Partagez | 
 

 If the wolves come out of the walls, it's all over ft trinity

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Mer 20 Jan - 16:09



yan lu ka x jung trinity
« If the wolves come out of the walls, it's all over. »



“scars are but evidence of life, evidence of choices to be learned from...evidence of wounds...wounds inflicted of mistakes...wounds we choose to allow the healing of. We likewise choose to see them, that we may not make the same mistakes again.”  

Le mensonge est l'énoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce dernier cas on parle plus particulièrement de mensonge par omission). Il ne faut pas le confondre avec la contrevérité, qui désigne simplement une affirmation inexacte, sans préjuger du fait que son auteur le sache ou non. Le mensonge est une forme de manipulation qui vise à faire croire ou faire faire à l'autre ce qu'il n'aurait pas cru ou fait, s'il avait su la vérité. En général, le mensonge s'oppose à la véracité (le fait de dire le vrai), à la sincérité ou à la franchise. Plus précisément, mentir consiste à dire le contraire de sa pensée dans l'intention de tromper. L'intention de tromper permet de distinguer le mensonge d'autres usages faux de la parole, faits dans le but de divertir ou par pur procédé rhétorique (comme dans le cas de la litote). À ce titre, il est considéré comme un vice ou un péché par la tradition morale philosophique et religieuse. il n'en avait pas toujours réellement conscience, il s'agissait bien plus qu'un simple mensonge envers lui même. il cherchait simplement à manipuler sa propre personne, pour son bien et celui des autres. durant combien d'années avait-il tenté de se convaincre qu'il était un loup comme ceux de sa meute ? combien de temps s'était écoulé sans qu'il n'ose admettre que sa dépendance au sang était sauf normal pour un loup. oh oui, il l'avait refoulé, pendants des années, persuadé que si il continuait à le croire cela deviendrait réel. que sa meute finirait par le considérer comme l'un des leurs, qu'il ne provoquerait ni la haine ni la peur mais belle et bien l'admiration. puis il y eût meihua. et tout ses élèves passionnés par l'univers "fantastiques" auquel il appartenait, des élèves, des enseignants qui ne le percevait guère tel le monstre, bien au contraire. il avait pris la grosse tête, et ça il ne le déniera jamais, il en a conscience. ses premières années au sein de l'établissement lui parurent tel une renaissance. il pouvait enfin crier à qui bon voulait l'entendre qu'il était un hybride. fort, rapide et immortel. il avait enfin la chance de s'assumer, l'opportunité de ne plus se mentir, de ne plus se faire passer pour ce qu'il n'était guère. et pourtant au fond il avait continué à agir tel un loup, refusant de s'entraîner, d'utiliser ces capacités qui faisaient de lui un hybride. jusqu'à wuyue, mai 2015. lorsque sa soif avait pris le dessus, lorsque le vampire avait pris la place du loup, prêt à planter ses crocs dans la nuque d'une jeune étudiante et ce, parce qu’il n'était guère capable de résister à l'odeur du sang humain, ce sang qu'il s’interdisait de consommer.

et ce soir, comme depuis sept mois, c'est dans les cachots qu'il passait sa soirée. le souffle court, son regard posé sur sa main droite, une grimace se dessinant sur son visage tandis qu'il essayait pour la énième fois d'effectuer une transformation partielle. l'une des capacités des hybrides. des transformations volontaires, comme bon lui semblait et non douloureuse. enfin fallait-il déjà qu'il sache maîtriser les capacités qui lui avaient été offertes. des années de retard, des années pendant lesquelles il aurait pu apprendre, apprendre à se transformer partiellement, apprendre à gérer ses transformations et plus encore apprendre à gérer sa soif. il soupire, gronde avant de relâcher ses bras, ceux-ci se positionnant le long de son torse nu. il n'y arrive toujours pas, après sept mois il n'est toujours pas capable de se transformer partiellement. un grondement et voici qu'il vient écraser son point contre le mur du cachot, les traits de son visage se déformant, ses yeux devenant de plus en plus noir tandis que son corps pris d'horribles spasmes se transforme, ses vêtements à présent déchiré jonchant au sol.la transformation intégrale, celle qu'il arrivait plus ou moins à gérer même si celle-ci n'en restait pas moins extrêmement désagréable et éreintante. il se sentait pourtant soudainement plus calme, c'était d'ailleurs l'effet que lui procurait généralement sa forme animale. un grand loup d'un fourrure principalement blanche légèrement teintée de beige. il aurait aimé pouvoir garder cette forme pour le restant de ses jours, vivre en solitaire, ne plus se soucier de ces problèmes futiles qu'ont les humains. son esprit est beaucoup plus libre ainsi, il n'a plus besoin de réfléchir. seul ses instincts le dictent. il s'étire légèrement prêt à s'allonger dans un coin, il aimerait voir combien de temps il peut garder sa forme avant que son côté humain ne reprenne le dessus, avant qu'il ne recommence à réfléchir bien plus qu'il ne le faut.

puis, un craquement se fit entendre, discret, presqu'inaudible du moins il l'aurait probablement été pour un être humain. se redressant sur ses pattes, le loup s'avançait lentement vers la pénombre, les babines retroussées, les oreilles en arrière, les yeux menaçants et les poils hérissés. il pouvait le sentir, l'entendre se mouvoir à quelques mètres de lui et à ce moment précis, seul la bête était présente, ayant effacé toute trace de l'humain, de l'être pensant. une erreur, une ombre qui se dessine dans la pénombre, et voici qu'il attaque, se jetant sur l'intrus qui a osé pénétrer sur son territoire, dans son cachot. et c'est ce qui arrive, à chaque fois qu'il pense pouvoir se contrôler, il échoue. lamentablement. la bête prenant inlassablement le dessus. lui rappelant le monstre qu'il est et ne cessera d'être. un grognement puis ses crocs qui se referme sur sa proie. “If you live among wolves you have to act like a wolf.”



eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jung Trinity

wizard
and your kinky animagus modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 25 Jan - 20:17





 Luka & Trinity
« it is a lovely thing, the animal instinct »

Il fait sombre. L'air est frais, humide, les arbres s'alignent, s'entrecroisent et se confondent dans l'obscurité à peine transpercée par la lumière de la lune. Ce n'est pas un problème, elle a été entrainée pour ça. Son ouïe, sa vue, son odorat, les trois, bien que moins efficaces, ont été habitués à de telles situations pour pouvoir y faire face même désavantagés. Elle peut voir, sentir et entendre assez bien pour repérer les mouvements dans les buissons, les grognements tout autour et les cadavres qui jonchent le sol. Tous morts. Tous tués. De sa main, de celle de son clan ou des crocs des hybrides qu'ils pourchassent, impossible à déterminer quand il fait si noir, mais il y a de fortes chances que les responsabilités soient partagées en parts égales. Elle prend une grande inspiration le plus silencieusement possible, ignorant l'odeur légèrement piquante et désagréable qui commence déjà à provenir des corps sans vie. Cachée derrière un arbre, accroupit, elle attend le bon moment pour donner le signal. L'instant précis où les créatures tapies dans l'obscurité et les feuillages craqueront et lanceront leur troisième attaque de la nuit. Il suffisait d'attendre un peu, juste encore un peu... Une sorte de glapissement majoritairement tiré du loup retentit et Trinity sourit à peine, avant de regarder à sa droite et à sa gauche en faisant quelques signes de main à l'attention des combattants. Trop facile. Les hybrides ne sont pas vraiment réputés pour leur patience et leur sang-froid. Les bruits de pas se font plus rapides, moins ordonnés, et au moment où quelques uns d'entre eux les dépassent, son clan attaque. La jeune fille pousse un hurlement en s'élançant vers le dos de l'hybride le plus proche d'elle, dague et baguette levées respectivement dans sa main gauche et droite. Prenant appui sur une épaisse racine, elle bondit, la lame sur le point de transpercer la nuque de son ennemi...

Dans la chambre trois du dortoir féminin des Juhua de l'école Meihua, une élève se réveilla en sursaut d'une inspiration brutale et bruyante, prenant directement place assise dans son lit, en sueur et les yeux grands ouverts parcourant frénétiquement la pièce dans un désir panique de reconnaitre les lieux. Désorientée, il fallut quelques secondes à Trinity pour reprendre ses esprits et sa respiration, passant une main sur son visage et laissant échapper un long soupire éreinté. Encore un cauchemar. Toujours relatant les mêmes moments de sa vie, les mêmes instants qu'une partie d'elle-même aimerait pouvoir oublier tandis que l'autre les savait importants et nécessaires. La raison lui disait aussi qu'elle ne pouvait de toute façon rien changer au passé, quand bien même elle le désirerait ardemment. Après quelques moments égarée et perdue dans ses pensées, elle se leva, les jambes un peu faibles, se dirigea vers la salle de bain commune de sa chambre et referma derrière elle. Elle pris une longue douche froide, quasiment glaciale, frissonnant jusqu'aux os et plus encore quand elle sortit et s'enroula autour d'une serviette propre. Elle jeta un coup d’œil à son reflet, lui renvoyant les yeux accusateurs qu'elle savait imprimés dans son regard depuis qu'elle s'était réveillée après le rêve d'un souvenir qui n'aurait pas dû être le reflet lui-même de tant d'autres semblables. Elle resta quelques secondes sans bouger, puis retourna près de son lit, se séchant silencieusement pendant qu'elle observait sa table de chevet, sur laquelle reposaient quelques livres, des babioles et sa baguette magique. Après quelques instants de réflexions, elle la laissa à sa place, déposa la serviette humide sur ses draps défaits et sortit de la chambre telle quelle, nue et les cheveux encore mouillés. Une fois assurée que personne ne se trouvait dans leur salle commune – il était bien assez tard, elle n'avait même pas vérifié l'heure mais on était très probablement au beau milieu de la nuit, elle ne perdit pas une seule autre seconde de plus et se changea, laissant l'animal prendre forme et effacer l'humain.

Il était bien plus facile pour elle de faire face à ses maux ainsi, le corps et l'esprit cédés à ceux du renard, plus rusé, plus rapide, éprouvant moins d'états-d'âme. Oh, bien sûr, elle restait là, elle restait Trinity, mais en moins présente, plus à l'écart, plus en retrait. Elle pouvait ainsi oublier la douleur lancinante au niveau de sa poitrine, la brulure dans ses yeux à chaque fois qu'elle se réveillait d'un souvenir, le tourbillon incessant dans sa tête lui donnant les pires maux de crâne qu'elle eut jamais connu. La peine, la rage, l'impatience. La culpabilité. C'était tellement plus simple de les mettre de coté sans les affronter un peu plus que ce qu'elle devait supporter chaque jour, quand aux moments les plus sombres de la nuit, où elle était la plus vulnérable, la plus atteignable, la moins protégée des attaques continues du regret, de son sentiment de responsabilité lui disant qu'il fallait qu'elle agisse, ces moments de perte totale de contrôle, elle n'arrivait plus à contenir. C'était tellement plus simple de fuir. Elle ne savait même pas si elle pourrait supporter de devoir y faire face, si elle y parviendrait sans finir par aller se jeter du toit le plus haut de l'école. C'était mieux ainsi, ses pattes traversant les couloirs aussi silencieusement qu'un fantôme, discrète et rapide. Elle ne réfléchissait pas tellement à l'endroit où ses pas la menaient, et elle n'en avait que faire pour être très honnête. L'important était de continuer à bouger, à évacuer. Elle finit par réaliser qu'elle descendait l'escalier familier menant aux cachots quand elle sortit de sa transe assez longtemps pour regarder autour d'elle avec plus d'attention. Pas vraiment contre l'idée d'aller chasser quelques souris qui traineraient par là et peut-être sortir par un des conduits qu'elle connaissait qui allaient vers l'extérieur de l'enceinte, elle poursuivra son chemin, arrivant très bientôt au premier niveau. Elle était sur le point de rester ici quand un bruit, semblable à un grognement un peu sourd, retentit des étages inférieurs. Elle décida de continuer plus bas, intriguée, sur ses gardes même si la curiosité prenait le dessus.

A chaque étage passé elle tendait l'oreille aux sons qui devenaient de moins en moins étouffés, jusqu'à ce qu'elle arrive au bon endroit. Elle le savait, parce qu'elle pouvait maintenant entendre distinctement les râles et les souffles qui devaient probablement venir d'un loup ou d'un hybride. La prudence qui sonnait à l'arrière de son cerveau sous forme de clochettes d'alarme lui disait qu'elle devrait sans doute remonter, que c'était dangereux. Elle n'avait ni arme ni baguette, simplement ses griffes et ses crocs qui ne feraient pas le poids face à une quelconque créature. La seule chose sur laquelle elle pouvait compter, c'était sa vitesse et son agilité, qu'elle savait meilleure. Au cas où ça dégénèrerait, elle pourrait toujours s'échapper, elle connaissait les lieux par cœur. Apparemment, cette dernière pensée eut raison de sa raison elle-même, et elle pénétra dans la pièce lentement, tous sens aux aguets. Elle eut à peine le temps d'apercevoir une forme recroquevillée dans un coin que celle-ci s'élança brusquement vers elle, la gueule grande ouverte. D'instinct, elle changea de position de sorte à tendre la partie de son corps la moins risquée à l'attaque de la créature, sachant pertinemment qu'elle n'aurait pas le temps d'esquiver. Une douleur intense au niveau du bras lui arracha un gémissement, suivit par des pleurs animal alors qu'elle recula contre la paroi de pierre, trébuchant légèrement sur le sang qui s'écoulait de sa plaie. L'hybride avait l'air de revenir à lui, reculant à son tour, l'air effrayé, mais certainement pas par elle. Peut-être avait-il deviné qu'elle n'était pas un animal à part entière ? Quoiqu'il en soit, elle choisit de reprendre forme humaine quelques instants plus tard, après s'être assurée que son assaillant n'eut pas l'air de vouloir retenter le coup, et ramena son bras contre son corps, sa main encerclant fermement l'endroit où les dents acérées de la bête l'avaient mordue. Les sourcils froncés alors qu'elle s'efforçait d'ignorer la douleur, le regard mauvais, elle finit par lever les yeux une nouvelle fois pour dévisager intensément le seul autre être vivant de la pièce qui venait tout juste de déclarer la guerre entre eux. Come out, come out, whoever your are.



 


believe me, I owe it to him
I wouldn't compliment myself for what I've become, praise myself for every good thing I've done, tell him I owe it to him, every heartbeat, exhale, tell him I owe it to him. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 8 Fév - 18:27



yan lu ka x jung trinity
« If the wolves come out of the walls, it's all over. »



L'air est frais, humide. Il marche délicatement, les fines branches craquant sous ses pieds. un sourire dessiné sur ses lèvres, il se veut rassurant, apaisant et calme. Il ne veut pas l'effrayer, il veut tout simplement lui venir en aide, l'aider à retrouver son chemin et peut-être même le conduire à l'hôpital. Pour une fois, il veut se prouver à lui même, qu'ils ont tous tort, qu'il n'est pas dangereux, qu'il n'est pas un monstre et qu'il peut bien faire, tout comme les siens. le jeune homme blessé semble souffrir d'une fracture ouverte du tibia, probablement provoqué par sa chute dans la crevasse. il ne montre aucun signe de méfiance, rassuré de ne pas être seul dans les bois, riant même de sa stupidité à effectuer une randonnée seule. il a confiance en luka, quand bien même il s'agisse d'un inconnu. c'est ce que le jeune hybride avait toujours espéré, qu'on lui fasse confiance, qu'on ne le craigne guère. il s'approche, lentement, tout en s'adressant au jeune randonneur. la fracture n'est pas joli à voir et luka en viendrait presqu'à admirer cet humain, qui, par tout les moyens, tente de cacher sa souffrance. le sang est abondant. pourtant il se fait violence, tentant tant bien que de mal de parler à la jeune victime, s'emparant d'un morceau de tissus pour effectuer un garrot autour de sa plaie. il aurait pu lui donner son sang à boire, pour accélérer la guérison. mais il n'en avait guère le droit, pour le bien de sa meute. dévoiler son secret aux humains reviendrait à mettre en danger les siens, à se voir exclus à jamais de la meute. se risque il n'était pas prêt à le prendre, pas pour une simple randonneur. il resserre le garrot, aidant par la suite le jeune homme à se relever et à prendre appui sur lui. il ne se souvient plus à quel moment il a échoué. à quel moment le sang sur ses mains lui a semblé appétissant, à quel moment les battements de son coeur lui ont semblé assourdissant, à quel moment l'odeur du sang chaud coulant dans ses veines a pris le dessus sur sa conscience, sur sa moralité, sur ses convictions. il se souvient juste du goût délectable qu'avait son sang, du bien être que cela lui avait procuré alors qu'avidement il enfonçait ses crocs dans les veines de son cou. il se souvient des cris apeurés qu'il n'avait guère eût le temps de laisser s'échapper, de son regard horrifié, de son corps secoué par des convulsions  fébriles, puis plus rien, le noir complet. son esprit avait rejeté ce souvenir, comme si il n'avait s'agit que d'un vilain cauchemar, comme si le jeune randonneur avait réussis à repartir tranquillement sans aucune blessure. pourtant au fond de lui, il savait pertinemment ce qu'il avait fait ce jour là.

il s'éloigne rapidement, le regard apeuré. il ne comprend pas, il ne veut tout simplement pas comprendre. sans même s'en rendre compte, il a repris sa forme humaine, ses mains tremblotantes, son regard posé sur le jeune regard à présent devenu une jeune femme. il passe le revers de sa main sur ses lèvres, observant tétanisé le sang qui y apparaît. il peut le sentir, fruité et légèrement épicé. il passe un coup de langue sur sa lèvre inférieure, ses yeux jaunes pétillant légèrement. il a pris le dessus sur le loup, mais le vampire lui, semble encore bien trop présent. je- je suis désolé ! c'est c'est dur ! j'ai du mal à résister, putain mais ! il se tape la tête contre le mur sur lequel il était préalablement adossé, il doit extraire les pensées meurtrières de sa tête, il doit faire abstraction de l'odeur de sang, pour elle, pour lui , pour meihua. il ne peut pas tout gâcher aussi facilement, pas après tout ce que l'école lui a apporté. pas maintenant qu'il est si proche de réussir. je ne l'ai pas fait exprès, j'ai juste été surpris ... il n'a pas seulement été surpris, il a perdu le contrôle de lui même, il en avait conscience et c'est ce qui l'effrayait le plus. l'idée que cela puisse se réitérer, qu'il puisse blesser autrui de nouveau. dos à la jeune femme, le regard posé sur le mur, il tente de se concentrer, de garder son calme. l'odeur du sang semble s'évaporer, mais il sait que ce n'est qu'une illusion, que le sang est toujours là et que la jeune femme est tout autant blessé qu'elle ne l'était déjà quelques minutes auparavant. la blessure, elle est profonde ? je, je vais t'emmener à l'infirmerie, donnes moi juste cinq minutes puis on trouvera des vêtements et je t'y accompagnerais. ses actes, ses responsabilités. il ne comptait guère s'enfuir, il ferait face aux conséquences de ses actes pour le bien être de l'école, tout comme pour son bien être. un main dans sa chevelure, il expire une énième fois. la situation aurait pu être embarrassante de par leur nudité, si, et seulement si, il n'avait guère était sur le point de la tuer.



eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jung Trinity

wizard
and your kinky animagus modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Ven 12 Fév - 18:52





 Luka & Trinity
« it is a lovely thing, the animal instinct »

Honnêtement, la douleur n'était pas si terrible. Elle avait connu largement pire, des morsures bien plus graves que celle-ci et des situations bien plus embêtantes voir critiques. La seule chose qui l'inquiétait était que Luka était un hybride, et que quand bien même elle avait déjà été mordue par des créatures de son espèce, c'était aussi pour cette même raison qu'elle savait qu'il n'y avait qu'un seul moyen de la guérir si elle ne voulait pas mourir. La plaie commençait déjà à la bruler, le venin remontant lentement dans ses veines. Elle jeta un autre coup d’œil au mudan, l'écoutant sans rien dire alors qu'il était apparemment en proie à une certaine panique et autre chose, que Trinity n'eut aucun mal à reconnaitre : sa soif de sang qu'il tentait tant bien que mal de contrôler. Elle devait réagir, intervenir. Quelle situation ironique alors que c'était elle qui venait tout juste de se faire mordre comme un pauvre morceau de viande, elle aurait pu en rire jaune si le moment n'était pas très mal choisit et surtout urgent. « La blessure, elle est profonde ? Je, je vais t'emmener à l'infirmerie, donnes-moi juste cinq minutes puis on trouvera des vêtements et je t'y accompagnerais. ». Il lui tournait le dos, visiblement toujours en pleine lutte intérieure pour ne pas craquer et avoir un nouveau geste qui pourrait cette fois être bien plus regrettable, pour l'un comme pour l'autre. Autant dire que dans une situation semblable, il ne rechignerait probablement pas à avoir recours à ce moyen, ce toute façon s'il voulait la sauver et sauver sa place à Meihua ainsi que sa vie par la même occasion, il n'aurait pas tellement le choix.

Elle resta silencieuse encore un moment puis se releva, prenant appui sur son bras valide dont la main était ensanglantée, ayant servit de garrot pour la plaie. Elle grimaça, la brulure dans son corps devenant de seconde en seconde plus intense, la faisant échapper un léger couinement de douleur qui fit se mordre l'intérieur de la joue, aucunement ravie de montrer un quelconque signe de faiblesse devant son adversaire. Luka n'était certainement plus une menace, mais bon, on ne change pas sa nature ni les bonnes vieilles habitudes d'un claquement de doigt, et ça valait aussi pour lui. Une fois debout, l'hybride lui tournant toujours le dos, elle s'avança vers lui à pas lents et mesurés. « Luka. ». Pas de réaction. « Luka, eh, tu m'entends ? ». Toujours aucune réaction. La juhua continua de s'avancer jusqu'à être juste derrière lui, puis posa une main prudente sur son épaule. Il sembla tressauter légèrement mais il n'avait pas l'air d'être sur le point d'avoir un quelconque nouveau réflexe de défense. « Écoute. Il faut que tu te concentres sur quelque chose d'autre, quelque chose d'aussi agréable pour toi que l'odeur du sang l'est pour ton vampire. Il ne prendra pas le dessus s'il est concurrencé, c'est le seul moyen de le faire taire au moins assez pour réussir à te contrôler un minimum. ». Il allait peut-être se demander comment elle savait tout ça, mais tant pis, l'important là tout de suite c'était qu'il se calme assez pour avoir les idées claires et comprendre qu'il avait quelque chose de très important à faire pour elle s'il ne voulait pas avoir sa mort sur la conscience. Elle tilta la tête, une petit moue sur le visage alors qu'elle réfléchissait. « Je sais pas moi. Penses au sexe. » Bah quoi. C'était de notoriété publique qu'il avait un penchant pour le plaisir charnel assez présent, il n'y avait que sa cruchasse de copine pour croire encore qu'il était fidèle, quelle plaisanterie. La situation aurait pu être encore plus comique qu'ils étaient tous les deux à poils, mais pour le coup la blonde n'avait absolument aucune envie d'en rire, quand bien même elle avait dit ça sur un ton à moitié humoristique dans une tentative un peu timide de détendre l'ambiance. C'était très important que Luka puisse se relaxer, il fallait que la tension redescende. Elle poussa un soupir, lachant son épaule. « Ou alors penses au quidditch, ou à tes amis, nos amis, Yufeng, Nali... Reb'... » Okay, peut-être que penser à Reb' maintenant n'était pas la meilleure idée. M'enfin, c'était quand même son amie à elle, peut-être qu'en y pensant il saurait qu'elle allait le mettre en pièce s'il laissait mourir Trinity.

A cette pensée, la jeune fille eut soudainement plus conscience que le venin commençait à devenir plus dangereux, et une vague de douleur la submergea, forçant un autre gémissement de sa bouche, plus bruyant malgré sa mâchoire qu'elle tenait serrée. « Ah, putain... J'avais presque oublié à quel point le truc dans vos dents était vicieux et douloureux... C'est un truc que j'aurais préféré ne plus avoir à affronter, j'vais pas te mentir. ». Le moment n'était peut-être pas à l'ironie, mais bon, to be or not to be Jung Trinity, on va dire. Ayant du mal à se tenir debout plus longtemps, elle recula de nouveau pour aller s'adosser au mur et se laisser glisser contre lui jusqu'à ce qu'elle touche le sol. « Écoute, il faut... Tu sais très bien que si-si on va à l'infirmerie, ça va très mal se passer pour toi. » . Il semblait vouloir répliquer quelque chose, maintenant face à elle, mais elle ne lui en laissa pas le temps. « Et puis l'infirmière ne pourra rien faire de plus que ce qu'il va falloir sur tu fasses de toi-même malgré tout. Luka... Tu sais très bien qu'il n'y a qu'un seul remède à ce que tu viens de me faire. Sinon je vais... je vais mourir. ». Elle se sentait déjà plus faible qu'il y a quelques minutes en arrière. Les yeux un peu hagards mais toujours présente, elle eut un sourire. « Aller, on peut même rendre ce moment sexy... ». Sucer son sang pour survivre, sexy ? Mouais, pourquoi pas. Avec des fantasmes carrément décalés quoi. Elle le regarda de haut en bas, son sourire s'élargissant. « Quelle situation désastreuse pour te voir sans tous tes vêtements, t'es plutôt difficile en fait, qui l'eut cru ? T'es pas mal, au moins je mourrais avec une vue enviable. ». Amusée de sa propre bêtise, elle rit avant de faire une nouvelle grimace, serrant les poings. « Enfin... Je peux pas te forcer. Et compte pas sur moi pour te supplier. ». Quelle horreur, ça non.





believe me, I owe it to him
I wouldn't compliment myself for what I've become, praise myself for every good thing I've done, tell him I owe it to him, every heartbeat, exhale, tell him I owe it to him. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Lun 7 Mar - 9:32



yan lu ka x jung trinity
« If the wolves come out of the walls, it's all over. »

“It was like when you make a move in chess and just as you take your finger off the piece, you see the mistake you've made, and there's this panic because you don't know yet the scale of disaster you've left yourself open to.”

les lèvres entrouvertes laissant apparaître ses crocs, il expirait bruyamment, les yeux clos, les bras le long de son corps, les poings fermés. c'était une lutte constante, une lutte sans fin, contre cette partie de lui, pour ne pas dire contre lui-même. il avait habituellement tendance à minimiser les choses, à sous estimer sa dangerosité, persuadé que le loup surpasserait un jour le vampire. la triste réalité c'était que le loup n'était en rien meilleur que le vampire. tout aussi incontrôlable, finissant presque inlassablement par réveiller le vampire. il aurait du pressentir la venue de la jeune femme, un loup expérimenté aurait su sentir l'odeur qu'elle dégageait bien avant qu'elle ne pénétre dans les cachots, aurait sans aucun doute entendu le bruit de ses pas frôlant le sol bien avant que sa silhouette ne perce l'obscurité des lieux, percevoir le bruit de sa respiration lorsqu'elle pénétrait dans les sous bassements. rien. il n'avait rien perçu, pas le moindre bruit, le moindre mouvement , la moindre odeur. son inexpérience était tout aussi déroutante que son incapacité à se contrôler. et cela n'aidait en rien à le calmer, bien au contraire. il s'en voulait. de part de son immaturité, de part sa tendance à survoler les signes, ceux qui aurait pu éviter de tels incidents et de part sa peur, celle qu'il éprouvait envers lui même et ce qu'il était capable de faire à autrui, à ceux qu'il aimait. une jeune renarde, tel qu'il lui avait été donné l'occasion de rencontrer par le passé, à l'époque où il ne voyait halek qu'une à deux fois par an, attendant impatiemment le moment où il finirait par retrouver la seule et unique personne qui l'estimait à sa juste valeur. halek et sa petite renarde. il avait honte, honte d'avoir attaquer une créature aussi innofensive, du moins comparé à lui. honte d'avoir perçu un quelconque danger dans ce qui ne saurait guère faire le poids contre lui. et voici qu'à présent il mourrait d'envie de se nourrir du sang de la jeune animagus, comme si chacune des créatures qui l'habitaient, nécessitaient ce recours constant à la violence.

la soif semblait s'appaiser au fil et à mesure que les minutes passaient, mais la brûlure dans sa gorge, dans ses veines et ses gencives douloureuses qui avaient laissées ses crocs apparaitre contredisaient cette sensation. il avait appris à distinguer les signes, appris à distinguer chaque réaction qu'avait son corps face à sa soif de sang. c'était l'un des exercices vu en cours de self-control. l'un des cours dans lequel il échouait le plus mais qui avait tant du l'aider à en apprendre plus sur lui même et ce qu'il était réellement. un hybride. les paroles de la jeune femme l'atteignent sans pour autant qu'il ne réagisse. il aurait aimé lui répondre, rire et lui montré que l'incident était passé, mais ce n'était encore guère le cas. aucune précipitation. il avait besoin de prendre le temps nécessaire à son corps et surtout à son esprit de surpasser les pulsions pour enfin se soumettre à sa raison. penser à ses amis n'auraient fait qu'envenimer les choses, le faire paniquer encore plus, lui rappeller qu'il ne lui suffirait que d'un claquement de doigt pour les égorger vivant. alors il essayait de faire le vide, se concentrant sur une seule et unique image. celle de sa mère. une image vague, une image floue, dénuée de détails. mais une image d'elle. un sourire doux posé sur lui, des yeux rieurs et un petit nez aquilin. il l'entendait lui répétait de ne pas se fier au regard d'autrui, que seul lui était autorisé à définir sa propre personne. qu'il n'y avait guère de monstre, juste une particularité à dompter, transformer les difficultés en atouts, surmonter la peine pour avancer, avancer vers ce que l'on désirait soi-même et non ce qu'autrui désirait.

il entend les battements de coeur de la jeune animagus, ils sont bien plus fort que ne le sont ses paroles. pourtant c'est sur ses paroles qu'il décide de se concentrer, sur ses mots, sur la tonalité de sa voix. il a du mal à en comprendre le sens, du moins au début. puis petit à petit les mots deviennent bien plus clair bien plus audible. jusqu'à ce qu'il l'entende, cette phrase. je vais mourrir. il dégluttit douloureusement, ses crocs se refermant sur sa lèvre inférieure tandis qu'il se retourne avec précaution vers la jeune femme, son regard noir se posant sur celle-ci. parce que cela n'est jamais arrivé auparavant, parce qu'il n'a jamais eu à sauvé une personne qu'il avait attaqué, parce que la seule personne qu'il eût attaqué par le passé est morte sous ses crocs. c'est pour ses raisons qu'il en a oublié le venin, le poison qui coulait en lui. parce qu'il avait tendance à se considérer comme un simple loup, un loup dont la morsure n'aurait guère était mortel. portant son poignet à ses lèvres, il y plante violemment ses crocs arrachant une partie de sa chair sans réellement s'en rendre compte. il n'est pas encore assez calme pour faire les choses proprement, et bien trop paniqué pour mesurer sa propre force. bois ! sa voix résonne dans le cachot tel un ordre imposé à la jeune femme. pourtant il est juste appeuré, appeuré à l'idée qu'il soit trop tard ou que cela ne marche guère. son sang, il l'avait déjà utilisé pour soigner d'autre sorcier mais pas pour soigner l'une de ses victimes. ça n'a rien d'appétissant j'en conjure mais une fois que tu en auras bu ça ira mieux, enfin j'espère, je sais pas. son bras tendu, il plisse les yeux, son regard s'égarant quelques secondes sur la poitrine nue de la jeune femme. ses yeux s'entrouvrant un peu plus, il sent ses pommettes rougirent signe qu'il reprenait petit à petit ses esprits quand bien même la jeune femme devait encore consommé son sang. je suis vraiment désolé. je ne me contrôle pas, le comble pour le chef d'une meute d'hybrides et de loups, tu ne trouves pas ? il soupire délicatement, ses crocs se rétractant douloureusement pour finir enfin par disparaitre. tu sais que c'est pas réellement une bonne idée de faire du rentre dedans à un hybride hors de lui, en temps normal je serais peut-être entré dans ton petit jeu mais parler d'un moment sexy dans ce genre de situation c'est risqué, t'es un peu tarée dans ta tête non ? il lui adresse un faible sourire, légèrement soulagé par sa soif qui avait presque disparus mais toujours sur ses gardes, bel et bien conscient qu'il ne lui faudrait qu'une fraction de seconde pour lui sauter à la gorge. merci pour tout ! j'en connais plus d'un qui m'aurait assomé à coup de sortilèges. et pour la vue enviable, well je crois que des deux, je suis le plus chanceux il s'essayait à la rigolade, pour se relaxer un peu plus, se convaincre qu'il n'y avait plus aucun risque, qu'il était à présent pleinement maitre de lui-même. mais aussi pour la rassurer, qu'elle ne craigne guère de poser ses lèvres sur son poignet et de se nourir de son sang. bien qu'il se l'était d'hors et déjà promis. il l'emmènerait à l'infirmerie, quitte à ce que cela tourne mal pour lui.




eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jung Trinity

wizard
and your kinky animagus modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Ven 18 Mar - 19:11





 Luka & Trinity
« it is a lovely thing, the animal instinct »


« I need time to replace what I took away. »

Ce n'était pas la panique qu'elle sentait émaner de l'hybride, une peur froide, indomptable. Ce n'était pas ses yeux qui ne luisaient plus mais qui ne reflétaient qu'un noir sans fond, perdu, hagards. Ce n'était ni l'endroit, ni leur nudité, ce n'était pas non plus le sang, abondant, autour d'eux, sur eux, partout. Le sang... Une vue tristement familière, malheureusement habituelle et qui n'avait plus autant d'impact qu'il ne devrait normalement. Ce ne fut pas tout ceci qui figea le maigre sourire de la juhua, comme soudainement glacée, le corps gelé par un souvenir qui remonta doucement, non pas tel un flash mais éteint, flou et à peine vivant, voilant son regard et détournant son attention. Ce fut les crocs blancs, brillants à la lueur des flammes qui dansaient sur des torches le long des murs ; ces crocs acérés perçant la peau du poignet, arrachant sans difficulté la chaire et libérant le sang, encore plus de sang, qui coula le long du bras en fines trainées jusqu'à perler au sol, silencieux. L'arrière d'une voiture, le fond d'une impasse durant une nuit sans étoiles. Ses lèvres s'entrouvrirent sans qu'elle n'aie aucune réaction à part celle-ci, paralysée par le souvenir d'un moment appartenant à une autre vie, comme les stigmates d'un passé qu'elle s'efforçait non pas d'oublier, mais de faire taire, le mettre dans un recoin lointain de son cerveau dans le seul but de continuer à vivre, à avancer. Ses yeux, immobiles sur la plaie auto-infligée du mudan, ne tressaillaient plus, signe évident d'une concentration sur l'instant présent perdue. « Bois ! », mais dans l'esprit embrouillé de la jeune femme une autre voix retentit en écho par dessus. Un corps gisant sans vie à coté d'elle, le bras inanimé maintenu en l'air près de sa bouche par une autre personne, à genoux à ses cotés. « Si tu ne bois pas tu vas mourir. », douloureusement familière mais lointaine, brisée, comme le son d'une cassette qu'on aurait écouté trop souvent. Celle de Luka lui parvenait toujours mais elle ne réagit pas, égarée dans un souvenir qui n'était pas revenu depuis de longues années. Une main insistante sur sa joue, le bras se rapprochant un peu plus de ses lèvres. Les yeux inquiets de la personne accroupis à coté d'elle sont en tous points identiques aux siens. « Ne fais pas l'enfant, je t'en prie, bois ! », combien de temps cela faisait maintenant qu'elle ne pouvait plus écouter, entendre le son de cette voix...

Puis il partit, aussi lentement et difficilement qu'il était venu, la brume d'images et de bruits divers disparaissant jusqu'à laisser place aux murs de pierres des cachots de l'école, à la chaleur à peine perceptible des torches et le visage à présent plus ouvert et souriant de Luka, réel, tangible. Il tendait toujours son bras vers elle, attendant qu'elle réponde à l'invitation, et semblait amusé par ce qu'il venait juste de dire et qu'elle avait entendu, Trinity savait qu'elle l'avait entendu, il suffisait juste... Elle n'eut pas besoin de se concentrer beaucoup pour revenir légèrement en arrière et entendre à nouveau les paroles de l'hybride, qu'elle avait plus ou moins involontairement occulté juste avant. Lorsqu'elle leva les yeux et planta son regard dans le sien, elle savait aussi que l'expression de son visage devait être différente, et que la lueur habituellement neutre ou sarcastique au fond de ses pupilles avait laissé place à une certaine peine, un vieux chagrin d'enfance qu'elle ne pourrait jamais totalement oublier et dont le deuil, bien que supposément passé, subsisterait pour toujours, endormit au fond d'elle mais bien présent. Cela ne dura qu'un court moment, le temps pour elle de cligner des paupières et de prendre la main devant elle dans une étreinte étonnamment délicate, lui tirant le bras et entrainant Luka plus près par la même occasion, la bouche se rapprochant peu à peu de la lésion. La juhua continuait de le fixer, l'air toujours un peu ailleurs, encore remuée par les réminiscences de ce souvenir, mais lorsqu'elle ouvrit et apposa ses lèvres contre sa peau elle détourna le regard sur le coté avant de fermer les yeux, une teinte très légèrement rosée sur les pommettes. Ce n'était pas tant qu'elle était embarrassée ou timide, mais pour le coup le moment était étrangement gênant d'intimité, et elle n'avait pour ainsi dire jamais été dans une telle situation avec Luka, qu'elle avait toujours vu comme un homme volage et un brin stupide, bien que courageux. Pendant qu'elle lapait la plaie et suçait le liquide carmin, s'efforçant d'ignorer les bruits mouillés et ceux plus écœurants de déglutition, elle se souvint à présent d'un jeune garçon aux joues rondes et aux lèvres déjà pleines, bien dessinées, souriant mais de qui émanait une tristesse si profonde qu'elle ne pouvait que comprendre pourquoi Halek à ses cotés avançait déjà vers lui, suivit du regard par tous les loups présents autour d'eux. Elle se rappelait de la chaleur qui émanait de lui, celle qu'il abritait toujours, et de la manière dont il faisait tout pour la laisser couvrir la froideur du jeune hybride à chacune de leurs rencontres, pouvait presque voir un certain espoir renaitre dans cet être si affligé et parvenait littéralement à observer ses traits se détendre et s'illuminer dès qu'il arrivait durant leurs rendez-vous de meutes et apercevait le loup devenu son ami.

Luka l'ignorait mais Trinity le connaissait depuis bien plus longtemps que ce qui était communément supposé. Elle ne lui avait jamais dit par soucis de protéger son propre secret, ce qui a toujours été la priorité depuis qu'elle avait intégré la meute dans laquelle était Halek, et ça n'avait pas changé quand elle était arrivé. Elle en avait parlé avec le mudan et ils avaient convenu qu'il était préférable que cela reste ainsi, et qu'elle ne se montre pas sous forme animale devant l'hybride, de risque qu'il se souvienne d'elle et qu'il fasse le lien entre ces souvenirs et elle-même. C'était peut-être déjà trop tard maintenant... Avait-elle manqué de prudence ? Etait-il vraiment nécessaire qu'elle vienne guigner dans cette pièce après avoir entendu des grognements ? Pourquoi n'a-t-elle pas songé un moment qu'il pouvait très bien s'agir de Luka ? Enfin... Ce qui était fait était fait. Une chose était sûre, elle ne pouvait pas revenir en arrière, ce qui voulait dire que l'instant de vérité était maintenant. S'il se rappelait... Elle ne mentirait pas. Peut-être était-ce mieux ainsi ? Après tout, Halek avait confiance en lui, il le tenait en haute estime, il n'irait peut-être pas raconter à droite à gauche que pour des raisons inconnues Trinity faisait partie de la meute d'Halek en dehors de Meihua, ou en avait fait partie pendant plusieurs années tout du moins. Il n'avait pas besoin de tout savoir. Juste confirmer que c'était bien elle était suffisant. S'il demandait d'en savoir plus, elle n'aurait qu'à lui dire que ce n'était pas ses affaires et qu'il devait déjà s'estimer heureux de savoir en partie pourquoi elle et Halek étaient si proches. Oui, voilà, elle ferait comme ça.

Elle décolla ses lèvres et lâcha le bras du mudan avant même d'ouvrir les yeux, le sang teignant sa bouche et tout autour, coulant légèrement le long de son menton. Elle n'avait pas esquissé une seule grimace ni affiché un quelconque signe de répugnance, indifférente au gout auquel elle avait souvent été confrontée. Elle pris une grande inspiration, se sentant instantanément mieux, les effets puissants du sérum agissant rapidement. « Comme dans mes souvenirs... », qu'elle murmura doucement, premiers mots prononcés depuis que Luka avait pris la parole, il y a de ça quelques minutes déjà. De nouveau capable de se lever, elle se redressa sur ses jambes, debout juste devant le mudan qui était tout juste plus grand qu'elle, et qui semblait lui aussi aller un peu mieux. Elle passa le revers son bras contre ses lèvres pour essuyer le plus gros des dégâts, flashant sans le savoir sa cicatrice aux yeux de Luka, peu habituée à se retrouvée en présence de quelqu'un sans son bandage. La juhua afficha un léger sourire, se voulant rassurante. « Ne t'en fait pas, tu n'as pas un gout aussi débectant que ça. », elle fit pivoter sa tête de droite à gauche et de haut en bas dans le but de détendre ses cervicales. « Je ne trouve pas ça si surprenant ni honteux personnellement. Un chef de meute a besoin de ses loups pour être plus fort, il est donc normal qu'ils l'aident aussi à garder le contrôle et à rester dans le droit chemin. », elle tilta la tête sur le coté, cette fois l'expression plutôt neutre mais le regard toujours fixé sur l'hybride. « J'ai confiance en Halek. Je sais qu'il n'aurait jamais accepté ta proposition de se joindre à toi s'il ne t'avait pas cru capable de tenir ce rôle. Il continuera de t'aider à te perfectionner, et arrêtes-moi si je me trompe mais il a déjà fait de gros progrès avec toi. Rappelle-toi quand tu es arrivé ici, ou même avant... », dans un soucis de se montrer un peu plus convaincante, elle désigna d'un coup de tête le corps tout entier de Luka, comme pour lui dire "regarde, t'as réussis à reprendre le contrôle". « Ça c'est de l'exploit. », un autre sourire et elle lui adressa un petit clin d'oeil. « Rince-toi bien l’œil alors parce que ça ne risque pas de se reproduire deux fois mon chère. Ne te gêne pas, je vais en faire autant... », pour souligner ses mots, elle parcourra des yeux le corps du jeune homme de haut en bas, bien en détails et s'arrêtant aux endroits les plus distincts avec un sourcil explicitement arqué. Relevant le regard vers le visage du mudan elle eut un rire sincère, léger, passant sa main dans ses cheveux et... Se figea pour la seconde fois de la nuit. Rapidement, elle plaqua sa autre main sur son avant bras après avoir vu du coin de l’œil sa propre cicatrice, deux baguettes croisées incrustées au fer rouge sur sa peau, difficilement méprenable. Sa respiration se fit plus rapide lorsqu’elle confronta Luka, les yeux écarquillés. « Tu as vu... ? ». Alerte rouge, et sans mauvais jeu de mot pour le coup.





believe me, I owe it to him
I wouldn't compliment myself for what I've become, praise myself for every good thing I've done, tell him I owe it to him, every heartbeat, exhale, tell him I owe it to him. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yan Lu Ka

hybrid
and the dopest admin in town

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 31 Mar - 11:09



yan lu ka x jung trinity
« If the wolves come out of the walls, it's all over. »

“Life is full of luck, like getting dealt a good hand, or simply by being in the right place at the right time. Some people get luck handed to them, a second chance, a save. It can happen heroically, or by a simple coincidence , but there are those who don’t get luck on a shiny platter, who end up in the wrong place at the wrong time, who don’t get saved.”

un sourire figé sur ses lèvres; il se voulait rassurant quand bien même il n'aurait su se rassurer lui-même. il n'avait guère d'autres choix; prendre les responsabilités de ses actes, garder la tête haute et agir tel l'alpha qu'il était censé être. un alpha. était-ce vraiment ce qu'il était ? la question revenait sans cesse, par petites bribes, absente pendant certaine période, réapparaissant sans prévenir. il s'en était convaincu, il s'y était forcé. croire qu'il pouvait être un alpha, un père, un grand frère, un modèle. croire qu'il pouvait bâtir sa propre famille, celle qui ne lui avait guère été donné d'avoir. et plus il y pensait plus il réalisait à quel point il n'était pas à la hauteur de ce mérite. halek, avait tout d'un alpha, la confiance, la maturité, la capacité de réflexion, la patience, l'altruisme, l'expérience, l'écoute ... luka ? son seul désir se révélait être un pur désir relevant de l'égoïsme; cette égoïsme qui le suppliait d'être entouré, d'être aimé, adulé, envié. car oui; à la base c'est ce dont il avait toujours eu besoin. une famille. n'était-ce donc pas égoïste de se proclamer alpha dans l'unique but de ne plus être seul ? dans l'unique but que l'on le considère enfin comme le membre d'une famille plutôt que tel un larbin ? cet incident n'était qu'une énième preuve de son incapacité à jouer son rôle d'alpha. comment pouvait-il envisager ne serait-ce que de protéger les siens lorsqu'il n'était guère capable de se contrôler lui-même. wuyue aurait pourtant du sonner la sirène d'alarme. les cadavres, les gémissements, les hurlements, ce déferlement de violence; puis le jeune hybride, immobile, l'odeur du sang s'infiltrant en lui tandis que la faim s'emparait petit à petit de son être, jusqu'à ce qu'il finisse pas en oublier les corps de ses camarades jonchant le sol. ce désir insatiable de planter à son tour ses crocs dans la chair fraîche des corps encore chaud qui s'entassaient dans la salle de réception. ce sourire malsain dessiné sur ses lèvres charnues; se délectant de ce moment de panique pour enfin se laisser aller à ses pulsions. il y avait échappé de très peu; et ce n'était certainement pas grâce à son self-control. les enseignants et les cachots étaient les seules raisons qui l'avaient empêchées de passer à l'acte; de se joindre aux massacres; et de faire partis de ses monstres qui avaient retirés la vie d'étudiants bien plus innocents les uns que les autres. « All of us make mistakes. The key is to acknowledge them, learn, and move on. The real sin is ignoring mistakes, or worse, seeking to hide them.» il essayait, de tout son être, d'aller de l'avant, d'apprendre de ses erreurs. c'était bien pour cela qu'il s'était trouvé dans les cachots; bien pour cela qu'il suivait des cours de maîtrise de soi; bien pour cela qu'il se battait tant contre lui même. et pourtant; les progrès n'étaient que trop minimes, à la limite du visible. elle avait faillis en faire les frais, tout comme certains élèves de l'école lors de wuyue, tout comme le randonneur qui lui n'avait guère eu la chance de s'en sortir.

et il sourit; parce qu'il s'agit de la seule chose qu'il est capable de faire pour rassurer un minimum la jeune asiatique. elle semblait tellement plus fragile soudainement, comme à sa merci, peinée et légèrement déboussolée. pourtant, il ne fit aucun geste, statique et silencieux. il avait commis assez de dégâts; du moins suffisamment pour ne pas la brusquer; quand bien même ses minutes restaient encore à compter. le regard perdu, il expire légèrement lorsqu'elle s'empare de son avant bras, se rapprochant légèrement d'elle de sorte à adopter une position plus confortable pour elle tout comme pour lui. il n'avait jamais réellement apprécié la sensation d'un être se nourrissant de lui quel comble pour un buveur de sang. et pourtant cela avait duré des années; luka était l'antidote pour les loups de sa meute, le seul capable de les guérir des morsures d'hybrides; c'était d'ailleurs pour cette raison qu'ils l'avaient gardé aussi longtemps. pour s'assurer de survivre, une arme de guerre. son esprit divague, ressassant de vagues souvenirs lointain d'une vie qu'il se veut oubliée. il n'a pas à se plaindre, il en a conscience. il n'a jamais été battus; ni même abandonné à son propre sort. ce qu'il avait vécu n'avait rien à voir comparé à certains des élèves de meihua et replonger dans cette mélancolie ne changerait guère son passé. il relève légèrement la tête lorsqu'elle relâche son bras, son pouce se dirigeant instinctivement vers les lèvres de la jeune femme qu'il essuie délicatement pour en retirer le surplus de sang. il hausse un sourcil dubitatif lorsqu'elle fait référence à son passé; surpris de la voir sous-entendre que ce n'est guère la première fois qu'elle se nourrit d'un hybride. sa main gauche s'emparant de son propre poignet droit, il essuie légèrement sa plaie, malaxant la chair tout en observant sa cicatrisation comme il l'a déjà observé des milliers de fois. il l'écoute silencieux, toujours quelque peu perdus dans ses pensées à la recherche d'une signification aux dernières paroles de la jeune femme. si halek; peut-être n'avait-il agis que par pitié après tout. lui qui le connaissait depuis son plus jeune âge, qui avait su voir cette obscurité que personne d'autre n'avait jusque là perçut. alors peut-être avait-elle raison ou peut-être avait-elle tort. il avait confiance en halek mais si luka savait belle et bien une chose, c'est que même à contre coeur il céderait face à dox&halek. peut-être avait-ce était le cas, à force de l'emmerder pour rejoindre sa meute il l'avait fait et puis, c'est tout. rien de plus. après tout il possédait une meute à l'extérieur, une meute qui n'attendait que son retour et quand bien même luka espérait que le jeune homme finirait par le choisir, il ne pouvait guère en avoir la sûreté, pas avant que ce moment fatidique n'arrive.

il relève délicatement la tête vers la demoiselle à présent debout devant lui. il aurait pu se rincer l’œil, il aurait du en temps normal le faire. mais; ses paroles l'intriguaient bien plus que sa nudité chose qui pouvait paraître exceptionnelle lorsque l'on connaissait luka. ou même avant. que savait-elle bien des progrès qu'il avait pu bien faire depuis son arrivée à meihua. halek avait-il parlé bien plus qu'il ne le devait, lui avait-il confié des choses sur sa vie, choses qu'il ne souhaitait guère qu'autrui sache. il déglutit difficilement tout en se relevant, jetant un coup d’œil au fond du cachot; là où il avait posé son sac à dos contenant des vêtements de rechange puis reporte immédiatement son regard sur la jeune juhua; son regard se posant instinctivement sur son avant bras, ses lèvres s'entrouvrant tandis qu'il sent ses poils s'hérisser. deux baguettes croisées incrustées au fer rouge dans la chair. un signe dont il se souvenait clairement pour l'avoir aperçus à maintes reprises dans ses cauchemars. le signe qui les faisait fuir, ce même signe qui l'avait poussé lui et sa meute à se cacher dans les bois pendant dix-huit ans, à craindre la civilisation et à fuir sans relâche. un grognement s'échappe de sa gorge tandis qu'il recule; ne répondant guère à sa question. comment aurait-il pu ne pas voir; avait-elle pensé pouvoir cacher cette marque en se présentant nue face à lui. ses pupilles s'obscurcissent tandis qu'il respire lourdement, reculant lentement vers son sac. trinity une chasseuse ... une putain de chasseuse il s'empare de son sac, en déversant le contenu au sol et s'empressant d'enfiler le caleçon qui y était rangé. cachant ainsi son intimité et regagnant quelque peu en confiance. t'as monté tout ça; c'est ça ? t'as fait exprès de venir ce soir, pour tâter le terrain. et halek il le sait tout ça ? - je suis con, bien sûr qu'il le sait, comment pourrait-il ne pas le savoir à moins d'être aveuglé par ses putains de sentiments sa voix se fait plus grave, tandis qu'il resserre les points tentant vainement de se calmer. il se sens trahis. trahis en tout point. avoir culpabiliser de l'avoir presque tué, avoir culpabilisé d'avoir forcé halek à rejoindre la meute, et pour quoi ? pour ça; une chasseuse. tu me connais c'est ça ? le coup du déjà vu c'est parce que c'est pas la première fois que tu te nourris du sang d'un hybride, tu l'as fais avant ou après l'avoir tué celui là ? il se mordille la lèvre inférieure s'emparant d'un t-shirt qu'il enfile, le craquant légèrement au passage. son pull-over, il se contente de le balancer au visage de la jeune femme, une expression écœurée dessinée sur le visage. caches toi et expliques toi et quelle lui donne de bonnes explications; le genre d'explications qui lui évitera de perdre le contrôle une énième fois.





eyes nose lips
you don't even really gotta lie; i just need you to say goodbye, then i'll really let you go and you'll never see me so just; stop wasting my time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jung Trinity

wizard
and your kinky animagus modo

avatar

- the deathly hallows -
Accio profil



Jeu 12 Mai - 2:26





 Luka & Trinity
« it is a lovely thing, the animal instinct »



Elle aurait dû s'y attendre. C'était couru d'avance. Quand bien même elle avait presque cru pouvoir y échapper quand elle lui demanda s'il avait vu quoique ce soit – et par quoique ce soit elle entendait bien sûr la marque douloureusement reconnaissable sur son avant-bras... Un ultime espoir, ultime tentative pour vérifier si la situation devenait vraiment désespérée ou non, avant que la réponse ne vienne d'elle-même, sous forme de grondement mauvais et d'un recul suintant la trahison, qui n'empêcha pas Trinity de reculer à son tour, se mettant en position de défense presque par instinct. Si Luka reperdait le contrôle de lui-même, ce serait pire que précédemment, considérant le fait qu'il venait tout juste de parvenir à se calmer un minimum. Et surtout de ce qu'il venait d'apprendre. La juhua se força à ne pas laisser son esprit paniquer face à la gravité soudaine du moment, observant avec attention les moindres faits et gestes de l'hybride devant elle et n'écoutant ses paroles qu'à moitié. Il enfila un caleçon, puis un t-shirt avant de lui lancer son pull, la prenant un peu de court. Il voulait l'aider à se rhabiller... ? A se couvrir ? Pourquoi ? Quel intérêt, maintenant, alors qu'il avait l'air plus nerveux et en colère que jamais... Ses paroles retentirent dans sa tête : "t'as monté tout ça; c'est ça ? […] et halek il le sait tout ça ? [...] comment pourrait-il ne pas le savoir à moins d'être aveuglé par ses putains de sentiments […] tu me connais c'est ça ? […] pas la première fois que tu te nourris du sang d'un hybride [...] tu l'as fais avant ou après l'avoir tué celui là ?". Son visage se durcit. Okay, peut-être que ça faisait un peu mal. Peut-être que c'était plus difficile que prévu d'avoir recours à sa capacité de bloquer et anesthésier ses émotions pour ne pas céder à l'angoisse et à toutes les autres sensations qui pouvaient l'envahir à tout moment désormais. Mais elle méritait tout ça. Après tout, même s'il délirait à moitié, il avait entièrement raison sur certains points. Elle avait tué beaucoup d'hybrides comme lui, plus que ce qu'elle ne pourrait compter... Cela appartenait à une autre vie mais ça ne rendait pas cette vérité moins réelle. Et il avait tous les droits d'être furieux.

Elle observa le pull tenu par sa main au bras valide. D'un ton terne et un peu vide, elle pris la parole « Je vais mettre du sang dessus. », avant d'enfin relever les yeux vers le mudan, l'expression impossible à déchiffrer. Après un long moment passé à observer sa mâchoire serrée, ses poings fermés et ses yeux noirs, elle laissa tomber le pull, qu'il lui avait non gracieusement donné, au sol, à ses pieds. « Honnêtement, je pensais que tu ferais le lien plus tôt. J'avais dit à Halek que tu ne pouvais pas être aussi stupide, que tu avais la mémoire du loup et celle du vampire à la fois, que tu finirais par t'en souvenir. Lui et moi nous savions que ce jour allait sûrement arriver, mais à cause d'une imprudence de ma part, ça... ». Trinity pris une profonde inspiration avant de l'expulser de suite en secouant la tête, les yeux clos, essayant de rassembler ses idées. « Oui, je te connais Luka, depuis longtemps déjà. Et tu me connais aussi... », sans attendre plus longtemps, elle se transforma à nouveau, ignorant la douleur dans son bras qui se réveilla à cause du changement. Elle laissa l'hybride la contempler pendant quelques secondes avant se reprendre forme humaine, récupérer le pull au passage pour finalement l'enfiler, se sentant tout de suite moins à nue avec un vêtement pour recouvrir sa peau presque glacée. Cette pensé la fit réaliser qu'elle tremblait légèrement de froid, rester de longues minutes nue dans des cachots en pleine nuit en était évidemment la raison principale. Peut-être qu'elle se sentait affaiblie, aussi, un peu... « Ça ne te rappelle rien ? Tu dois forcément t'en souvenir... ». Elle marqua une pause avant de continuer. « Tu connais beaucoup de renard marbré ? Tu sais à quel point c'est rare ? Je suis le renard qui était constamment aux cotés de Halek à chaque fois que ta meute venait rejoindre la nôtre pour une rencontre. Depuis l'instant même où toi et lui vous êtes rencontrés, j'étais là. ». Nouveau moment de silence, que Luka ne brisa toujours pas. Était-ce bon ou mauvais signe, elle ne saurait dire. « La meute à laquelle appartient Halek en dehors de Meihua est aussi la mienne. Que tu sois d'accord ou non avec un tel concept m'importe peu, bien que venant de toi, cela me surprendrait... Je sais très bien que tu as lutté pendant des années pour trouver ta place. Parviendrais-tu à croire qu'il en soit de même pour moi... ? ». Cette dernière question, lancée un peu à qui voudrait l'entendre, était à moitié destinée à l'hybride, mais aussi murmurée comme un désir irrépressible de faire comprendre qu'elle n'avait pas eut de place réellement à elle, avant de rencontrer cette meute, de la rencontrer Elle, et de rencontrer Halek. « Je n'imaginais pas devoir tout te raconter, je pensais que le fait que tu saches que c'était moi depuis le début serait suffisant, mais maintenant que tu as vu ceci... », elle baissa les yeux sur la marque incrustée dans la peau de son poignet, les sourcils légèrement froncés, les yeux soudainement brillant. Trinity, concentre-toi... ! Ce n'est certainement pas le moment de pleurer !

Une nouvelle inspiration, puis elle se força à planter son regard dans celui du mudan, qui n'avait toujours rien dit et l'écoutait sans protester, un silence qui la mettait plus mal à l'aise qu'autre chose parce qu'elle ignorait tout de ce qu'il pouvait cacher. « Mon vrai nom de famille n'est pas Jung mais Moon. Je suis la sœur ainée de Kassidy, la fille du chef de clan, l'héritière de la famille et ses traditions. Du moins je l'étais... ». Elle resta sans rien encore pendant un instant, scrutant Luka des yeux pour essayer de décortiquer un minimum l'expression de son visage, mais à part une colère toujours persistante qu'il ne laissait pas tomber depuis qu'il avait vu sa cicatrice, il n'avait d'apparence aucune autre réaction. Indécise, dans un moment presque désespéré, elle laissa tomber durant quelques secondes ses façades et fit quelques pas en avant. L'émotion sur son visage, de ses sourcils arqués jusqu'à ses yeux luisants et ses lèvres presque pincées, faisait partie de visages qu'elle ne montrait qu'à peu de gens. Il était peu, très peu probable que Luka l'ait jamais vu ainsi. « Je sais que ça doit être dur à assimiler... » ; et puis, pratiquement aussi rapidement qu'elle était venue, l'expression disparu pour laisser de nouveau place à un masque qui se voulait neutre au maximum. Elle ne pouvait pas craquer. Elle ne pouvait pas le laisser voir. Le plus important était de garder la face. Qui était Luka ? Quel poids avait-il dans la balance à coté de tout ce qu'elle s'était promis, de tous ses objectifs ? Qu'est-ce que ça allait changer, après tout ? Qu'il pense ce qu'il veut ! Pourquoi s'en soucierait-elle ? Mais... Luka était l'ami d'Halek. Il tenait beaucoup à lui. Ce fut cette simple pensée qui força la juhua à continuer, le regard à présent perdu quelque part sur le mur à sa gauche, incapable actuellement de persister à tenir celui de l'hybride. Chaque mot étaient incroyablement durs à prononcer, et lui laissaient un gout amer dans la bouche. « J'avais 14 ans quand mon père m'a laissée pour morte face à une meute qui est devenue par la suite ma nouvelle famille. Elle m'a épargnée, m'a sauvée, m'a élevée, m'a aidée à voir les choses différemment, à voir des perspectives que je n'avais jusque là jamais osé envisager. Cela faisait un moment déjà... Que les préceptes de mon sang n'étaient pas les miens. Quelque chose clochait, je le savais. Mais j'avais grandis dedans. J'avais toujours baigné dans cet univers. J'avais été formée, entrainée pour répondre aux attentes de mon père et pour être digne de la position qui m'incomberait un jour. ». A moitié perdue dans ses pensés et ses souvenirs, elle trouva plus facile de continuer à parler à présent, comme si les mots coulaient à force d'images floues apparaîssant devant ses yeux, ponctuant un récit qu'elle seule pouvait voir. « J'allais mourir. Je devais mourir. Je savais que j'étais condamnée, surtout quand devant moi n'étaient qu'ombres et lueurs rouges ou orangées luisants dans la nuit. Mais ce jour fut le jour le plus bénit de toute ma vie, et d'un être malfaisant, détruit, gâché, j'ai vécu une renaissance. Je me suis redécouverte, je me suis trouvée. J'ai compris beaucoup de choses et déterré nombre d'autres. Je me suis crée d'autres objectifs, l'ultime étant d'être celle qui mettra fin à la vie de mon père et d'anéantir mon clan. ». Elle jeta un coup d’œil presque désintéressé à Luka, alors qu'elle cherchait sans le dire à voir quelle réaction il aurait face à un tel aveux. Halek, lui, n'avait pas rit, il ne s'était ni moqué ni amusé du coté clairement mirobolant et quasi infaisable, utopique, de sa démarche. Rebecca non plus, d'ailleurs. Mais il lui avait quand même dit que l'important était déjà qu'elle se batte pour ce qu'elle croyait être bon et non pour arracher des vies comme par le passé. Penser au loup lui redonna un soupçon de courage qu'elle semblait perdre plus les mots s'échappaient. C'était tellement, tellement difficile... Ne vois-tu rien... « Et puis... J'ai aussi rencontré Halek... », le ton de sa voix changea subtilement en quelque chose de moins froid, grave, presque rêveur et attendrit, si tant est que ce fusse possible en de telles circonstances. « Il a été d'un soutien inestimable. Il m'a aidée et protégée quand tous ceux de la meute me rejetaient et ne voulaient pas de moi. Ils avaient raison. Qui aurait voulu d'une chasseuse, de la propre fille d'un de leurs ennemis les plus sanglants ? Ils avaient raison. J'avais des choses à prouver. ». Et je les ai en partie prouvées. La juhua ferma les yeux à nouveau, comme pour se sortir d'une transe et rattraper les secondes qui filaient sans qu'elle ne les voit, à contempler un passé qu'elle se forçait de retraverser pour le bien de Luka. Pour le sien et celui d'Halek. Alors qu'au fond d'elle, derrière ce qu'elle voulait bien laisser paraitre, une douleur terrible, affreuse, déchirante, manquait de la faire suffoquer à chaque instant. Tellement difficile...

Lorsqu'elle les rouvrit, la lueur dans ses yeux avait changé du tout au tout, soudainement plus dure et plus certaine. Elle fixa à nouveau le mudan, sans appel. « S'il te plait, ne sois pas en colère contre Halek. Il ne t'a jamais menti. Il n'a fait que protéger un secret qui n'était pas le sien, pour mon bien. Tu n'as pas le droit de lui en vouloir, ce n'était pas à lui de te confier tout ceci. Ça ne le regarde presque pas. Il... Il t'aime énormément. Tu es comme un frère pour lui. Tu l'as toujours été. Pourquoi crois-tu qu'il ait finit par accepter ta proposition ? Toi même tu sais très bien qu'il ne l'aurait jamais fait pour n'importe qui d'autre. Déteste-moi, blâme-moi, mais tu n'as pas le droit, pas le droit de le mettre en erreur, ou de le lui faire payer d'une quelconque manière. ». Lorsqu'elle s'avança à nouveau vers Luka, ce n'était ni pour l'intimider, ni pour appuyer ses paroles. C'était simplement pour lui faire comprendre qu'il était bien plus, là maintenant, bien plus qu'elle, qu'il pouvait la tuer ou faire ce qu'il voulait, qu'elle n'avait aucun autre moyen de se défendre si ce n'était ses mains nues, mais que malgré tout, elle avançait vers lui. Elle même ne savait pas trop ce qu'elle cherchait à accomplir, à montrer à l'aide de tels gestes. « Je ne suis plus la jeune fille robotisée que j'étais, endoctrinée par son père, mais ne te fais pas d'illusion. Tes paroles étaient en partie vraies. J'ai été responsable d'énormément de choses horribles dont j'ai honte et pour lesquelles je me repentirais à vie ; et même ma vie entière ne pourrait peut-être pas suffire à racheter celles que j'ai ôté. Hybrides, loups, vampires... et mêmes des fées. Je suis coupable, peu importe la manière dont tu prends les choses. Je le sais très bien. ». Mais ne vois-tu rien... ? Elle avait continué d'avancer tout en parlant, son regard toujours rivé sur lui, et lorsqu'elle s'arrêta, elle ne se trouvait plus qu'à quelques centimètres. Sans rien dire, elle pencha la tête légèrement sur le coté, rendant son cou vulnérable, vulnérable à ses crocs, mais sans être une invitation en bonne et due forme. Juste un moyen de lui faire comprendre qu'il était en droit de lui en vouloir et en droit de la haïr, là, tout de suite. Et qu'elle ne pouvait rien dire pour enjoliver une vérité qui avait maintenant été mise à plat, à nue, et pour laquelle, elle le savait, elle mériterait mille maux. Ouvre les yeux... Regarde-moi réellement... Et si son visage ne la trahissait pas, autre chose la desservie : ses bras étaient tendus, ses poings fermés.
Et ils tremblaient.

« have you ever made choices or did things you regret now ? are you innocent ? who are you to juge others ? »





believe me, I owe it to him
I wouldn't compliment myself for what I've become, praise myself for every good thing I've done, tell him I owe it to him, every heartbeat, exhale, tell him I owe it to him. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




- the deathly hallows -
Accio profil




Revenir en haut Aller en bas
 
If the wolves come out of the walls, it's all over ft trinity
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Château de verre - de Jeannette Walls
» Sortie Tyranide et Space Wolves
» Nouveau Space Wolves
» WHAT'S A GOD TO A NONBELIEVER? + wolves/wicca/mythology (avis/prévenus)
» melissa ✤ put a gun to your head and paint the walls with your brains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEIHUA ✩ SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY ::  :: soubassements :: cachots-
Sauter vers: