion et encore moins pour une telle circonstance. Yen était peut-être du genre à mettre les pieds dans les plats en témoignant publiquement de ses opinions, il savait se gérer et s'extirper de la moindre situation compromettante ou gênante. Au final, ce qu'il semait ne faisait qu'amuser la rouquine plus qu'autre chose. Pour autant, elle ne pouvait pas le considérer comme une personne distrayante, quant bien même ses faits et gestes arrivaient à octroyer un rire de la part de la jeune femme, elle restait tout de même platoniquement attirée par lui. Une personne intéressante et paisible, bien que ce dernier trait risquerait d'en faire tressaillir plus que la moyenne. Son regard ne fit que suivre celui de son camarade de maison, se noyant ainsi dans le sublime portrait qui s'animait devant ses yeux, faisant ainsi émerger un doux sourire sur ses lèvres.

« et me retrouver avec une horrible réputation par la suite? Non merci. » Que dire. Il n'était guère apprécié, c'était un fait. Et ça ne devait peut-être pas être très rose d'être Xia Yen, bien que l'expérience semblait assez intéressante, du moins suffisamment pour y penser mais de là à sauter le pas? Enfin, que pouvait-elle dire? Elle était loin d'avoir une image dorée après tout. Mademoiselle Jang Rebecca, l'extrémiste., La veuve noire. Les gens pouvaient avoir une imagination à en faire pâlir de jalousie miss Papote, bien qu'elle tenait encore aisément les rennes, faisant ainsi couler chaque élève jusqu'à leur perdition. Enfin, fallait-il encore un minimum s'intéresser à ce qu'elle pouvait déblatérer dans ces torchons et à partir du moment où les gens lui donnaient un semblant d'intérêt, il était facile de faire croire n'importe quoi à qui voulait l'entendre. Et il n'était pas encore arrivé ce jour où Rebecca se laisserait aller aux ragots et autres absurdité crachés dans ces pages noircies à par l'encre qu'elle se fatiguait à épuiser. « Veux-tu vraiment me voir tenter l'expérience? Réfléchis-y. Une jeune femme, marchant dans tes chaussures, découvrant chaque parcelle de ton identité, ton passé comme ton présent. Ce que tu aimes, ce qui te détruis. Et surtout, ce que tu pourrais renfermer dans les tiroirs de ton bureau. » Ses doigts pianotèrent sur les pierres froides du pont, son regard centré sur le sol avant de valser pour croiser les yeux ambré du concerné. « Xia Yen, entièrement mis à nu par une personne extérieure à sa vie. Pas sûr que ça te plaise. Et puis, il faut bien l'avouer. Cultiver le mystère est bien plus captivant. » Naturellement, elle accompagna le rire de Yen avec le sien, bien qu'il était assez discret voire presque inaudible. Il ne lui en fallut que peu pour jouer le jeu jusqu'au bout et fermer ses doigts sur le tissu de son haut à l'emplacement de son cœur, la tête se penchant en arrière alors qu'elle lâcha un léger soupir exprimant ce qui semblait être du désespoir. Mais avant même qu'elle ne pu ouvrir la bouche pour laisser ses mots s'enfuir, elle sentit un léger souffle caresser la texture de sa peau, la faisant légèrement frissonner, surprise par un telle contact se retrouvant ainsi forcer de le regarder du coin de l’œil. « Ruiner toutes mes espérances pour ensuite flirter avec moi.. Mon pauvre cœur, j'en ai presque la nausée à te voir autant jouer avec. » Un énième soupir s'échappa de ses lèvres, ses doigts glissant dans ses cheveux pour les faire basculer derrière son épaule avant de laisser tomber son regard de nouveau sur le sol. Dans un élan presque dramatique, elle se redressa et fit quelques pas, ses bras ballant de chaque côté de son corps. « On m'avait pourtant prévenu que ta réputation te précédait, et pourtant.. Voilà que j'ai tout de même réussi à me brûler les ailes en espérant l'impossible. »




It was fun playin' with knives until a blade stuck in the left side of my chest. But I'm not down again, I turned the page. The story's mine. Now I know what's good for me, all that I need and I can't wait to sink my teeth in and take another bite. And the best part about it is that I'm the only one who can do something about it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Xia Yen

wizard
and the perfect prefect of juhua

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Sam 30 Avr - 12:11

C'était bon de pouvoir respirer parfois, pouvoir abaisser – presque – toutes les barrières le temps de quelques minutes, de pouvoir enfin dévoiler notre vraie personnalité sans filtre et sans aucune autre forme d’inhibition car on savait que la personne en sa présence était quelqu'un qui comprenait vraiment notre façon de penser. Pas que Yen possédait deux personnalités complètement différentes, au contraire, elles allaient exactement dans le même sens à la différence que celle que les gens sans intérêt connaissaient était celle dont ses véritables pensées était atténuées. Il savait très bien que s'il disait tout ce qui se passait dans sa tête, il prendrait le premier train pour la prison magique la plus proche. Chaque mouvement, chaque parole, tout était calculé à la perfection afin qu'il n'y ai aucun problème. Ses limites étaient posées par ses possibilités de futur. Jamais il ne ferait quelque chose qui pourrait ruiner sa carrière dans la politique avant même que celle-ci n'ait commencée. Son oncle, le tuerait s'il faisait le moindre faux pas et découvrait les vrais intentions en ce qui concernait les créatures magiques et sang-de-bourbes, il savait que sa vie se finirait aussi rapidement que sa carrière. Vivre avec un oncle comme celui de Yen demandait beaucoup de courage et aucune imperfection n'était permise, c'était comme marcher sur un long fil sans fin mais qui risquait à tout moment de craquer et vous faire tomber. C'était sa vie et le chinois ne remercierait jamais assez celui qui l'a élevé ainsi car il lui a fait ouvrir les yeux sur les vrais problèmes de la vie dans le monde magique.

La réponse de la jeune sorcière lui arracha un discret sourire. C'était perturbant comment le Juhua pouvait presque sembler humain en sa présence. Il ne s'en rendait sûrement pas compte, mais les seuls sourires qui n'avaient rien à voir avec une quelconque pensée de torture se dévoilaient en présence de cette Rebecca. Ce n'était pourtant rien de bien méchant, de simples lèvres étirées pour donner une forme particulière, une expression particulière mais pour Yen cela représentait une faiblesse. Alors le plus tard il s'en rendrait compte, le mieux se serait pour lui et, surtout, pour elle.

« Je ne vois pas ce qu'elle a de mal ma réputation. » Enchaîna Yen sur un ton calme. « Au moins les gens se souviennent de moi et savent à qui ils ont affaire. Je suis un type populaire tu sais. » Plaisanta-t-il, parce quelle popularité ! La majorité de ceux qui avaient pu croiser le chemin du chinois le détestaient et le reste préféraient l'oublier. Il était connu mais pas forcément comme le beau blond sportif de l'école. D'ailleurs, il détestait le sport. « Et puis je pense que ta réputation à toi doit déjà être suffisante, je me trompe ? » Yen entendait souvent parler de la petite sorcière blonde, dans les couloirs, à la bibliothèque et même dans les bains pour hommes. Après tout, elle ne cachait pas complètement ses idées quant aux créatures magiques et ça ne l'aidait pas à avoir l'air gentille. « Tu sais quoi. Ce n'est pas parce que les gens disent qu'on est du côté du mal que l'on est vraiment. Tout est une question de point de vue. » On aurait pu penser qu'il disait cette belle phrase pour se rassurer lui-même, mais Yen était convaincu de ses convictions et rien ni personne ne pourrait le faire changer sa façon de voir le monde. Sauf sans doute son oncle, mais ça ne risquait pas d'arriver. Il ne l'avait pas entraîné et conditionné pendant des années pour tout jeter par la fenêtre du jour au lendemain et aller cueillir des fleurs. Le simple fait d'imaginer son oncle avec un fleur dans la main lui donner l'envie de vomir.

Le Juhua devait bien avouer que les mots qui défilaient jusqu'à ses oreilles ne le laissa pas de marbre. Cette idée du polynectar était idiote. Jamais il ne pourrait laisser quelqu'un l'approcher de trop près, jamais il ne pourrait regarder quelqu'un déchirer un à un toutes les couches qu'on lui a forcé à installer tout autour de son être. Il se protégeait. Il se protégeait de tout ce qu'il pouvait être mauvais et le rendre faible. Les sentiments, les gens, tout était propice pour faire basculer cette perfection qu'il se forçait à garder depuis maintenant des années. « Malheureusement pour toi, le polynectar ne te donne que mon apparence, pas ce qu'il se passe dans ma tête. Ne soit pas trop déçue. Et puis je n'ai rien à cacher dans mes placards à part des sous-vêtements. » Il rencontra le regard de la demoiselle. « Et puis je n'ai rien à caché tout court. Je suis comme je suis, je ne vois pas pourquoi je devrais montrer quelqu'un d'autre aux gens. »

Si le contact humain n'était pas le fort de Yen, il devait bien s'avouer que cette proximité avec Rebecca ne le dérangeait pas tant que ça, autant contraire ça l'amusait beaucoup. Surtout lorsqu'elle répondait avec sa bonne répartie. Décidément cette fille était intéressante. « Allez princesse, n'essaye pas de me faire croire que tu sois un ange. » Du moins, à côté de Yen, elle l'était.



Tell me would you kill to save a life, tell me would you kill to prove you're right. Crash, burn, let it all burn, this hurricane's chasing us all underground. No matter how many deaths that I die I will never forget. No matter how many lives that I live, I will never regret. There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames. Where is your God ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




- the deathly hallows -
Accio profil




Revenir en haut Aller en bas
 
Store this emptiness aside
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: parc :: pont couvert-
Sauter vers: